Après quatre jours d’atelier à Kikwit

par -
0 719
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les leaders paysans du Bandundu pour leur implication dans la gestion du FONER

Ils veulent désormais comprendre davantage comment se passe la gestion du fonds affecté au FONER. Ayant maîtrisé une méthodologie très intelligente de plaidoyer après quatre jours d’atelier tenu à Kikwit dans l’ancienne province du Bandundu, ils comptent à partir de ce moment, rechercher la perception du FONER par la base, la longueur des routes entretenues et non entretenues, l’efficacité du travail des cantonniers, la quantité de la production agricole, les conséquences de l’absence de l’entretien des routes, la cartographie des routes, les routes prioritaires, le fonctionnement du FONER, sa source de financement ainsi que les acteurs.

Durant quatre jours, c’est-à-dire du lundi 31 août au jeudi 03 septembre 2015, les leaders paysans producteurs agricoles, répondants des organisations paysannes membres de la Fédération des organisations des producteurs agricoles du Bandundu (FOPABAND) se sont retrouvés à Kikwit, la deuxième ville de cette ancienne province, située à plus de 520 kilomètres à l’Est de Kinshasa sur la route nationale n°1. C’était justement pour réfléchir autour de la cogestion et la mise en place des services efficaces et opérationnels des moyens financiers mis à la disposition du Fonds national d’entretien routier (FONER) pour l’aménagement et la maintenance des infrastructures rurales. L’objectif étant l’implication des paysans dans la gestion des fonds du FONER.

Le but de l’atelier de renforcement des capacités d’actions politiques des producteurs agricoles du Bandundu était donc d’apprendre et de familiariser les participants sur la méthodologie FACT (Famers advocacy consultation tool) inventée par Agriterra (une agri-agence néerlandaise de coopération internationale créée depuis 1997 pour le développement rural et agricole, et qui soutient les organisations paysannes), et aussi produire un plan d’activités sur le thème du plaidoyer au niveau de la province. Pour cela, un expert international d’Agriterra, M. Maliyasasa Joas, était convié à faciliter la compréhension des producteurs agricoles du Bandundu à cet atelier. Il était ainsi assisté par M. Jean-Marie Kalasa de la CONAPAC/Katanga qui devrait maîtriser cette méthodologie pour le compte de cette faîtière nationale des producteurs agricoles de la Rdc.

Le plan d’actions des leaders paysans du Bandundu

A l’issue desquels travaux, les leaders paysans producteurs agricoles de l’ancienne province du Bandundu ont élaboré un plan d’actions. Ils se sont enfin décidés de mener diverses activités concernant les quatre piliers des principes de base de la méthodologie FACT qui sont les consultations, la recherche participative, la rédaction d’une proposition SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et en temps limité), ainsi que la cartographie de lobby et analyse des acteurs.

Par rapport aux consultations, les leaders paysans de la FOPABAND ont décidé, entre autres, d’élaborer un questionnaire d’enquête avec un ordre de mission ; d’organiser les réunions des consultations à la base ; d’envoyer les résultats des consultations au Comité de pilotage provincial (CPP) et d’enregistrer, ordonner et traiter les résultats des consultations.

Quant à la recherche participative, ils ont pris l’engagement, entre autres, de contacter les experts ; d’organiser une séance de planification de la recherche participative ; d’élaborer un questionnaire d’enquête ; de faire une descente sur terrain pour la collecte des données ; de mener une étude documentaires pour la comparaison avec les données récoltées. Pour ce qui est de la rédaction du premier draft, ils vont organiser les réunions de validation du document de plaidoyer ; envoyer le draft du document de plaidoyer au Comité de pilotage national.

Pour ce faire, ils doivent rechercher des éléments tels que la perception du FONER par la base, la longueur des routes entretenues et non entretenues, les causes du manque de l’entretien des routes, l’efficacité du travail des cantonniers, la proposition des membres à la base sur la gestion du FONER, la quantité de la production agricole, les conséquences de l’absence de l’entretien des routes, la cartographie des routes, les routes prioritaires, le fonctionnement/structure du FONER (organigramme), la source de financement du FONER, l’arrêté ayant été à la base de la création du FONER, ainsi que les acteurs.

Du déroulement de l’atelier

Après la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le lundi 31 août dernier, les participants ont directement débuté avec l’introduction sur la méthodologie FACT avant d’entamer le premier pilier des principes de base de ladite méthodologie (pièces maîtresses d’un processus FACT), lequel concerne les consultations. Puis, les travaux se sont poursuivis en carrefours où les participants ont réfléchi en groupes.

Mardi 1er septembre. Deuxième jour de l’atelier. Il s’était poursuivi avec la restitution en plénière des travaux de groupes et des discussions avant que le facilitateur Maliyasasa Joas ne puisse continuer sa leçon en abordant le deuxième pilier des principes de base de la méthodologie FACT qui concerne la recherche participative. Comme pour le premier pilier, les participants ont réfléchi en panel avant de défendre en plénière, les résolutions de leurs travaux de groupes, suivi des échanges.

Le même exercice s’est encore poursuivi dans la journée du mercredi 02 septembre dernier, avec le troisième pilier des pièces maîtresses d’un processus FACT et le dernier pilier a été abordé jeudi dernier avant la clôture de l’atelier.

Les travaux de cet atelier ont été lancés et clôturés par Mme le bourgmestre de la commune de Nzinda, Jeannette Kana-Kana Kindeke, puisqu’ayant représenté le Maire de la ville de Kikwit à cette occasion.

Un atelier à portée nationale

Il sied de rappeler que cet atelier de renforcement des capacités d’actions politiques des producteurs agricoles du Bandundu a été organisé par l’Ong belge Caritas international Belgique dans le cadre du Projet de renforcement des capacités d’action politique des organisations des producteurs agricoles et de leurs fédérations nationale et provinciales (PREPAR). Lequel projet a été lancé il y a peu par l’Alliance AgriCongo (l’association d’Ong belges œuvrant en Rdc), et est présidé par la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC).

Les participants étaient venus de différents territoires de l’ancienne province du Bandundu. Notamment d’Idiofa, de Kenge, de Nioki, d’Inongo, de Kasongo-Lunda, de Bulungu, de Gungu, de Masi-Manimba, de Maï-Ndombe, du Plateau, de Popokabaka, de Kahemba, de Feshi, de Bagata, etc. A également assisté à cet atelier, un observateur, en l’occurrence le président du conseil d’administration de la CONAPAC/Fédération du Katanga, afin d’en tirer cette expérience du Bandundu. La coordination nationale de la CONAPAC y était représentée par le chargé de plaidoyer de cette plateforme et secrétaire exécutif a.i, l’Ir Mutombo T. Simplice A Rubuz.

Signalons par ailleurs qu’en dehors du Bandundu, d’autres ateliers de l’Alliance AgriCongo sont également organisés dans le même cadre dans cinq autres anciennes provinces, notamment du Bas-Congo aujourd’hui Kongo central, du Kasaï-Oriental, de l’Equateur et du Sud-Kivu. Il y a lieu de souligner que chaque province exploite un thème différent mais de portée nationale. Ce qui contribue énormément à la cohésion nationale des paysans producteurs agricoles de la République démocratique du Congo, a indiqué M. Simplice Mutombo.

Pour l’ancienne province du Kasaï-Oriental, le thème est : « Accélérer le traitement des mesures d’application de la loi agricole (dont le fonds de promotion agricole) et faire une vulgarisation ciblée de ces mesures ». Pour le Kongo central : « Amener le Président de la République à signer l’ordonnance présidentielle sur la gestion des terres des communautés locales ».

La province du Sud-Kivu a eu pour thème : « Que le fonds national de micro-finance (FNM) soit renforcé et mis en place dans toutes les provinces et disponibilise des produits financiers et des assurances adaptés aux producteurs (agricoles) ». Au Nord-Kivu le thème est : « Que la Rdc se dote d’une banque agricole » et l’ancienne province de l’Equateur a pour thème : « Que la Rd Congo se dote d’une politique agricole formulée de façon participative et d’une stratégie de mise en œuvre appropriée, incluant l’agriculture, la pêche et l’élevage ».

En outre, signalons que la participation des leaders paysans producteurs agricoles dans cet atelier était très attendue, atteste l’organisateur.

 

(Lepetit Baende de retour de Kikwit)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse