Après l’évaluation du processus politique et du calendrier électoral: Le RRSSJ recommande à la CENI de rassurer la population

par -
0 289
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est en vue de faire l’évaluation de l’état d’avancement du processus politique, de paix et du calendrier électoral en Rdc, que les délégués du Réseau pour la réforme du secteur de sécurité et de justice (RRSSJ), venant de toutes les zones géographiques de la République démocratique du Congo, qu’ils se sont réunis à Kinshasa, du 25 au 26 juin 2018. Ils se disent très préoccupés par les « balbutiements » dudit processus. Après examen de la situation politique, sécuritaire et du processus électoral en Rdc, ils ont tiré la sonnette d’alarme sur plusieurs points. Ils ont fait un état des lieux sur le plan politique, sur le plan du processus électoral et sur le plan sécuritaire. Et ce, avant de formuler les recommandations.

Sur le plan du processus électoral par exemple, ils fustigent les propos du président de la CENI qui a lancé entendre qu’il ne peut y avoir élections qu’avec l’utilisation de la machine à voter. Ils notent aussi que la majorité de la population n’accepte pas la machine à voter et ne croit pas à la tenue des élections.

Sur le plan sécuritaire, la situation reste volatile et précaire dans toutes les provinces du pays, avec notamment la crise dans le territoire de Djugu en Ituri qui a contribué à la dégradation du climat de paix et de sécurité, depuis le mois de février 2018 ; la persistance de la criminalité et du grand banditisme urbain ; l’insécurité à Bijambo dans le territoire de Fizi, au Sud-Kivu consécutif au conflit impliquant les groupes armés supposés d’origine rwandaise et burundaise ; la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre ; le climat d’insécurité généré par l’activisme des groupes armés dans le Maniema, consécutif à l’exploitation minière par la société Banro ; la présence de 30.654 déplacés dont 150 enfants  sortis de milices, dans les villes de Kwilu, Kwango et Bandundu, due au phénomène Kamuina Nsapu ; la recrudescence du phénomène Kuluna dans la ville de Kinshasa ; l’apparition des groupes armés à connotation tribale et des groupes armés étrangers dans le Nord-Kivu ; la persistance des tueries dans le territoire de Beni  et les faibles actions de fermeté à résoudre, de manière définitive, la problématique des groupes armés à l’Est de la Rdc.

Au regard de tout ce tableau peu reluisant, les participants ont recommandé au président de la République, de faire appliquer effectivement l’Accord de la Saint-Sylvestre par toutes les parties prenantes, conformément à la résolution 2409 du 26 mars 2018 du Conseil de sécurité des Nations Unies, en sa qualité de garant de la Constitution. Au président de la CENI, de s’abstenir de faire des déclarations susceptibles de créer des troubles politiques et sécuritaires sur l’ensemble du pays. A la CENI, de travailler en toute indépendance afin de rassurer la population pour la tenue des élections libres et transparentes. Et à la police nationale congolaise, de bien accomplir sa mission de protéger la population et ses biens.

 

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse