Après les retards engendrés par des arrêts intermittents des cours, UPN : Des étudiants redoutent le risque d’un chevauchement

par -
0 265
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cette année 2017-2018 a été lancée  officiellement depuis le 15 octobre dernier, sur toute l’étendue du territoire national. Lentement mais sûrement, l’année tend vers sa fin, avec les examens de première session.    Début de la période d’enrôlement aux  examens de première session et préparation des épreuves pour les étudiants congolais.

Durant cette période, tous les universitaires sont en blocus pour préparer les examens.

En effet, pour certains établissements comme à l’Université catholique du Congo, UCC, les examens ont déjà débuté depuis la semaine dernière. Dans d’autres, par contre, les cours n’ont pas encore pris fin et les étudiants ne savent pas si la session aura lieu. C’est le cas de l’Université pédagogique nationale, UPN.

« Les responsables de cette institution reconnaissent n’avoir pas respecté le calendrier académique, les cours ne se sont pas déroulés normalement durant  cette année. Car on a  grevé  pendant deux mois  », a confié un enseignant de cette Université.

Pour leur part, les étudiants redoutent que cette situation n’entraîne un chevauchement de l’année comme ici dans cette université, l’on aurait passé plus de quatre (4) mois à la maison. « C’était un désagrément, et nous avons connu un grand retard pour la reprise des cours. Et pour les enseignants et pour nous, la reprise effective a été en janvier. Par contre, d’autres Universités, avaient déjà repris depuis le mois d’octobre dernier », a relevé avec écœurement, un étudiant de la faculté des lettres de l’UPN.

« Pour les étudiants du cycle terminal de la première licence et de la troisième année de graduat, cette situation a engendré un  retard certain, parce qu’ils ont des travaux de fin de cycle et les mémoires, ils effectuent des stages en même temps qu’ils en rédigent les rapports. Et que dire des  retards sue l’avancement des cours ? Ces étudiants considèrent qu’ils sont placés devant le fait accompli.

Un autre étudiant de témoigner en ces termes : ‘’La même situation a été vécue aussi à l’Université de Kinshasa où l’année académique a traîné, pour commencer avec du retard, comme ce que nous avons eu à endurer. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que cela est aussi à la base des échecs pour certains étudiants », a-t-il expliqué.

Les avis sont partagés quant à  cette situation qui engendrer des conséquences incalculables. Comme par exemple l’échec  pour certains étudiants, à la fin de l’année académique. Tout d’abord,   La majorité des étudiants  ne sont pas capable de satisfaire à la première session. Une question a été posée au hasard d’une rencontre dans un auditoire de l’UPN : comment s’y apprendre pour réussir à la première session ?

« Peu d’étudiants congolais réussissent en première session, pourtant cela n’est pas un mythe si vous respectez certaines exigences de la formation, notamment la régularité aux cours. Il faut aussi être assidu à toutes les épreuves, être en ordre des frais académiques et les professeurs doivent aussi dispenser les cours régulièrement », a répondu un quidam. Un autre d’abonder dans le même sens :

« Pour mettre fin à cette situation, les étudiants demandent aux autorités de leur institution de respecter le calendrier académique. C’est la condition pour éviter les désordres et les retards annuels dans notre Université. Dès lors, nous (toute la communauté de l’Université pédagogique nationale) devons prendre des dispositions qui s’imposent, pour que l’année académique prochaine, (2018-2019) se déroule normalement.

 (Rosy Bondala/ stagiaire UPN)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse