Après l’échec du 30 novembre:Le Rassop/Limete veut rééditer l’exploit le 19 décembre

par -
0 346
Félix Tshisekedi et Martin Fayulu, deux responsables du Rassop-Limeté lors d' une conférence de presse à Kinshasa. Ph.Rtga
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement, aile Limete, projette encore une marche pacifique pour ce 19 décembre sur toute l’étendue de la RD Congo. Pour les ténors de cette plateforme politique, cette manifestation est dénommée : « marche de sommation ». Le Coordonnateur des actions du Rassop/Limete, Martin Fayulu, a affirmé que l’autorité urbaine est saisie de l’affaire. Il demande par ailleurs à la Police Nationale Congolaise de bien vouloir encadrer les manifestants.

« Nous confirmons la marche de ce 19 décembre et nous demandons à la Police de protéger les manifestants comme l’exige la Constitution. Nous venons d’écrire à l’autorité urbaine, nos manifestations sont confirmées », a-t-il dit. Fayulu qui n’a pas encore reçu la réponse de Kimbuta, se permet de donner des ordres aux agents de l’ordre d’encadrer des combattants qui confondent marche pacifique et vandalisme. Méthode leur inculquée par leurs leaders qui disparaissent lors de grandes activités et se permettent de se justifier par « une erreur stratégique ». C’est la déclaration de Félix Tshisekedi, qui n’a pas pu rejoindre ses combattants, accusant la Police d’avoir encerclé sa résidence, et condamnant aussi des jeunes qui lui ont promis de l’accompagner jusqu’au lieu du rassemblement. Une façon pour lui de se racheter devant les combattants de l’Udps et du Rassop en colère contre lui, puisqu’ayant brillé de son absence le 30 novembre dernier. Est leader, celui qui a des stratégies qui réussissent, hors l’erreur monumentale de Fatshi est dévoilée aux combattants qui voulaient même de sa peau ce jour-là, après avoir appris qu’il y a eu des interpellations de certains de leur.

Le ridicule ne tue pas

Après la marche pacifique du 30 novembre 2017, nonobstant des villes mortes ratées, le Rassemblement de Félix Tshisekedi continue de créer des manifestations dont des échecs se dessinent bien avant. Déjà quand l’autorité urbaine ne prend pas acte d’une lettre d’information portant organisation d’une marche, et que l’on fait tête-dure au pouvoir de l’Etat, le Rassop creuse sa propre tombe.

Pour un petit rappel, le 30 novembre à Kinshasa d’abord, une dizaine des jeunes se sont rassemblés sur la place échangeur à Limete, en train d’attendre leurs leaders pour commencer la marche. La Police Nationale qui avait promis de disperser tout attroupement de plus de 5 personnes, a dispersé ces combattants qui, au lieu d’une marche pacifique, commençait à brûler les pneus dans la chaussée. Est-ce une colère de longue attente puisque les leaders n’avaient pas répondu au rendez-vous ? Tout ça, Martin Fayulu ne veut pas le reconnaître. Il pense que la manifestation avait réussi, puisque les combattants ont répondu présent. Il évoque les cas de son arrestation et de Jean-Marc Kabund, appréhendés par la Police juste devant le siège de l’Udps. Comment devant un parti politique, l’homme affirme qu’ils ont marché ! Le ridicule ne tue pas !

Après avoir été relaxé par la Police, le secrétaire général de l’Udps, Kabund, a publié sur les réseaux sociaux une photo faisant état de son hospitalisation, accusant la police de l’avoir tabassé sérieusement.

Heureusement que le colonel Pierrot Mwanamputu a éclairé la lanterne de l’opinion tant nationale qu’internationale sur l’interpellation de J-M Kabund.

« Vous croyez que quelqu’un qui a été torturé peut encore accepté de monter dans une jeep de la Police ? Pour moi, je ne pense pas cette affirmation soit vraie », a dit le porte-parole de la Police.

Le Rassop/Limete doit reconnaitre l’échec du 30 novembre. Il n’y a pas eu marche, et les congolais dans l’ensemble ont bravé ces manifestations décrétées par Tshisekedi fils et compagnies.

Des réactions fusent de partout

L’échec du 30 novembre n’a pas laissé la classe politique dans sa caverne. Plusieurs acteurs politiques de l’Opposition comme de la Majorité ont réagi quant à ce. Bruno Tshibala Nzenzhe, secrétaire général adjoint de l’Union pour la Démocratique et le Progrès Social (Udps), a qualifié cette marche d’une simple distraction. Pour preuve le même jour, après avoir travaillé normalement dans son cabinet, le premier ministre du gouvernement d’union national a fait le pied dans quelques coins de la Capitale pour constater l’échec du Rassop/Limete. Steeve Mbikayi, un autre acteur politique de l’Opposition a fait savoir à ses pairs que l’heure des villes mortes et des marches qui ne disent pas concrètement leurs noms est révolue.

Justin Bitakwira, un autre grand ténor de l’Opposition congolaise a appelé ses amis du Rassemblement Limete à se préparer aux élections, au lieu de s’attarder sur des futilités. Une interpellation utile, car actuellement en RDC, les débats tournent autour des élections, et chacun affûte ses armes avant le go. Malheureusement, Tshisekedi, Lumbi, voir même Kamerhe et Bazaïba ont les regards tournés sur autre chose.

Bernetel Makambo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse