Après l’autorisation de son 1er meeting populaire: Fatshi attendu au tournant

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Maintenant qu’un accord a été signé entre le gouvernement de la République, la famille biologique et l’UDPS pour le rapatriement et l’enterrement de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba dans son Congo natal et ce, sous l’impulsion du président de la République, nombreux sont les Congolais qui veulent savoir, quel sera le message que Félix-Antoine Tshisekedi va donner demain à la place Sainte Thérèse dans la commune de N’Djili. Surtout que le gouvernement se dit disposé à réaliser tous les préalables. Il est donc attendu au tournant. Mieux, il ne pourra pas quand même cracher sur un gouvernement qui a démontré sa bonne foi, d’autant plus que l’accord signé invite toutes les forces vives politiques et sociales ainsi que toutes les couches sociales de la population congolaise à observer, conformément aux coutumes en pareilles circonstances, une trêve politique. A cet effet, il est conseillé d’éviter des récupérations politiques par les propos, gestes et actes de nature à perturber l’organisation harmonieuse de ces funérailles.

Le Gouverneur de la Ville province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, contrairement à des initiatives antérieures de ce parti de l’Opposition congolaise membre du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement (Rassop/Limete), a pris acte de l’organisation du meeting prévu par le président de l’UDPS, Félix Tshisekedi ce mardi 24 avril 2018 à la place Sainte-Thérèse de N’Djili.

Le Gouverneur, dans sa correspondance adressée au Secrétaire général de l’UDPS, invite la police à prendre des dispositions pour assurer l’ordre public au cours de la manifestation. Il a également demandé aux organisateurs de veiller à ne pas perturber la quiétude publique.

« J’accuse réception de votre lettre… j’en prends acte et vous invite, par conséquent, à veiller dans le déroulement de votre activité, prévue de 11h à 15h, au respect strict de la loi régissant les manifestations et réunion publique dans notre pays », reprend ce communiqué du patron de l’Hôtel de Ville de Kinshasa.

Une réponse réfléchie qui confirme l’annulation de la dernière décision de Kimbuta portant interdiction d’organiser de manifestations sur la place publique sur tout Kinshasa, prise depuis 2016. Aucun agenda caché ne figure derrière cette levée de la décision du Gouverneur de la Ville, ni une façon pour Kinshasa de céder aux pressions étrangères.

Si une certaine opinion pense que le Gouvernement cherche à négocier quelque chose auprès de l’Udps Limete reconnue par Olenghankoy et son CNSA, l’heure est de dire que la Ville ne se voit en aucun danger si elle autorisait ce meeting, surtout que tout le monde veut entendre le tout premier discours de Fatshi dans sa casquette de président de ce grand parti de l’Opposition congolaise.

Et surtout que dans sa lettre d’information de la tenue de ce meeting transmise au gouverneur Kimbuta, le Sg Kabund expliquait que le thème de ce meeting est relatif à la « commémoration de l’ouverture de la République démocratique du Congo au multipartisme politique ».

A cet effet, tous les combattants sont fixés sur leur première grand-messe politique sous Félix Tshisekedi. Le plus important serait d’entendre son message, car plusieurs stipulent déjà que l’homme qui n’a pas une si riche carrière professionnelle que politique, saura-t-il répondre aux attentes des combattants durs à gérer ?

Et surtout que tout le monde au sein de l’Udps a accepté Fatshi comme futur candidat Président de la République, l’heure est venue où l’homme doit convaincre non seulement les combattants, mais aussi tout le monde de l’Opposition qui se range derrière lui comme leur potentiel candidat.

Faible adhésion des pairs de l’Opposition

Quand le Comité Laïc de Coordination (CLC) ou la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) lançait des appels à des manifestations, l’on a assisté à des scènes d’adhésions massives de différentes plateformes de l’Opposition pour soutenir les initiatives dudit comité.

Mais pour le cas d’espèce, celui du meeting de l’Udps, ni l’Eglise catholique, partenaire 50/50 de l’Udps, ni les plateformes comme « Ensemble » appartenant au grand ami de Fatshi, l’italien Katumbi, ni d’autres plateformes n’ont signalés leur soutien à ce premier meeting de Tshilombo. L’on a tout simplement aperçu à peine un message en solo de Jean-Claude Vuemba, appelant ses collègues de l’opposition à prendre part au meeting de l’UDPS. Est-ce déjà un signe d’échec envisagé, ou une façon de laisser Félix seul tester sa popularité après la mort du Sphinx ? Tout le monde le saura aujourd’hui.

Les deux annonces déjà connues

S’il faut se comporter en devin, il sied de signaler que Fatshi, non seulement qu’il s’annoncera encore une fois en public comme futur candidat président de la République, il fera part à ses combattants du protocole d’accord trouvé entre le Gouvernement et l’Udps sur le rapatriement de la dépouille mortelle de son père Etienne Tshisekedi à Kinshasa, en vue de l’organisation des obsèques dignes de son nom et de son rang.

Félix qui dévoilera aussi les grandes lignes de son projet de société en tant que candidat président de la République, tranchera aussi sur les débats qui se créent autour de sa personne comme futur Premier ministre de la Transition toujours conformément à l’accord de la Saint Sylvestre et en remplacement de Bruno Tshibala. Si son porte-parole avait répondu à cette question pour dire non, la masse de l’Udps veut l’entendre de la bouche même de Félix Tshisekedi.

Quid du multipartisme en RDC

Il y a déjà 28 ans, soit 24 avril 1990-24 avril 2018, que les Congolais se souviennent de l’instauration, par l’ancien président Joseph-Désiré Mobutu Sese Seko, du multipartisme politique, qui appelle aussi à l’instauration de la « démocratie » après une longue période de dictature.

C’était à la suite d’une forte pression populaire et internationale que le président Mobutu avait annoncé, le 24 avril 1990, le rétablissement du multipartisme. Il revient ainsi à ce qu’il avait supprimé depuis la Constitution de 1967.

Le maréchal se voit obligé de renoncer à son rôle de chef du parti au pouvoir, le Mouvement populaire de la révolution (M.P.R.). Une décision difficile à prendre, si bien que dans son discours, Mobutu s’écrie : « Comprenez mon émotion ! ». Il laissa s’écouler quelques larmes. Désormais il se place au-dessus de la mêlée et se présente comme l’arbitre du jeu politique zaïrois.

Aussi, dans le même discours du 24 avril 1990, Mobutu annonçait une transition d’un an. Cette transition du temps de Mobutu s’est faite avec différents gouvernements d’union nationale dirigés par des opposants. Seulement voilà, prévue pour un an au départ, la transition a duré sept ans. Et Mobutu était toujours au pouvoir, jusqu’à l’entrée de la rébellion de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL).

Et Etienne Tshisekedi wa Mulumba reste cette figure emblématique de l’histoire d’instauration de la Démocratie en République Démocratique du Congo, puisqu’il s’est opposé depuis toujours contre cette politique dictatoriale du Maréchal Mobutu, bien qu’il ait travaillé avec lui comme Premier ministre au Gouvernement d’Union nationale. Et ce 24 avril, les Congolais ne célèbrent non seulement ce fameux multipartisme, mais aussi le lider maximo qui constitue l’un des pionniers de cette instauration de la démocratie en RDC.

(Bernetel Makambo )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse