Après l’adresse du Chef de l’Etat à la Nation: Pius Muabilu salue le discours responsable du Garant de la Nation

par -
0 277
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le discours du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange au Congrès n’appelle pas à un débat. Ils ont force de loi. Curieusement ce mercredi 5 avril 2017, les langues se délient pour faire les commentaires dans un sens comme dans un autre. Un discours de mise au point, inhabituelle pour le Chef de l’Etat Joseph Kabila. En bon communicateur, il a  su renverser la pyramide. Le discours de ce mercredi est parti de l’économie, en passant par la situation sécuritaire, politique pour déboucher sur la question de la souveraineté de la Rdc quant à l’organisation des élections. Joseph  Kabila a réaffirmé devant la communauté internationale le principe de la non-ingérence dans les affaires de l’Etat et la RDC mérite respect au même titre que les autres Etats du monde. La Rédaction du Journal L’Avenir est allée à l’assaut des acteurs politiques Majeurs du pays, et vous propose leurs réactions :

(Pius Romain Rolland)

Pius Muabilu Mbayu Mukala (Député national et Président national du CNC/Majorité présidentielle)

« Moi je trouve que c’est un très grand discours, comme il en a l’habitude, et un discours vraiment responsable, un discours d’un chef, Garant des Institutions de la République, Garant de l’intégrité territorial et Garant de notre indépendance nationale. Je suis convaincu, comme le président l’a dit, qu’aussitôt le travail d’enrôlement terminé, beaucoup de gens qui sont en train de se laisser distraire aujourd’hui seront peut-être surpris. Et je suis sûr qu’ils seront surpris et je suis sûr que nous sommes en train d’aller tout droit vers les élections. Dans mon parti, le Congrès National Congolais (CNC), nous sommes en train de nous préparer depuis très longtemps. On a mis en place la Centrale Electorale depuis plus de deux ans. On est sûr et certain que nous allons vers les élections, comme il a été prévu, non seulement par notre constitution qui est la Loi suprême, mais surtout comme il est prévu dans l’accord du 31 décembre et celui du 18 octobre 2016 ».

Vital Kamerhe (Président national de l’UNC/Opposition)

« Le discours du Chef de l’Etat n’appelle pas au débat car, il faut respecter la loi et c’est ça la Constitution. Mais, le Président de la République a dit qu’il était à l’écoute de la classe politique  sur les deux questions qui ont achoppées au niveau de la Cenco : la question du Premier ministre et celle du CNSA et dans 48 heures, il laisse la chance au Rassemblement de remplir la mission patriotique de se choisir les trois candidats primaturables. On ne peut pas nous dire qu’avec une grande organisation comme le Rassemblement, avec le Grand parti politique comme l’UDPS, on ne peut pas avoir trois personnes interchangeables pour occuper ces fonctions. Qu’ils suivent mon conseil, de donner une liste dans l’ordre préférentiel.

Quant aux élections, je dis à notre population, dans le Bandundu où je reviens que nous devons aller aux élections et c’est ça l’attente du peuple. C’est l’objectif du Dialogue du 18 Octobre 2016 ; c’est l’objectif du Dialogue du 31 décembre 2016 à la Cenco. Tout le reste est éphémère. Allons aux élections et que le meilleur l’emporte. La Ceni est en train de travailler et vous imaginez un seul instant si on était entré dans le piège de démanteler totalement la Ceni, aujourd’hui on n’aurait rien. Donc, on aurait renvoyé les élections au-delà de 2021. Et aujourd’hui, nous pouvons dire que la Ceni a fait 21.500 électeurs enrôlés. Il nous appartient nous, Présidents des partis politiques de sensibiliser nos membres, de veiller que cet enrôlement se déroule correctement où il se passe. Bientôt ça sera la partie ouest, c’est le moment de dire à nos militantes et militants et toute la population que les 13 provinces de l’Ouest que lorsque la Ceni va donner son go, d’aller s’enrôler en masse car, la nouvelle carte d’électeur donne provisoirement la carte d’identité ; donne le droit d’élire et d’être élu ».

Bitakwira Bihona-Hayi Justin (Ministre des Relations avec le Parlement)

« C’est un discours qui permet au congolais de se décider de leur propre destin et que la classe politique sache que le pays ne les appartient pas. Le pays appartient à tout le monde, au peuple également. J’ai entendu que le Chef de l’Etat peut nommer le Premier ministre dans les 48 heures. Tout comme, il peut reconduire le Premier ministre en fonction, tout comme il peut nommer un autre. Notre plus grand souhait ce que, le pays aille de l’avant. Je rappelle au Rassemblement et à l’UDPS  qu’ils sachent que Tshisekedi n’est plus, et que la République Démocratique du Congo n’appartenait pas à la famille Tshisekedi et l’aurait laissé à ses enfants. Etienne Tshisekedi a été un citoyen comme tout le monde, y compris moi. Que ses enfants ne croient pas que la RDC est leur bien légué par leur défunt père. C’est une hallucination pour eux. Ça peut être un d’eux ou pas le fils de Tshisekedi, le pays va marcher. Je vais vous dire que l’Accord de la Saint Sylvestre ne sera pas appliqué dans son entièreté car, il y a certaines lignes inadaptées au contexte actuel. Et le Président de la République n’a pas dit que les élections seront organisées cette année. Il a dit que les élections seront organisées conformément au calendrier qui sera proposé par la Ceni. Donc, ça peut être dans une année, dans deux ans comme dans trois ans 

Quant aux élections, j’affirme d’abord que l’extérieur ne nous aide pas à financer nos élections. Et pourquoi, l’extérieur doit s’ingérer dans nos affaires. C’est les mots choisis, et l’Union européenne, les Nations Unies ou les Etat Unis ou autres doivent savoir qu’au même titre qu’il existe leur souveraineté, la République Démocratique du Congo jouit aussi de sa souveraineté ».    

Emile Christophe Mota Ndonga (Député national UNAFEC/MP

« Je crois effectivement que sur le plan politique, le Chef de l’Etat vient de répondre à la préoccupation de la population congolaise, parce que les deux points d’achoppement de la désignation du Premier ministre et du Président du CNSA viennent d’être déblayer.

Sur la proposition des candidats au poste de Premier ministre, le Président de la République a é té clair : il demande au Rassemblement d’harmoniser des listes de candidats primaturables. En démocratie, on ne peut pas avoir l’adhésion de tout le monde et en démocratie, il y a discrimination. Ceci dit, si le Président a donné un dead line de 48 heures d’harmoniser les listes. Et s’il y a une liste devant lui, il applique les dispositions constitutionnelles qui lui reconnait de nommer le Premier Ministre et de Garant de la République.

Quant à l’organisation des élections, il est vrai que le Chef de l’Etat a raison qu’il ne faille pas s’ingérer des affaires internes du pays. Et lorsque les Etats Unis organisent les élections, est-ce il y a l’ingérence de la Russie ? Et bientôt la France va les faire, est-ce la Côte d’Ivoire, et ou le Ghana se sont-ils ingéré dans les élections françaises. Pourquoi eux tous veulent s’y mêler de nôtres ? C’est une question de souveraineté et nous allons la défendre bec et ongle. Chaque pays est indépendant, et doit assurer sa souveraineté. Si un apport vient d’un pays étranger, c’est une aide liée. 54 ans plus tard, nous devons nous assumer et le Chef de l’Etat Joseph Kabila a donné le ton et le temps peu importe, nous allons les organiser, nous avons les ressources suffisantes et qu’on laisse la RDC tranquille, affirmer sa souveraineté ».

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse