Après la réunion sur la grève des transporteurs privés: Joseph Kapika annonce le renforcement du charroi automobile de Transco et New Transkin

par -
0 202
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme prévu, une réunion a réunie hier à Kinshasa le ministre de l’Economie nationale, la Banque centrale du Congo (BCC), l’Hôtel de ville, la Police nationale congolaise et l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO). Et ce, suite à la grève observée le lundi 21 mai 2018 par les transporteurs, particulièrement privés (non affiliés à l’ACCO). « Nous avons jugé utile d’échanger avec un représentant de la BCC, parce qu’il y a eu en dessous un problème de petites coupures. Une course coûte 700 ou 800 Fc, le passager donne 1000 Fc et le chauffeur n’a pas de petites coupures. Conséquences, on se chamaille, on s’énerve. C’est ce qui a conduit à des incompréhensions », a indiqué Joseph Kapika, ministre de l’Economie, qui ajoute, en citant les transporteurs privés  que si nous dévons retourner à l’ancien prix de 500 Fc, le prix du carburant doit baisser.

A l’occasion, les représentants de la BCC a rassuré tout le monde  que les dispositions ont été prises pour la mise en circulation des petites coupures de 50, 100 et 200 Fc pour faciliter les transactions. « Nous avons été mandatés par la haute direction de la Banque centrale du Congo pour rassurer toutes les parties par rapport à ce problème de petites coupures qui s’est posé. Les coupures de 50, 100 et 200 Francs congolais seront rendues disponibles dans les jours et semaines qui suivent. Ces billets seront disponibles dans les banques commerciales et la BCC a estimé qu’il était nécessaire d’ouvrir un guichet pour ces petites coupures. En d’autres termes, je voulais dire que ce problème est déjà résolu », a indiqué M. Mulamba Musafiri Antoine, Directeur de la Trésorerie de la Banque centrale du Congo.

Au sujet des tracasseries policières, parce que depuis un temps, la Police, sur instruction de la haute hiérarchie, est en guerre contre les véhicules « Ketchs » teintés. « Nous ne pouvons que soutenir le combat de la Police », explique le ministre, avant d’ajouter qu’une maladie ne fait mal que si elle est sur votre corps. Nous devons soutenir la police, l’aider à démasquer les criminels.

Et de préciser que la question notamment du tarif de transport a été vidée, la question des petites coupures est vidée, les chauffeurs ont demandé qu’ils soient subventionnés. Proposition que le ministre a rejeté, parce que, dit-il, partout dans le monde, on subventionne le transport public. C’est ainsi qu’au niveau du ministère de l’Economie nationale, à travers le stock de sécurité, nous donnons l’équivalent de carburant et lubrifiant à Transco, soit 400.000 dollars Us par mois. « Il est bien entendu que la 2ème tranche tarde à venir, pour des raisons administratives, mais c’est ça qui est arrêté », dit-il. Et ce, pendant que New Transkin ne bénéficiait d’aucune subvention. Nous avons considéré qu’il était injuste de donner à Transco et non à New Transkin. C’est ainsi que nous avons décidé de le faire avec 100.000 dollars Us. Nous pouvons subventionner les privés, mais ça va nous coûter cher. Que les privés continuent à acheter le carburant, d’autant plus que la notion de transport a évolué à Kinshasa.

Au sujet de la revendication des étudiants, qui disent que l’augmentation du transport a perturbé leurs calculs, le ministre de l’Economie nationale rétorque que les étudiants sont les utilisateurs de transport comme nous. Les trafics les plus arrosés par les bus Transco, sont ceux-là où il y a des sites universitaires (Unikin, Ibtp, Isc, Upc, etc). L’Ista est en retrait et nous avons compris que sur la route des poids lourds, il y a une bretelle et les étudiants peuvent descendre là-bas ou prendre un transport.  « J’ai eu aussi à dire aux étudiants qu’il n’y a que le transport privé qui a augmenté. Nous nous occupons d’abord du commun des Congolais. Nous allons augmenter le charroi automobile de Transco et New Transkin, pour permettre aux Kinois de bien se déplacer », a précisé Joseph Kapika.

Le président de l’ACCO  a pour sa part salué  la volonté de la BCC pour l’émission des petites coupures. « Il nous arrivait de nous chamailler pour les petites coupures avec les clients. Aux conducteurs, nous leur disons de respecter l’Arrêté du gouverneur et nous allons faire notre travail. La grève, c’est bien, mais détruite les bus, ce n’est pas bon », termine-t-il.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse