Après la réunion de la Sadc, She Okitundu : « Il faut jauger l’efficacité de cette force de la Monusco »

par -
0 435
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Vice-Premier ministre, ministre des Affaires Etrangères, Léonard She Okitundu a pris part à la réunion du Comité interétatique sur la Politique et la Diplomatie qui a eu lieu vendredi 24 février à Dar-es-Salaam en Tanzanie. En ce qui concerne la RDC, les ministres des Affaires Etrangères des Nations membres de la Conférence de coordination pour le développement de l’Afrique australe (SADC) ont constaté et fustigé l’inefficacité de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO).

A vrai dire, le bilan de la plus grande et plus coûteuse mission de l’Organisation des Nations Unies dans le monde est de plus en plus dénoncée par le gouvernement congolais et des partenaires régionaux.  Pour les diplomates de la Sadc, la MONUSCO a échoué à éradiquer les forces négatives à l’Est de la République démocratique du Congo, où elle concentre la grande partie de son effectif.

En effet, en moins d’un mois de la fin de son mandat, des milices d’auto-défense locales (Mai-Mai), les rebelles ougandais de l’ADF, les combattants rwandais du FDLR et récemment des anciens rebelles qui M23 circulent encore au Nord et au Sud Kivu.

« … ici on a constaté l’inefficacité, ça il faut le dire, de la force des nations unies actuellement dans notre pays, particulièrement pour l’éradication des groupes armées. La question qui a fait débat ici c’est celle de savoir pour quelle raison, depuis bientôt 20 ans, la mission des Nations Unies n’accomplit pas sa tâche, alors qu’on est dans le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies qui autorise l’usage de la force », a démontré le VPM Léonard She Okitundu à l’issue de cette rencontre. D’ajouter que : « Dans le débat qui aura lieu sur la reconduction du mandat de la MONUSCO, on a préconisé qu’il fallait faire un travail d’évaluation pour jauger l’efficacité de cette force ; on a constaté qu’il y avait beaucoup de faiblesses parce que tout est fait dans l’Est du pays comme si nous étions dans une guerre conventionnelle, alors qu’on a affaire à une guerre asymétrique ».

Pour Léonard She Okitundu, qui a accordé une interview au journal français le Monde, la MONUSCO avait échoué à atteindre ses objectifs qu’elle a progressivement perdus de vue, pour se constituer en un gouvernement parallèle à celui de Kinshasa.

« Au Conseil de Sécurité, le mois prochain, il y aura le débat sur la reconduction du mandat de la MONUSCO. Ici, on a constaté l’inefficacité des forces des Nations Unies en RDC pour l’éradication des groupes armés. La question qui a fait débat est de savoir pour quelle raison, depuis bientôt 20 ans, la mission des Nations Unies n’accomplit pas sa tâche. Alors qu’on est dans le cadre juridique du chapitre 7 de la Charte de l’ONU qui implique le recours à la force, tout se fait en RDC comme si nous étions dans le cadre du chapitre 6, donc dans les négociations. Je crois que cette phase est dépassée ; aujourd’hui, il s’agit d’utiliser la force pour rétablir la paix au Congo. On a constaté aussi que la Brigade d’intervention s’est impliquée alors que les vingt mille hommes ne sont pas utilisés dans le cadre du chapitre 7 », a fait savoir le Chef de la diplomatie congolaise.

Pour le VPM She Okitundu, le mandat de la Monusco sera reconduit, mais la RDC souhaite que cette fois-ci, qu’il y ait beaucoup plus de résultats sur terrain. « Par conséquent, on a proposé que ce mandat de la MONUSCO soit reconduit, mais il faut la doter des moyens adéquats, adaptés à une guerre asymétrique », a ajouté le diplomate congolais. Signalons par ailleurs que le débat sur la reconduction du mandat de la MONUSCO se tiendra la dernière semaine du mois de mars 2017 au siège des Nations Unies à New York.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse