Après la publication des statistiques par la CENI: Place à la répartition des sièges

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la clôture de l’enrôlement des électeurs sur toute l’étendue du territoire national, la CENI se devait de procéder au déboulonnage, opération consistant à écarter les doublons, les mineurs et autres tricheurs, afin de publier les statistiques officielles. Cette opération s’est déroulée vendredi dernier, au siège de la Centrale électorale. A l’occasion, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, a publié les statistiques de 40.287387 électeurs retenus sur l’ensemble du territoire national. Et ce, après traitement et consolidation des données reçues de l’opération d’enrôlement et d’identification des électeurs qui s’est clôturée le 31 janvier 2018 à son siège à la  Gombe.

Le président de cette institution d’appui à la démocratie congolaise, Corneille Nangaa, a indiqué que les statistiques des électeurs « nettoyées au moyen des technologies appropriées» permettront la mise en place et l’accélération de l’avant-projet de la loi portant répartition de siège.

A ce jour, la RDC dispose d’un fichier électoral très fiable pour l’organisation des élections, a indiqué Corneille Nangaa, avant de rappeler que le nombre d’électeurs brut s’élevait à 46.542.289, tandis que les doublons radiés se chiffrent à 5.381.763, et les mineurs radiés à 902.290. Corneille Nangaa a aussi souligné que la problématique de traitement des cas résiduels relève de ses prérogatives, avant de noter que l’opération d’enrôlement et d’identification des Congolais vivant à l’étranger pourra augmenter légèrement les statistiques d’enrôlés.

Selon les statistiques publiées par la CENI, la province de Bas-Uélé a enregistré 478.132 électeurs, l’Equateur 969.381 électeurs, le Haut-Katanga 2.461.838 électeurs, le Haut-Lomami 1.313.985, le Haut-Uélé 929.875 électeurs. Par ailleurs, la province de l’Ituri a enregistré 2.236.616 électeurs, le Kasaï 1.500.525 électeurs, le Kasaï Central 1.556.729 électeurs, le Kasaï Oriental 1:.097.248, Kinshasa 4.457.019 électeurs, le Kongo central 1.926.040 électeurs, le Kwango 980.814 électeurs et le Kwilu 2.313.568 électeurs.

La Lomami a enregistré 1.231.359 électeurs, le Lualaba 1.023.342, le Maï-Ndombe 966.820 électeurs, le Maniema 1.028.045, la Mongala 971.983, le Nord-Kivu 3.863.721, le Nord-Ubangi 680.375, le Sankuru 1.267.610 électeurs, le Sud-Kivu 2.554.513 électeurs, le Sud-Ubangi a enregistré 1.306.451électeurs, le Tanganyika 1.174.710 électeurs, la Tshopo 1.221.150 électeurs et la Tshuapa 775.538 électeurs.

Le projet de loi déposé cette semaine !

Soulignons que la publication des statistiques était une condition indispensable pour la préparation du projet de répartition des sièges par le Gouvernement et son dépôt à l’Assemblée nationale. Maintenant que les statistiques ont été publiées, rien n’empêche le Gouvernement de le déposer au bureau de l’Assemblée nationale pour examen. A en croire Corneille Nangaa, c’est probablement au cours de cette semaine que l’opération peut intervenir. Et ce, même s’il convient de se demander si ce projet de loi a été adopté lors du dernier conseil des ministres. Au cas contraire, un conseil des ministres extraordinaire doit être convoqué dans les jours à venir soit par le président de la République ou le Premier ministre et chef du Gouvernement.

Pour ceux-là qui estimaient que l’audit du fichier électoral interviendrait après la publication des statistiques, la CENI estime que l’audit peut se faire même après et cela ne peut pas empêcher que le projet de loi soit discuté au Parlement. Soulignons que de plus en plus, des voix s’élèvent pour exiger l’audit du fichier électoral, pour sa crédibilité.

Avec la publication de ces statistiques, la balle est dans le camp du Gouvernement qui doit finaliser le projet de loi, avant de le déposer au parlement pour examen. Sinon, à considérer les contraintes légales liées à la mise en œuvre du calendrier électoral 2017-2019, la loi portant répartition des sièges pour les législatives nationales, provinciales, municipales et locales doit être adoptée par le Parlement, au plus tard le 23 avril 2018, avant sa promulgation par le président de la République, le 8 mai 2018. Comme pour dire, une fois de plus que rien n’empêche la tenue des élections combinées prévues le 23 décembre 2018.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse