Après la fête du 55ème anniversaire de la Rdc: J. Kabila lance le dialogue national

par -
0 883
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Chef de l’Etat, Joseph Kabila est sur le point de clôturer les consultations entreprises depuis bientôt un mois, avec les fils et les filles de la Rdc. Dans le cas précis, cette population y a été représentée par diverses organisations et personnalités. Ainsi, des chefs des confessions religieuses aux politiciens, en passant par les organisations de la société civile, plusieurs associations corporatives et bien d’autres personnalités ont déjà eu à défiler au Palais de la nation, à la Cité de l’UA et à Kingakati, la ferme privée du Président, à l’Est de Kinshasa,… c’est l’heure d’une dernière analyse.

Les Congolais unanimes ?

L’objet de ces consultations est de dégager une vue d’ensemble en vue d’un dialogue national, après les festivités du 30 juin, 55ème anniversaire d’indépendance. Il s’avère, au regard des déclarations des uns et des autres au sortir de leurs audiences, que la voie est désormais balisée pour la tenue de ce dialogue. La grande majorité des Congolais, en tout cas au regard de ces déclarations, appellent ce dialogue de tous leurs vœux, avant la tenue des élections.

En initiant ces consultations, Joseph Kabila s’est voulu démocrate, démontrant par-là qu’il gère le Congo en symbiose avec les Congolais. Se mettant au-dessus de la mêlée, le Président de la République, dans sa peau de père de la nation, reçoit tout le monde, écoutant, prodiguant des conseils là où il le faut, dans le sens de l’avancée et d’une marche merveilleuse du seul bien que tous les Congolais ont en commun, à savoir la RDC. C’est ainsi que même des étudiants et d’autres jeunes ont été reçus.

D’aucuns s’étaient demandés, à l’annonce de ces consultations, de quoi on devait parler dans ce dialogue. Ils ont ainsi été édifiés, à l’écoute des sujets abordés. Et puis, entre habitants d’un même pays, le dialogue doit être pérenne, quels que soient les bords auxquels appartiennent les uns et les autres.

Au menu du dialogue

Mais de quoi va-t-on y parler ? Toutes les questions abordées au cours des consultations, qui auront donc été un vrai balisage de la voie, seront celles qui seront développées au cours de ces assises. En effet, voulu de courte durée, avec un petit échantillon représentatif des Congolais, ce dialogue sera axé initialement sur la question des élections. Le garant de la nation, qui est le premier à souhaiter leur tenue, a déjà rassuré les uns et les autres, même les plus sceptiques. Tous les scrutins prévus vont bel et bien se tenir. Mais question est directement liée à la faisabilité de ces élections.

Joseph Kabila a déjà étalé la fierté du Congolais qui n’est pas n’importe quel peuple, mais bien celui composé des descendants de ses héros qui lui ont vaillamment tracé la voie, une voie qu’il suit allègrement et sans désemparer. Les Congolais auront donc les élections qu’ils souhaiteront, en se décidant en âme et conscience, en tenant compte de leurs propres réalités, celles des autres n’étant pas forcément les leurs. Ce n’est que dans ces conditions que ces élections seront réellement apaisées. Personne ne peut prétendre aimer la RDC mieux que les Congolais eux-mêmes.

La RDC doit donc aller aux élections, après le dialogue. La Commission électorale nationale indépendante, CENI, a prévu dans son calendrier sept scrutins en moins de deux ans. C’est un défi autant énorme qu’ambitieux. Mais avec de la volonté de tous, et du surtout le savoir-faire, le défi peut être relevé. Seulement, il faut réunir les moyens financiers y afférents. Au bas mot, il faut plus ou moins un million de dollars pour y arriver. Ce qui n’est pas une mince affaire pour un pays dont le budget est celui que l’on connaît. Doit-on compter sur l’apport de l’extérieur ? L’on sait que la communauté internationale parle déjà que cette notion est mal définie, pas claire du tout. D’où, abstention. Voilà pourquoi les Congolais doivent avoir constamment à l’esprit que les élections sont d’abord et avant tout une affaire congolaise, comme du reste n’a cessé de le rappeler cette communauté internationale.

Il est prudent d’être prudent

Il en est de même du développement du pays. Sous la houlette du Président Kabila, dont le programme de la révolution de la modernité porte des fruits escomptés, la RDC s’est résolument engagé sur des voies devant la mener à son développement avec l’ambition, dans un premier temps, d’atteindre l’émergence à l’orée 2030. Mais qui peut prétendre que cet élan réjouit tout le monde ? La RDC ne serait pas tout le temps attaquée par ses voisins si cela était le cas. Or, personne ne peut se leurrer. Il y a toujours des puissances occultes derrière la plupart de nos agresseurs. Si l’on dialoguait, on s’en sortirait. Autrement, même le scrutin à la vaille que vaille sera à la base de plus de contestations que 2006 et 2011 réunis. Il est prudent de rester prudent, c’est une question de sagesse.

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse