Après de folles rumeurs: E. Shadary rassure la population de Kananga

E. Ramazani Shadary salue et harangue la foule à Kananga
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après Kananga, Lusambo, Mbuji-Mayi, il arrive aujourd’hui à Mwene-Ditu, avant de retourner à Kananga

De folles rumeurs ont circulé hier sur la toile et selon lesquelles, les miliciens du chef traditionnel Kamwina Nsapu auraient attaqué la ville de Kananga, et que le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité se serait enfoui. Ayant personnellement fait la ronde de la ville de Kananga, il s’est rendu compte de la reprise des activités et a assuré la population de la détermination du Gouvernement d’assurer la sécurité des populations et de leurs biens. Au triangle du marché Nkashama, en face du marché central de Kananga, il a réconforté les marchands, les invitant tous à la culture de la paix et à reprendre leurs activités. Il s’est par la suite envolé à Lusambo, dans le Sankuru, puis Mbuji-Mayi (Kasaï-Oriental), où il doit se rendre aujourd’hui à Mwene-Ditu, dans la province de la Lomami, avant de revenir à Kananga.

Avant de prendre un petit porteur pour un aller-retour Kananga-Lusambo-Kananga hier mardi vers 12 heures locales, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary a fait le tour de la ville de Kananga à pieds jusqu’au marché central de Kananga. Là, il s’est adressé à la population, lui demandant de bannir la psychose due à des rumeurs propagées par des ennemis de la paix. Aussi, a-t-il annoncé son déplacement de Lusambo pour y évaluer également la situation sécuritaire, avant de revenir sur Kananga où ses équipes continuent les négociations pour mettre fin au phénomène Kamwina Nsapu. Celui qu’on appelle « coup sur coup » a été ovationné par la foule scandant des slogans de paix, vivement la paix.

Disons que près de 150 armes de guerre et 250 calibres 12 circulent dans cette ville à la suite des attaques des miliciens aujourd’hui prêts à se rendre. Au cours  de sa première nuit à Kananga, il lui a été remis une dizaine d’armes et les forces de l’ordre en ont récupéré près de 100. C’est en véritable spécial de la territoriale, qu’il ne s’est pas caché derrière l’insécurité qui règne dans le Grand Kasaï, pour rassurer la population de Kananga.

« Je n’ai pas encore fini à Kananga, parce que je dois rencontrer d’autres couches de la population, notamment la territoriale et les chefs coutumiers. On a partagé avec un groupe, il reste encore un autre groupe important avec lequel on va partager aujourd’hui. Mais également les jeunes gens sur terrain, et d’autres encore », dit-il, avant de mettre un terme à la rumeur, en disant qu’il n’a pas encore fini la mission dans le grand Kasaï.

Et de renchérir que : « je prends l’avion pour aller à Lusambo, dans la province du Sankuru. Il n’y a pas assez de problèmes. Je dois vérifier si les populations vaquent normalement à leurs activités. Après Lusambo, j’irai à Mbuji-Mayi, avant d’arriver à Mwene-Ditu par route, soit 120 Km pour trois heures de route ». « A Mwene-Ditu, c’est  quelques heures de travail avec le conseil provincial de sécurité de la Lomami, mais également  le conseil urbain de sécurité de la ville de Mwene-Ditu et je veux rentrer à Kananga, parce que le centre de toutes les questions sécuritaires, c’est à Kananga. Il faut demander à tous ceux que je n’ai pas pu rencontrer de rester calme, parce que l’objectif de tout ce que nous faisons ici, de par la vision du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, la paix doit régner et l’autorité de l’Etat doit être restaurée », dit-il.

Et de préciser que : « nous le ferons avec une démarche pacifique, de dialogue, parce que nous devons nous parler entre nous. Mais également les services nous viennent en appui, notamment les magistrats, pour ceux qui ont commis des infractions. J’ai déjà eu beaucoup de plaintes des gens. Ils disent qu’il y a des gens qui sont arrêtés. J’ai instruit, mon directeur de cabinet va rester avec le Parquet général, ils vont travailler au cas par cas et je vous assure qu’on va libérer  les gens qui ne posent aucun problème. Les autres, on va voir. Nous sommes encore là, la mission continue. Le ministre de l’Intérieur, son travail c’est sur terrain et non dans les bureaux à Kinshasa.  Je suis habitué, je suis un ancien gouverneur, ancien administrateur de territoire », rassure-t-il.

Au sujet de folles rumeurs sur l’attaque de la ville de Kananga, il dit avoir fait le tour de la ville. « On peut voir un enfant passer avec une bande rouge, un policier peut tirer, mais il n’y avait rien. Nous avons circulé et la situation est calme. Nous sommes venus ici pour régler un problème. Le temps que nous avons passé ici ne suffit pas, parce qu’on doit y aller par étape. La question que nous sommes venu résoudre ici nous prendra du temps. , une semaine, deux semaines, etc. Mais nous y allons avec une démarche des gens qui veulent écouter et trouver des solutions de manière objective ».

Soulignons qu’après Lusambo dans la province du Sankuru, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité  est arrivé à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-Oriental à 18h50’, en mission d’itinérance qui le conduira à Mwene-Ditu dans la province de la Lomami, où les miliciens Kamwina Nsapu se sont aussi illustrés.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse