Après Bukanga-Lonzo, Bolobo doté d’un barrage hydroélectrique: Pour un appui des décideurs aux travaux de finalisation sur la rivière Ngampoko-Bateke

par -
0 909
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la mise en service du parc agroindustriel de Bukanga-Lonzo, la province du Bandundu attire encore les projecteurs d’actualité au niveau national. Il s’agit cette fois-ci, de la construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Ngampoko-Bateke, œuvre découlant des moyens propres et du génie des fils et filles du territoire de Bolobo. En effet, des habitants locaux, sous l’impulsion de la Fondation Papa Lessi, ont entrepris de faire leur le mot d’ordre de feu l’illustre M’Zee Laurent Désiré Kabila, invitant les fils et filles du pays à se prendre en charge. Un appel qui a été utilement rehaussé dans le cadre du macro-programme de la révolution de la modernité. S’inspirant des initiatives similaires d’autochtones des villages voisins du Congo-Brazzaville bordant le fleuve, Ces habitants de territoire de Bolobo ont construit dans les normes, le barrage Papa Lessi. Du nom de l’ingénieur Lessi -Lessili, conducteur des travaux.

Un projet qui appelle les autorités provinciales à se rapprocher de la base

Des unités à l’œuvre autour de la turbine (ph.tiers)

A ce jour, a rapporté la source, la partie mécanique est déjà terminée, comme le montre l’illustration, avec notamment le bétonnage des trois canaux : d’amener, forcé et d’évacuation. La partie mécanique vient d’être achevée, avec la mise en place d’une grande turbine de 2.80 mètres de diamètre (photo), avec continuité des transmissions, jusqu’au centre de multiplication de tours, en passant par le boitier de transfert. Pour l’heure, l’ensemble du mécanisme mis en place tourne sans relâche 24 heures sur 24, selon les vitesses recommandées.

L’électricité, dernière partie qui reste à installer, appelle des préalables, dont notamment l’achat : d’un alternateur de 150 Kw ; de 40 rouleaux de câbles nus ; 4 transformateurs moyenne tension et autres…

Quid du barrage Papa Lessi

Cet ouvrage, nous l’avons commencé avec des moyens disponibles. Cela est une réalisation patriotique et révolutionnaire. A ce titre, sa mise en service pourrait générer de l’emploi aux autochtones. Un proche du projet a déclaré : « Pour l’heure, c’est l’occasion pour nous de solliciter haut et fort l’implication personnelle du Père de la Nation congolaise, le Président Joseph Kabila Kabange. C’est à juste titre qu’il convient, au regard de sa vision à travers la révolution de la modernité, de lui appliquer le titre Ô combien familier de « chef spirituel de la religion Sisa bidimbu !» (Entendez : qui laisse des traces pour la postérité) », a-t-il relevé. Et de poursuivre : le courant que nous allons produire est une énergie non polluant, inépuisable et surtout naturelle. Sa puissance sera capable d’alimenter des villages environnants. C’est le cas de Bondjo distant de quelque deux (2)km. Ngabenge et Moseno éloignés de dix (10) km, la ville de Bolobo et Botana, situés à environ vingt-sept (27)km du barrage. Les établissements de santé du secteur public implanté dans ces contrées, seront si bien électrifiés que les conditions de conservation des produits pharmaceutiques seront garanties.

Quand l’apport de l’électricité booste l’économie locale, le trésor public s’en tire à belles dents

La mise en service du barrage Papa Lessi et ses retombées sur l’économie locale augure des lendemains intéressants pour aussi bien les opérateurs locaux que le trésor public. Dans cet ordre d’idée, l’orateur su-évoqué se veut rassurant : l’Etat congolais sera en mesure de recouvrer ses taxes sur les assujettis locaux et, éventuellement, de maximiser les recettes. Il s’avère que Bolobo qui n’est pas arrosé par la radio nationale, serait déjà lorgné par de gros opérateurs, dont ceux de téléphonie mobile. Ceux-ci pressentent le moment d’implanter leurs équipements d’exploitation dans cette partie du pays profond. A cela s’ajoutent la possibilité d’assister localement à l’explosion d’initiatives privées. Car sur le plan économique, la mutation vers l’OHADA a ouvert la RD Congo à la promotion, plus qu’auparavant, de l’initiative privée. Dès lors, les pouvoirs publics s’affairent à assainir l’environnement juridique et administratif, préalable nécessaire à la sécurisation des capitaux … Tout, en effet, est mis en œuvre pour améliorer le climat des affaires.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse