Après avoir suivi l’évolution politique: Patrick Tanzi invite la classe politique à se focaliser sur le social de la population

par -
0 340
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les voix parlementaires commencent à se faire entendre de plus en plus en cette période curiale que traverse la Rdc. Devant l’impasse sociale et politique, en ce que, d’une part, la Majorité Présidentielle qui campe sur sa position et d’autre part, le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement inflexible, le pays semble être pris en otage en défaveur de la population abandonnée à son triste sort.

Elu de Faradje dans le Haut Uélé,  l’honorable Patrick Tanzi Madrandele, député national du Congrès National Congolais délie sa langue par rapport à la situation que travers les Congolais dans son ensemble, mais aussi par rapport à  la session ordinaire de mars 2017 devant voter la loi de finances de l’exercice 2017.

Il fait une autopsie parlementaire, en ce que cette session ordinaire de mars 2017, elle est une session pas comme les autres, compte tenu du climat politique et des enjeux politiques en cours.

Sans poser préjudice au discours  du président de l’Assemblée nationale, l’honorable Aubin Monaku, intervenu le 15 mars 2017, à la cérémonie d’ouverture de ladite session, Patrick Tanzi Mandrandèle a rappelé la nécessité de sa chambre à mettre en œuvre ses mécanismes susceptibles d’aider la Rdc à résorber la crise politique et économique qui gangrène le pays. Cette crise, affirme-t-il, a mis l’Etat congolais dans une crise léthargique.

En plus, s’appuyant sur sa chambre basse parlementaire, il exprime le vœu de voir son institution doter le pays d’un budget avant le 30 avril 2017 qui doit assouplir tant soit peu le vécu quotidien de peuple congolais qui a déjà perdu son pouvoir d’achat sur le marché et que le panier de la ménagère est quasi vide.

Sa chambre, dit-il, doit examiner et adopter en procédure d’urgence les différents Projets de lois pour l’application des accords de la Saint Sylvestre et celles relatives à l’organisation des élections en décembre 2017 tel que stipule ce dit accord, entre autre la loi sur la répartition des sièges dans les circonscriptions électorales, également le projet de loi portant révision des dispositions de la loi électorale. Il en va de même du Code minier qui doit être révisé, pour l’adapter aux réalités congolaises et en faveur de la République ; de la loi sur l’allégement de la fiscalité qui reste dévastatrice contre la population congolaise.

En plus des instruments juridiques indispensables dans la marche  et au bénéfice de la Rdc, Patrick Tanzi Mandrandele invite une fois de plus l’Assemblée nationale d’intensifier   et de contrôler systématiquement le gouvernement pour une gestion orthodoxe et saine afin d’atteindre son 1er  objectif, celui de l’organisation des élections démocratiques, libres, transparentes et apaisées en décembre 2017 et aussi revoir le social de la population.

Cependant, en sa qualité d’élu du peuple et acteur politique majeur dans la sphère politique de la Rdc, l’élu de Faradje n’a pas hésité de faire l’autocritique des pourparlers du Centre interdiocésain. Il n’a pas hésité de jeter de fleurs à la CENCO pour avoir décroché les signatures aboutissant aux Accords de  la Saint Sylvestre.

Du fait de son rapprochement avec sa base électorale naturelle, il a  clamé le pêché hérésiarque et par surestimation commis par les évêques par la méthode et procédure utilisées pour les arrangements particuliers ignorant que cela susciterait à chaque composante de flâner à sa position par atavismes du pouvoir et intérêts égocentriques.

Ne faisant mention à aucun pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat, Garant du bon fonctionnement des institutions, il affirme sans ambages que le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement s’écartèle et la Majorité Parlementaire garde sa position:

« Tous ont raison chacun de sa part par rapport à la logique de là CENCO et voilà les vraies causes des échecs des arrangements particuliers », à en croire l’honorable Patrick Tanzi Madrandele.

Pour lui, la logique des bons offices sacerdotaux  touche à sa limite et celle politico-constitutionnelle reprend sa place où le Président de la République, Chef de l’Etat et Garant de toutes les institutions doit se prononcer pas pour satisfaire un ou un groupe d’individus mais pour l’intérêt général de la nation.

Les faits lui  donnant raison après que Joseph Kabila, dans un discours sur l’Etat de la Nation, a mis les bouchées doubles sur le comportement éhonté de la classe politique. Ceci explique cela, Patrick Tanzi invite le peuple congolais aux apaisements d’esprits et croit à une solution pour l’intérêt de la République émanant du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, père de la nation.

Faisant écho du discrédit jeté sur les membres du bureau de l’Assemblée nationale, l’élu de Faradje réitère sa confiance à son bureau conduit par l’honorable Aubin Minaku. Il exhorte en outre, ce dernier à la programmation des points à l’ordre du jour selon l’urgence et le besoin ainsi que de faciliter le contrôle parlementaire.

Ayant suivi avec attention soutenue le discours du Chef de l’Etat Joseph Kabila, le député national élu de Faradje, estime à sa juste valeur que le discours du Président de la République a rencontré les préoccupations de la population et salue sa mise au point qu’à l’organisation des élections. Une question de souveraineté et de non-ingérence de l’extérieur dans les affaires internes de la Rdc. En outre, il a félicité le Gouvernement de la République quant au financement du processus électoral, objectif final à mettre fin aux différentes crises, soutient-il.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse