António Guterres prévient : « Tout retard de financement pourrait retarder la tenue des élections »

par -
0 247
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité, António Guterres, Secrétaire général de l’ONU explique les progrès réalisés aux niveaux politique et technique, au cours de la période du 21 mars au 26 avril 2018, vers la tenue des élections du 23 décembre 2018, ainsi que des obstacles entravant l’application de l’accord politique du 31 décembre 2016. Il termine par faire des observations pertinentes.

Dans ce document, le patron de l’ONU se félicite des progrès accomplis vers la réalisation de certains objectifs d’étape importants du processus électoral et des efforts résolus déployés par la Commission électorale nationale indépendante pour respecter les échéances fixées dans le calendrier électoral. Toutefois, les divergences qui subsistent entre les différents acteurs politiques concernant le processus électoral et l’absence d’espace politique continuent de menacer la tenue d’élections crédibles et ouvertes à tous.  « J’exhorte le Gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour instaurer la confiance dans le processus électoral et préparer la voie à une passation de pouvoir démocratique, conformément aux dispositions de l’accord politique du 31 décembre 2016 et de la Constitution congolaise », dit-il, avant de renchérir que des progrès dans la mise en œuvre des mesures de confiance envisagées dans l’accord sont indispensables pour apaiser les tensions politiques et créer un climat propice à la tenue d’élections crédibles, transparentes et ouvertes à tous. En publiant rapidement la liste des partis et plateformes politiques, la Commission électorale pourrait contribuer à lever les soupçons existants et à instaurer la confiance entre elle et les acteurs politiques.

De même, pour répondre aux aspirations légitimes du peuple congolais, toutes les parties concernées doivent s’engager réellement et de manière constructive en faveur du processus politique.  « J’exhorte la majorité au pouvoir à s’élever au-dessus des considérations partisanes et à prendre des mesures en vue de consolider les pratiques démocratiques en République démocratique du Congo. J’engage le Gouvernement à garantir que tous les acteurs politiques soient traités sur un pied d’égalité et à prendre des initiatives pour augmenter le nombre de femmes se portant candidates. La levée de l’interdiction des manifestations publiques contribuerait fortement à ouvrir l’espace politique, permettant par là même au peuple congolais d’exercer librement ses droits civils et politiques », insiste-t-il.

António Guterres rappelle que nous sommes à la veille d’étapes capitales du processus électoral, comme la distribution du matériel électoral qui doit démarrer le 12 mai. La dynamique créée par la publication du calendrier électoral et la promulgation en temps voulu de la loi électorale risque d’être entravée si le financement de la Commission électorale nationale indépendante n’est pas assuré. «  J’engage le Gouvernement à verser régulièrement à la Commission les fonds nécessaires à son fonctionnement. Tout retard de financement pourrait retarder la tenue des élections et conduire à l’apparition de nouvelles tensions politiques », martèle-t-il.

Enfin, le Secrétaire général de l’ONU engage les acteurs internationaux et régionaux à fournir, en étroite collaboration avec le Gouvernement, un soutien à la République du Congo pour l’aider à remédier aux difficultés qu’elle rencontre sur le plan politique et à ses problèmes de sécurité. A l’en croire, la République démocratique du Congo a plus que jamais besoin de nos efforts conjugués. « Je demande instamment au Conseil de sécurité et à ses partenaires de n’épargner aucun effort en vue de soutenir les initiatives de dialogue et la tenue d’élections en temps voulu », souligne-t-il.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse