Annoncés à grand renfort médiatique: La route de caravane à Ngaliema en sursis

par -
0 178
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le ministre des infrastructures  Thomas Luhaka a annoncé, voilà deux mois, l’érection de la route de caravane de Ngaliema. La route dont les travaux ont été confiés à la main-d’œuvre chinoise, devait avoir pour point de départ  le quartier Pompage, en passant respectivement par Malweka , Sangamamba, quartier Verckys jusqu’à l’UPN.  Mais curieusement, les engins chinois affectés au chantier ont quasiment arrêté de circuler. Et visiblement, la population ébahie, constate que les travaux se sont arrêtés. Comme si cela ne suffisait pas, la terre argileuse qui couvre le lieu dérange sensiblement la place publique, de telle sorte que quand il fait chaud, c’est de la poussière ; en temps pluvieux, la formation de la boue complique la circulation aux véhicules et aux piétons.

L’absence de véhicules bennes de la société chinoise et la rupture des travaux laissent la population dans l’incertitude.  Les habitants de cette partie de la capitale s’interrogent sur les causes de l’interruption de ces travaux, alors que le ministre su-évoqué avec sa suite, y compris le gouverneur André Kimbuta avaient pris de leur temps pour faire l’éloge du gouvernement, comme quoi les travaux seraient amorcés avec des fonds propres du gouvernement. L’on serait maintenant prêt à déduire que l’espoir s’est estompé.

Quelques notables du quartier interrogés ont exprimé leur indignation et désolation par rapport au silence de l’Etat face à cette situation qui devient préoccupante.  Dans cet ordre d’idée, le notable  Tusevo Christian  exprime sa reconnaissance au gouvernement d’avoir aménagé et arrangé le grand ravin qui se situe au quartier Verckys. Ce ravin énorme a englouti plusieurs maisons et que cet acte de bravoure de la part de l’Etat congolais a consolé les familles environnantes. Les chinois ont d’abord commencé par le ravin qui constituait à coup sûr un obstacle,  avant d’envisager la réalisation de  cette route.

Et le notable de poursuivre : le ministre de l’infrastructure Thomas Luhaka et sa suite devraient aller jusqu’au bout de ce qu’ils ont amorcé. Car l’espoir de la population repose sur cette route qui pourrait  sortir ce coin de l’enclavement.

Madame Nicole Bassilua est une habitante de longue date du quartier Malueka. Elle a salué avec enthousiasme cette initiative du gouvernement. A condition, dit-elle, que ce qui a été commencé aille jusqu’à l’aboutissement. Car le gouvernement congolais a l’habitude de lâcher prise, constate-t-elle.  L’occupant explique aussi que le quartier Malueka se retrouve parmi les moins favorisés à cause de l’état des routes. C’est avec tristesse que son quartier est critiqué même par des musiciens, faisant allusion à une chanson de JB mpiana  de la décennie quatre-vingt –dix. Donc cette femme encourage le gouvernement de la République à terminer l’ouvrage amorcé. Car la population de cette banlieue a assez souffert d’être la risée de tout le monde.

Actuellement, à cause de ces travaux en suspens, la situation est devenue pire qu’avant, pendant ou après la pluie, il est difficile de trouver le transport. Les habitants lancent une fois de plus un cri d’alarme en direction du gouvernement.

(Fifi Luyinika, stagiaire)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse