André Atundu insiste « La MP a fait d’ immenses concessions »

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Porte-parole de la Majorité Présidentielle, André-Alain Atundu a réuni le dimanche 01 janvier 2017, quelques journalistes, dans sa résidence de Ma Campagne, afin de décortiquer l’accord politique entre les signataires et les non signataires d’un précédent Accord politique conclu le 18 octobre 2016 à la Cité de l’OUA. Tout en appréciant à sa juste valeur cet accord qui vient éclairer les perspectives qui étaient du reste très sombres, il a insisté sur des concessions immenses qui ont été faites par la Majorité Présidentielle, dans l’objectif d’apaiser la tension de l’opinion tant nationale qu’internationale, et permettre aux Congolais de se consacrer pour le développement de leur pays.

A l’en croire, le Président Joseph Kabila qui a toujours dit que la Constitution ne sera jamais violée dans aucune de ses dispositions, pendant que le Rassemblement a même touché à son honneur, il s’est dépassé pour l’intérêt général du peuple congolais et a confié une mission des bons offices à la Conférence épiscopale de l’Eglise catholique (CENCO), emmenée par son président Mgr Marcel Uthembi, Archevêque de Kisangani et président de la CENCO et son vice-président Mgr Fridolin Ambongo, Archevêque de Mbandaka-Bikoro ainsi que leurs collègues.

A l’issue de ces pourparlers, le Chef de l’Etat a pris la résolution de ne plus se représenter et ne briguera pas un autre mandat. De leur part, les parties prenantes ont pris la résolution de ne pas modifier la constitution, ni de convoquer un référendum. Et ce, sous préjudice de l’article 5 de la Constitution. Toujours au sujet des retombées disons que la Majorité Présidentielle a fait une concession majeure, en acceptant d’accorder la Primature au Rassemblement. Ce qui a pour incidence de bousculer les forces en présence. Même si par équité la Primature devait revenir à la Majorité Présidentielle, vu que le Conseil national de suivi de l’accord est aux mains du Rassemblement, la famille politique du Chef de l’Etat n’a pas voulu constituer un blocage.

C’est à la suite de toutes ces concessions qu’on est parvenu à l’accord, soit un message que lance la Majorité Présidentielle à travers son Autorité morale que Joseph Kabila n’a jamais prêché le chaos. « C’est la preuve de la bonne foi du Président de la République que d’aucuns mettaient en doute. Ensuite, c’est l’aboutissement heureux de la volonté de Joseph Kabila d’épargner le peuple du chaos que lui offrait les acteurs politiques du Rassemblement », a expliqué A. Atundu à la presse.

Des trois réserves

Il sied de souligner que même si l’accord politique a été signé, la Majorité Présidentielle l’a fait, mais avec réserve. Celle-ci est justifiée par plusieurs raisons, même si la gestion de cette question d’absence d’inclusivité de l’accord du 31 décembre 2016 est capitale et urgente dans la perspective de l’arrangement particulier immédiat attendu entre forces politiques pour la mise en œuvre de l’accord.

De un, la question de l’inclusivité qui était à l’origine des pourparlers n’a pas trouvé de solution, une frange importante de l’opposition, en l’espèce le Front pour le Respect de la Constitution ainsi qu’une partie importante de l’opposition politique qui ont pris part aux discussions n’ont pas apposé leurs signatures dans le texte final de la Saint Sylvestre. De deux, la Majorité Présidentielle, concernant le dédoublement du Mouvement social pour le renouveau (MSR) et consort a préconisé de demander au ministre de l’Intérieur de reporter son Arrêté pour respecter les principes juridiques en la matière. De trois, toute disposition de l’accord politique contraire à la Constitution ne sera pas mise en œuvre.

Par rapport à la suite des événements, il a indiqué qu’à partir d’aujourd’hui, les signataires vont trouver les termes qui conviennent et prendre les engagements pour des modalités pratiques. Et quant à la décrispation, il a noté que quatre cas sur les sept qualifiés d’emblématiques ont connu une avancée, même si pour Katumbi et Muyambo, la CENCO s’est approprié du dossier, en dessaisissant la commission ad hoc des hauts magistrats.

« On doit œuvrer ensemble pour résoudre la question de l’inclusivité, même si l’accord de la CENCO nous a mis au point du départ », dit-il, avait de se demander s’il y aura un troisième round. Par rapport aux difficultés que les pourparlers ont connues, il a fustigé l’attitude de « tout pour Katumbi et tout pour la Primature », à telle enseigne que lorsqu’on touchait à ces dossiers, c’était comme de l’électricité en l’air. Tout ceci est derrière nous, dit-il, tout en souhaitant que les forces du Rassemblement deviendront moins radicalisées.

Atundu est de ceux qui croient que l’inclusivité ne devrait pas constituer un blocage, parce que si la MP a signé, c’était pour manifester sa volonté de traduire son engagement d’offrir la paix, les élections apaisées et l’élan de développement au pays.

Jean-Marie Nkambua

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse