André Atundu « Aucune règle n’interdit au chef de l’Etat d’appeler la population à s’enrôler »

par -
0 530
Une vue du porte -parole de la MP, l' ambassadeur André Alain ATUNDU. Ph.tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Déclarations dénuées de tout fondement, initiatives intempestives et paradoxales, la majorité présidentielle n’est pas en manque d’expressions pour renvoyer ses détracteurs à leurs chères études. Dans une sortie médiatique musclée, le porte –parole de la plateforme présidentielle a tenu à fixer la pendule à l’heure au sujet de l’agitation fébrile constatée dans le chef d’une  frange radicalisée de l’opposition concernant la campagne de sensibilisation à l’enrôlement entreprise par le chef de l’Etat.

Pour la majorité présidentielle, ce comportement est incontestablement l’expression du désarroi d’un regroupement politique qui pensait éloigner indéfiniment le début du processus électoral pour réaliser son dessein insurrectionnel en vue de surprendre la bonne foi du peuple par la prise du pouvoir au sommet de l’ Etat à la faveur du chaos qu’ ils projettent de créer et promettent au peuple.

« Beaucoup plus inquiétant, certains de ses leaders vivent déjà en représentation ce rêve anticonstitutionnel en déniant, sans titre ni droit, au chef de l’ Etat, le garant de la nation, le droit de mener une campagne de sensibilisation en faveur de l’ enrôlement   auprès de nos populations particulièrement des dix millions de jeunes appelés à voter pour la première fois à l’ occasion des prochaines élections de la base au sommet », déplore André Atundu, le porte-parole  de la MP.

A la coalition de 33 ONG  qui demandent  à la Monusco de suspendre son appui logistique à la Ceni pour les opérations de révision du fichier électoral, l’ambassadeur Atundu pense les règles de bienséance démocratique n’interdisent pas au chef de l’ Etat en fonction de soutenir une initiative républicaine de la part d’ une institution publique comme la Ceni.

Jean Pierre Kayembe

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration de la majorité présidentielle

Mesdames, Messieurs des Médias,

Depuis l’annonce et surtout le début effectif par la Ceni des opérations d’enrôlement dans la province pilote du Nord-Ubangi, la majorité présidentielle observe une incompréhension et agitation fébrile de la part de la frange radicalisée de l’opposition regroupée au sein de la plateforme dite Rassemblement à travers des déclarations dénuées de tout fondement et des initiatives aussi intempestives que paradoxales auprès des Nations – Unies.

Ce comportement est incontestablement l’expression du désarroi d’un regroupement politique qui pensait éloigner indéfiniment le début du processus électoral pour réaliser son dessein insurrectionnel en vue de surprendre la bonne foi du peuple par la prise du pouvoir au sommet de l’ Etat à la faveur du chaos qu’ ils projettent de créer et promettent au peuple.

Beaucoup plus inquiétant, certains de ses leaders vivent déjà en représentation ce rêve anticonstitutionnel en déniant, sans titre ni droit, au chef de l’ Etat, le garant de la nation, le droit de mener une campagne de sensibilisation en faveur de l’ enrôlement   auprès de nos populations particulièrement des dix millions de jeunes appelés à voter pour la première fois à l’ occasion des prochaines élections de la base au sommet.

Contre tout entendement, ces démocrates d’un genre particulier viennent à condamner le Président Kabila pour son interview à la presse Ougandaise à l’issue de sa visite éclair auprès du Président Yoweri MUSEVENI.

Mesdames, Messieurs des Médias,

Les règles de la bienséance démocratique n’interdisent pas au chef de l’ Etat en fonction de soutenir une initiative républicaine de la part d’ une institution publique comme la Ceni.

Bien au contraire ! C’est dans  ces circonstances où le fonctionnement et l’avenir de notre démocratie sont en jeu que son rôle de garant de la Nation, car il ne s’agit pas d’ une entreprise partisane mais d’ une action d’ intérêt commun et national.

La majorité présidentielle s’attendait à plus d’ engagement de la part de tous ceux qui prétendent prendre le président Kabila en flagrant délit de déni de démocratie. Preuve est ainsi faite à contrario qu’ en réalité toutes leurs professions de foi sur la démocratie et déclarations tonitruantes sur le respect de la constitution et des engagements internationaux de la République Démocratique du Congo ne sont que faux fuyant pour retarder voire éviter l’ épreuve cruciale des élections.

Le salut de notre démocratie, de nos institutions et de notre peuple ne proviendra pas de ces MOISE là, mais du garant de la nation, preuves à l’appui.

Mesdames, Messieurs des médias,

Face à cet antijeu démocratique et aux adeptes inconditionnels d’une  transition hypothèque en violation flagrante de la constitution, la majorité présidentielle renouvelle son ferme soutien au président Kabila, son autorité morale, dans sa croisade pour le respect intégral de la constitution dans la conduite des affaires de l’Etat et le fonctionnement régulier de notre système démocratique.

La majorité présidentielle demande aux Nations Unies de n’ accorder aucune suite aux demandes insolites et incongrues de soi-disant 33 ONG demandant à la MONUSCO de cesser toute collaboration avec la République dans le cadre du processus électoral. Elles n’ont aucune qualité. Elles ne peuvent ni confisquer ni vendre a souveraineté nationale.

La majorité  présidentielle attire l’attention de nos partenaires au processus électoral sur le fait qu’il s’agit là d’ une supercherie afin d’ entraver l’ organisation des élections conformément  à la constitution et aux vœux de notre peuple.

La majorité présidentielle exhorte la population congolaise, toutes tendances politiques confondues, à faire barrage en bloc à ce dérapage projeté à dessein par ceux qui ne veulent pas des élections, préférant privilégier leurs ambitions aux intérêts du peuple, de la démocratie et du fonctionnement régulier de nos institutions.

La majorité présidentielle saisit cette occasion pour rappeler à ceux qui veulent engager notre dans la voie sans issue de la violence et du chaos que la constitution dans les dispositions pertinentes  de l’ article 64 fait obligation à tout citoyen et évidemment au garant de la nation en premier, de faire échec à ce genre de tentative qui vise à confisquer la souveraineté du peuple ou à la vendre au plus offrant.

Enfin, la majorité présidentielle remercie tous ses partenaires qui ne ménagent aucun effort pour favoriser le dialogue inclusif, politique et national convoqué par le chef de l’Etat au détriment d’un putsch prémédité abusivement appuyé sur la constitution.

L’unité de notre peuple est le seul rempart efficace contre ces brebis égarées en divagation et en perdition.

A la frange radicalisée de l’opposition qui refuse, obstinément et sans raison valable, le dialogue convoqué par le chef de l’ Etat, la majorité présidentielle demande de rejoindre sans un quelconque atermoiement la dynamique nationale en faveur du dialogue, seule voie crédible pour trouver une solution consensuelle à la problématique de processus électoral afin d’ éloigner définitivement le spectre de la guerre et des violences post-électorales.

Mesdames, Messieurs des médias,

Le moment de prouver que le peuple d’ abord n’ est pas seulement un slogan de campagne, mais surtout une préoccupation de tous les instants, traduite en manifestation et en faits concrets.

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 11/08/2016

Ambassadeur André –Alain ATUNDU LIONGO

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse