Ancien champion local du Kick Boxing en Afrique du Sud

par -
0 889
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le phénoménal « Maître » Boyika fait frissonner à Kinshasa

 Un nom d’un homme fort, appelé couramment « Maître » à Kinshasa, est entré dans les causeries depuis le dernier trimestre de l’année en cours. Il s’agit de « Maître » Boyika, que le commun présente comme un ancien champion local du Kick Boxing, au pays du président Zuma. Revenu au pays de ses ancêtres après séjour prolongé et intégration dans son pays d’accueil, « Maître » a élu domicile à Lemba. Depuis, sa renommée s’est répandue à travers d’autres communes de Kinshasa. A Matete, Makala et Ngaba voisines, dans les communes du district de la Tshangu que sont : Kimbanseke, Maluku, Masina, N’Sele, dans le district de la Funa, l’on évoque son nom sans l’avoir vu. De bouche à oreille, des jeunes parlent de ses prouesses à Lemba, de comment il aurait dompté cette entité au point de s’attirer l’attention des autorités.

De la nature de combats livrés

Depuis son retour au pays, en effet, le champion n’a pas encore fait l’objet de publicité dans les médias ou dans des affiches, annonçant quelque combat de cette spécialité. Comme on le comprend, des sponsors potentiels pourraient fructifier leurs mises, en approchant utilement celui dont la renommée s’est répandue de bouche à oreille, sur Kinshasa, à la vitesse de la lumière. Tel jeune fréquentant des points chauds de sa commune : marchés, parkings, terrains de foot, lieux d’entrainement des sports de combat, … et qui n’aurait pas entendu parler du champion d’Afrique du Sud revenu au pays, se refuse à croire en lui-même.

Il ressort des témoignages que les autorités qui ont mené l’opération Likofi (entendez coup de poing) entre fin 2013 et 2014, se sont intéressées autant au profil qu’à la méthodologie de « Maître » Boyika. Car à Lemba où il est domicilié, son statut s’assimilerait à celui d’un directeur de discipline « DD ». Des fumeurs de chanvre, des porteurs de pantalon bas-fesses, des prostituées habillées indécemment, des jeunes consommateurs de liqueur forte surnommée « zododo » et ceux coiffés de « loks », pour ne pas citer des kuluna (membres de gangs opérant à l’arme blanche)… toutes les personnes s’identifiant à une catégorie parmi les précitées, rêvent de ne pas rencontrer le « DD » sur leur chemin. A ce titre, « Maître » Boyika monte en renommée. Dans la mesure où, les forces de Police se déployaient dans le cadre de l’opération « Likofi », pour réprimer des antivaleurs. Lui, il fait reculer les déviationnistes par la simple évocation de son nom. Voilà pourquoi des inciviques résidant en dehors de Lemba ne veulent pas entendre parler de la présence de ce phénoménal de « Maître » dans leurs entités. Aux quartiers Kingabwa et Mombele à Limete, le nom de ce champion de Kick Boxing n’est pas perçu chaleureusement. Au croisement des avenues de l’Université et Kapela, des jeunes chargeurs au parking se sont empoignés vendredi, avec des transporteurs motos, puisque ces derniers avaient promis d’inviter « Maître » Boyika dans chaque parking. Car l’assainissement des mœurs est un volet essentiel dans la refondation nationale, sans laquelle les résultats attendus de la mise en œuvre de macro-programmes resteraient longtemps un vœu pieux.

Quid de l’emploi des jeunes et de l’apport de la diaspora

Au moment où le phénoménal « Maître » Boyika hante les Kinoises et Kinois, la valorisation de la jeunesse par notamment la création d’emploi, demeure une préoccupation. Et cela appelle une implication active ou latente de la diaspora congolaise.

En résumé, l’intégration de la diaspora dans le processus de reconstruction et de développement dans le pays d’origine et de résidence est corollaire de l’état de la migration dans le monde. Plus d’une fois, en effet, les décideurs et les bonnes consciences ont supputé le bien-être individuel et l’impact des rapatriements de fonds, sommes que les migrants envoient dans leur pays, moyen par lequel ceux-ci participent au développement humain. La promotion du développement économique et social à travers les migrations, relever les défis croissants de la gestion des flux migratoires et favoriser la compréhension des questions de migration dans les Etats, le transfert de l’expertise conformément au droit international, selon un principe de base qui veut que les migrations s’effectuent en ordre et dans le respect de la dignité humaine bénéfique aux migrants et aux sociétés

(Lepa)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse