Ambassadrice des vulnérables, l’artiste Bonina Lydie encourage : « Que la femme lutte, car seul le mérite élève et honore »

par -
0 669
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’ambassadrice des vulnérables, Bonina Lydie a un passé d’artiste dont elle garde le souvenir, deux décennies plus tard. Etablie à Bruxelles, elle a profité de son séjour à Kinshasa en ce mois de la femme finissant, pour adresser un message d’encouragement : « Que la Congolaise lutte sans relâche, car la lutte produit le mérite, ce qui élève et honore », a-t-elle encouragé. C’était jeudi dernier, au sortir d’un spectacle (chants et danses) présenté par le Ballet Salongo Bonganga. La réception, à cet effet, a eu pour cadre la salle de fêtes Maman Moluka Pour la Paix, au croisement des avenues Kimwenza et Kapela, au quartier Yolo sud à Kalamu. La soirée a été honorée de la présence du doyen Ngombe Baseko Maître Taureau, géniteur du Ballet su- évoqué.

Quid de l’ambassadrice des vulnérables

Etablie dans la capitale belge depuis plus d’une décennie, Bonina Lydie a pris son bâton de pèlerin en 2014, pour approcher des vulnérables de son pays natal. Aussi a-t-elle témoigné à la presse : « Je suis venue pour aider les vulnérables : veuves, prisonniers, orphelins, etc. A cette occasion, l’orphelinat du quartier Tshibangu à Bandalungwa a été visité en priorité. Pour l’année en cours, je reviens sur les œuvres d’assistance, une fois de plus avec les moyens du bord. L’heure vient, où une structure portera le label de toutes ces actes de bienfaisance que, jusque-là, je pose en personne physique », a-t-elle indiqué.

Artiste, l’ambassadrice des vulnérables témoigne en connaisseur, du paysage congolais du spectacle de danses traditionnelles. « Je suis ravie des réalisations du Ballet Salongo Bonganga, qui a présenté des danses de toutes les provinces de la RD Congo. Il y a longtemps que j’ai connu le Ballet Sambole Lisano, précurseur légitime de Salongo Bonganga », a-t-elle relevé. Et de poursuivre : « J’ai travaillé au Ballet national et connu de grandes figures, comme maman Lianza, Sao Sao, Wazungu et d’autres. En 1987, dans le cadre du groupe Mwenzo Africa, nous avons voyagé notamment aux USA, sous la direction artistique de feu le dramaturge Norbert Mobyem Mikanza ». (Ndlr : l’illustre susnommé, un ancien formateur en arts du spectacle, professeur à l’Institut national des arts, INA et directeur général de la Compagnie Théâtre national, CTN. De son vivant, sa renommée avait débordé les frontières nationales).

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse