Alternance politique en Afrique: Les USA insistent sur le respect du délai constitutionnel

par -
0 834
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*« Plus question pour les dirigeants africains de rester accrochés au pouvoir, même lorsqu’ils ont déjà dépassé le délai constitutionnel », a indiqué Tom Malinowski, Secrétaire d’Etat à la Démocratie, aux droits de l’homme et au travail, à l’issue d’un point de presse organisé en la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo

*Il a reconnu que beaucoup de progrès sur les plans politique, sécuritaire et de la Société civile ont été accomplis en Rdc. Il croit cependant que la Rdc peut atteindre de bons résultats en ces domaines. Il a appuyé l’initiative du dialogue en RDC qui, selon lui, doit se focaliser sur la question du processus électoral

Plus rien ne sera comme avant. En Afrique, l’on tend vers la fin de pouvoir à vie. Plus question pour les dirigeants africains de rester accrochés au pouvoir, même lorsqu’ils ont déjà dépassé le délai constitutionnel. En visite de travail dans la région des Grands Lacs, Tom Malinowski, sous secrétaire d’Etat américain à la Démocratie, aux Droits de l’Homme et au Travail, a rappelé hier jeudi 04 juin 2015 à Kinshasa la position de son gouvernement sur ce sujet. Il a, affirmé que le gouvernement de son pays est préoccupé par ce qui se passe sur le plan politique dans la région des Grands Lacs, où les chefs d’Etats sont très souvent tentés de fouler aux pieds les dispositions constitutionnelles limitant le nombre des mandats présidentiels.

Ainsi pour promouvoir la démocratie en Afrique et ailleurs, « la tradition des présidents à vie doit être finie, en Afrique, tout comme en dehors de l’Afrique », a fait savoir le Secrétaire d’Etat adjoint américain, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse organisée en la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo.

A l’étape de Kinshasa, Tom Malinowski qui a eu des échanges avec quelques membres du gouvernement central de la Rdc, a reconnu que beaucoup de progrès sur les plans politique, sécuritaire et de la Société civile ont été enregistrés. Il croit cependant que la RDC peut atteindre de bons résultats en ces domaines. Même sur le plan sécuritaire, Tom Malinowski croit que la République Démocratique du Congo peut toutefois vaincre les différents groupes armés sur son sol. Si bien, a-t-il renchéri, « tout dépend des actions du gouvernement congolais et de notre capacité à travailler ensemble ».

Avec les membres du gouvernement de la RDC, notamment le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, les ministres des Affaires étrangères et de la Justice, plusieurs sujets ont été abordés, dont les plus importants ont tourné autour de l’alternance politique en RDC, prévue en 2016. Ils ont également évoqué les questions liées à la sécurité, à la justice et à la nécessité de la coopération entre la MONUSCO et le gouvernement congolais. Son souhait est que la Monusco et le Gouvernement de la République continuent de travailler ensemble pour éradiquer les groupes armés dans sa partie orientale.

S’agissant du processus électoral en cours en RDC, Malinowski n’a pas caché l’idée de son gouvernement, qui ne veut plus que les dirigeants africains aillent au-delà des mandats constitutionnels. Car pour son gouvernement, le respect du délai constitutionnel est capital pour garantir la démocratie. Il a, sur ce point précis, appuyé l’initiative du dialogue en RDC qui, selon lui, doit se focaliser sur la question du processus électoral. Il a, par contre dit que «  ce dialogue ne soit pas une occasion pour le régime en place de ne pas respecter le calendrier électoral et la constitution », a-t-il martelé.

Revenant sur l’affaire de la fosse commune de Maluku, l’homme politique américain a souhaité la mise en place d’une commission d’enquête internationale. Par cette occasion, il a salué la franchise du Gouvernement congolais, quand bien même il a proposé si possible à l’exhumation de ces corps, question avait-il dit, «  de se faire une idée par rapport aux circonstances de leur mort ». Juste après sa conférence de presse, Tom Malinowski a quitté le sol congolais.

Du moins, le sous secrétaire n’a pas voulu répondre à certaines de nos questions, notamment celles de savoir : pourquoi le Gouvernement des Etats-Unis ne respectent-il pas la souveraineté des Etats Africains. Que dit le Gouvernement américain par rapport au rapport du site voltairenet qui l’accuse d’avoir financé le Djihadiste pour affaiblir les Etats Africains ? Quelle est sa position vis-à-vis de Nicolas Sarkozy qui a fragilisé la Libye par l’assassinat d’un Chef d’Etat en fonction, créant par voie de conséquence une instabilité totale de l’Etat libyen ?

En plus, les Congolais qui sont fiers de leur Président de la République qui a manifesté sa volonté de respecter la Constitution et a organisé des consultations en vue d’un dialogue pour des élections apaisées, voudraient que M. Tom Walinowski tienne le même discours au Congo d’en face, au Rwanda, en Ouganda, au Burundi, pourquoi pas en Angola et en Algérie. Sinon, il n’est pas intéressant de manifester une sorte d’acharnement envers le Chef de l’Etat actuel de la Rd Congo, lorsqu’on sait qu’il n’est pas le seul concerné dans cette situation.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse