Alors qu’on le croyait fini: Le chanteur Michel Boyibanda revient avec force sur le marché

par -
0 121
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

* Il lance la chanson « Batantou » pour signaler sa présence

Chanteur de renommée ayant marqué depuis de nombreuses années, sa présence aux côtés de Grand Maître Franco au sein du TP Ok Jazz, Michel Boyibanda était à l’époque compté parmi les chanteurs de renommée venus du Congo Brazzaville. Dans cette lignée on a aussi retrouvé des artistes comme Gilbert Youlou Mabiala qui, lui aussi,  avait amorcé le même circuit que son compatriote Michel Boyibanda, les prémices des « bana odemba ».

Puis, emporté dans la vague de déstabilisation menée par les politiciens de l’époque, Michel Boyibanda ainsi que d’autres artistes musiciens furent victimes de la mesure d’expulsion du 22 mai 1964 ayant frappé tous les ressortissants du Congo Brazzaville. Il était donc contraint de retraverser le fleuve pour tenter une carrière solo sur la terre de ses ancêtres. Comme l’a si bien dit mon autre : «  Michel Boyibanda n’est pas un des pionniers de l’Ok-Jazz, ni un muana Loningisa comme De la Lune, Edo, Essous, Pandi, Célestin Kouka…. Il a intégré l’OK-Jazz  le 13 avril 1964 grâce à Luambo Franco et Longomba Vicky, alors qu’il venait d’être repoussé par le Seigneur Ley, après les avoir fait venir à Kinshasa avec Pablito Pamelo Mounka pour l’African-Fiesta ».

Ancien du groupe Négro-Band, Michel Boyibanda n’a pas tardé à prendre sa revanche en signant son premier tube : « Masuwa enani » ou « Monano ya reste ». Une œuvre inspirée de sa langue maternelle. A l’instar des ressortissants du Pool ou d’origine Kongo, Michel Boyibanda qui est du nord de la République du Congo, a marqué son entrée dans l’OK-Jazz par un air du terroir. Prouvant par-là que l’identité culturelle  africaine n’est pas l’apanage d’une région.

Deux ans après cette mesure d’expulsion, Michel Boyibanda va effectuer, de sa belle voix, un retour fracassant dans l’OK-Jazz. De son featuring avec Vicky Longomba, il placera sa voix mielleuse dans la chanson « Quand le film est triste », sans oublier ce qu’il a réalisé dans un autre opus intitulé « Le retro de Boyibanda ».

Par après, sur décision personnelle, Ya Michaux a regagné définitivement Brazzaville où se retrouve encore comme un charme. Aujourd’hui, avec le concours de certaines vieilles gloires, il vient de réaliser au studio, sous le titre « Batantou », une œuvre anthologique qui, avec le saxo incorporé  fait régénérer l’ancien temps de la musique congolaise sur les deux rives du fleuve Congo.

Les mélomanes sont donc invités à écouter religieusement ce long Play signé Michel Boyibanda.

(Kingunza Kikim Afri )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse