Alors que l’agriculture est toujours priorité des priorités en Rdc: Nécessité d’un audit sur les tracteurs remis aux provinces

par -
0 281
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il y a près de 10 ans, le chef de l’Etat Joseph Kabila avait commandé 700 tracteurs agricoles pour la relance de l’agriculture en République Démocratique du Congo afin que les filles et fils de ce grand et beau pays n’aient plus jamais faim. A l’heure où le projet Bukangalonzo n’a pas donné les fruits escomptés, la population a le droit de faire le bilan de ces acquisitions qui avaient suscité tant d’espoirs dans les milieux agricoles. Comme souvent, les politiciens se sont empressés d’expliquer au président de la République que ces engins étaient la solution miracle pour la relance de l’agriculture et qu’ils devaient passer par eux pour atteindre la base. La représentation nationale avait eu la délicate mission de s’occuper de la répartition et du déploiement de ces engins agricoles.

Un énorme échec

Il n’est pas bon de mélanger la politique et le développement. Pour l’avoir fait, plusieurs politiciens qui avaient reçu des tracteurs ont tenté de les distribuer suivant leur électorat, ne suivant pas les exigences du développement agricole. Qu’est-ce qu’il faut faire avec les tracteurs en pleine forêt ? Au lieu de décliner l’offre pour donner la chance à ceux qui en avaient l’expertise, la classe politique congolaise s’est retrouvée en pleine gestion d’un secteur aussi bien technique qu’économique très exigeant. Comme conséquences, plusieurs tracteurs sans pièces de rechange sont vite tombés en panne avant même de produire un sel grain de maïs. Ils ornent aujourd’hui leurs résidences en provinces, ne servant qu’à l’histoire alors qu’ils ont couté des millions de dollars Américains. La population qui attendait une solution miracle contre la faim n’a eu que ses yeux pour contempler cette aventure sans issue.

Leçons à tirer 

Plusieurs spécialistes agricoles ont démontré que la mécanisation agricole devait être la dernière étape de la relance agricole en RDC. Les petits producteurs du Kasaï, Bandundu, Kongo Central et Ituri n’ont pas nécessairement besoin des engins comme le tracteur. Faisant face au manque de semences et pesticides, ils aspirent au petit crédit agricole pour mieux produire. Mais aussi à certains appuis en matière d’évacuation de la production vers les centres de commercialisation. Combien de fois l’Etat congolais a songé à distribuer des intrants agricoles à ceux qui nourrissent le Congo chaque jour ? Ils ont besoin des subsides du gouvernement pour continuer à faire leur travail. Il est également important pour le gouvernement de s’entretenir avec les concernés avant de commander ces engins. Maîtrisant les réalités de leurs secteurs, les paysans savent mieux que quiconque ce qu’il faut pour booster la production du Congo.

Les routes de desserte agricole sont dans un état piteux, ce qui ne facilite pas les échanges entre les centres de production et de consommation. Enfin, pour ce genre de projets, les politiciens sont le plus mauvais canal de distribution. Ils ont toujours leur façon de voir le monde suivant leurs ambitions et aspirations.

Le gouvernement, s’il veut du bien-être des paysans, doit trouver des partenaires capables d’appuyer les producteurs au moyen de nouvelles techniques, mais aussi des financements conséquents. Il est curieux de constater que ceux qui nourrissent 80% de la population meurent dans la misère la plus noire à l’indifférence de la classe politique habituée désormais à se ravitailler dans… les super marchés.

 

(Muntu Bualu)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse