Alcool et football : un mélange charmant, mais dangereux

par -
0 143
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Perturbateur des régénérations des muscles, la consommation de l’alcool par le footballeur de haut niveau pose d’énormes problèmes au staff médical des équipes. Et pourtant, c’est devenu de plus en plus fréquent de rencontrer des athlètes qui s’offrent le luxe de prendre de l’alcool régulièrement. Dans tous les cas, la consommation de l’alcool a des incidences néfastes et plurielles sur le corps des footballeurs. En général, l’alcool est un agent qui charme facilement bien que son influence négative sur les performances sportives est notoire.

L’alcool trouble et altère sensiblement le réflexe du joueur. Il dérange sa concentration et baisse son endurance musculaire. Pour couronner le tout, son système de fonctionnement cardiaque et pulmonaire se détruit à petit feu. Alors que les premiers organes nobles d’éligibilité pour la pratique du football sont avant tout le cœur et les poumons.

La consommation de l’alcool après la pratique du football provoque des multiples perturbations métaboliques dans les muscles. Puisqu’après chaque rencontre sportive, le footballeur doivent passer par des séances de refroidissement des muscles et bien d’autres exercices susceptibles de lui permettre une bonne récupération. Mais si cette étape d’efforts est directement remplacée par un réconfort qui n’en est pas un, en l’occurrence la consommation de l’alcool, alors l’athlète doit s’attendre à une persistance des microlésions des muscles engendrés durant l’entrainement ou la compétition.

La consommation régulière de l’alcool par le footballeur dérange considérablement la construction, le développement et l’entretien naturel de son système osseux. L’athlète qui frime ou qui compte noyer son stress en consommant de l’alcool, est exposé à plusieurs niveaux au risque de connaitre des blessures et des fractures aux niveaux des membres les plus sollicités dans la pratique du football. Aussi, il aura une performance et un rendement moindre par rapport aux footballeurs qui ne consomment pas d’alcool. Le football exige pourtant une masse squelettique robuste. La consommation d’alcool modérée ou élevée ne favorise rien dans le corps du sportif.

La principale consommation du footballeur doit être portée sur l’eau. Avec avis du médecin de l’équipe, il peut y avoir lieu d’y ajouter des vitamines pour sa performance. Cependant, l’alcool favorise une déshydratation accentuée. La vie des footballeurs est liée à de grands efforts que le staff médical doit suivre à la lettre pour qu’enfin une récupération s’en suive pour un repos considérable avant les prochains efforts. Mais lorsque l’athlète consomme de l’alcool, il perturbe le mécanisme de réhydratation. Il y a donc lieu de démonter la célèbre pratique de troisième mi-temps.

(Hana Kel)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse