Aide pour les réfugiés Burundais

par -
0 912
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Commission européenne débloque 1,5 million d’euros

La Commission européenne vient d’allouer 1,5 millions d’euros en réponse aux besoins humanitaires immédiats en termes d’assistance et de protection des réfugiés Burundais dans les pays avoisinants dont essentiellement la Rdc , le Rwanda et la Tanzanie. Conséquence du nombre rapidement croissant de réfugiés fuyant leur pays durant les dernières semaines. Ce financement fait partie des 47 millions d’euros prévus pour la région des Grands Lacs en 2015.

“Ce déplacement soudain et massif, très préoccupant pour une région déjà fragilisée, est une tragédie humanitaire et un défi pour les pays voisins quant à leur capacité à accueillir les réfugiés,” a déclaré le Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides.

Le Rwanda, la République démocratique du Congo et la Tanzanie font face à un flux de réfugiés qui invoquent l’intimidation, les menaces, ou la peur de la violence comme motifs de fuite. On estime à plus de 30.000 le nombre de personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ayant déjà fui, avec la crainte que ce chiffre puisse encore croître.

Rien qu’au Rwanda, près de 25 000 nouveaux réfugiés étaient déjà comptabilisés au 3 mai. La flambée fait suite aux affrontements ayant eu lieu la semaine passée à Bujumbura, la capitale du Burundi, entre la police et les opposants au Président Nkurunziza, ce dernier ayant annoncé sa candidature pour un troisième mandat à l’élection présidentielle de juin. En Rdc, le cap de 10 000 est déjà franchi.

La Commission européenne suit de près l’évolution de la situation et exprime son inquiétude face aux nombre croissant de réfugiés.

Eviter une « Turquoise bis »

La crise politique qui a éclaté depuis près d’un mois à Bujumbura, au Burundi voisin fait craindre plus d’un observateur. Cette vague des réfugiés burundais au Sud-Kivu, la RDC sous la menace de Turquoise bis. De nombreux milliers de réfugiés burundais, auxquels se sont mêlés des citoyens congolais, sont signalés, dans plusieurs localités du Sud-Kivu, avec en tête de liste Uvira. Ces personnes fuient naturellement la grande insécurité qui prévaut dans leur pays à la suite des bavures policières : tueries, tortures, arrestations arbitraires,… lors des manifestations populaires provoquées par la décision du président Pierre Nkurunziza de vouloir briguer un troisième mandat, en violation de la Constitution.

Mais avec cet afflux de réfugiés burundais, au-delà de la fraternité africaine, l’on devra redouter que la RDC puisse connaître une nouvelle opération «Turquoise », laquelle avait permis, en 1994, sous le couvert de la France et de la Communauté internationale, mais avec la bénédiction du gouvernement de l’ex-Zaïre, à près d’un million de réfugiés Rwandais, de s’installer à travers plusieurs camps d’accueil du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, avant de gagner plus tard des villes et villages de ces deux provinces.

Dans ce lot encore, doit-on le rappeler, aux vrais réfugiés s’étaient mêlés des éléments de l’ex-armée de feu le président Habyarimana ainsi que des miliciens génocidaires Hutu, qui avaient traversé la frontière avec armes et bagages. Et la suite, on le sait.

Arrêter l’hémorragie

Fuyant la tension qui monte à l’approche des élections de juin, les réfugiés burundais sont de plus en plus nombreux à traverser la frontière. Une situation qui n’est pas simple pour Kinshasa qui a déjà accueilli ces dernières semaines plus de 90.000 Centrafricains qui ont également fui les violences dans ce pays.

Selon le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), ces 32.000 réfugiés au Rwanda et en RDC sont en majorité des femmes et des enfants, qui ont fui depuis début avril en citant pour motif l’intimidation et les menaces de violences liées aux prochaines élections.

En attendant, les réfugiés burundais vivent chez l’habitant. Le gouvernement congolais et le HCR s’activent pour leur trouver un lieu d’accueil décent au Sud-Kivu.

Dans son dernier bulletin en date du 26 avril, le Bureau pour la coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) dit se préparer d’ailleurs à un possible afflux de réfugiés dans les pays voisins du Burundi – le Rwanda, la RDC, la Tanzanie et l’Ouganda. « Les partenaires humanitaires prévoient qu’en cas de violences pré-électorales, quelque 50.000 personnes risquent d’être affectées au cours des huit premières semaines, et, dans le pire des scénarios, jusqu’à 350.000 au cours des six premiers mois », fait remarquer OCHA, évoquant un « impact humanitaire » potentiellement massif.

Avec ces prévisions alarmantes, l’ONU avait demandé aux pays donateurs 11,6 millions de dollars pour couvrir les premières opérations préparatoires d’aide. Coup de chapeau donc à la Commission européenne qui vient de mettre la main à la poche, en répondant, tant soit peu, à cette demande.

(Emmanuel Badibanga)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse