Agriculture: L’Office National de Café se meurt

par -
0 997
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis 2001, année  de l’annonce par le Chef de l’Etat que le Smig par jour du huissier, le dernier des fonctionnaire de l’Etat ne pouvait pas être en deçà de 3$, à l’Office National de Café, le salaire avait simplement disparu des habitudes des agents qui en principe sont mieux payés que ceux de la Fonction publique. Le personnel de l’Office National de Café ONC continue à broyer du noir… Depuis janvier 2015 jusqu’à ce jour, pas le moindre salaire n’a été payé à l’effectif du personnel de cet office évalué à moins de mille agents dans l’ensemble du territoire national. L’ONC n’existe pour ainsi dire que de nom. Nous avons pu glaner toutes ces informations auprès des retraités et agents de l’ONC venus assister au deuil de leur collègue décédé au quartier FER BOIS dans la commune de Kimbanseke. De leurs bouches ne fusaient qu’une série de plaintes et lamentations. « L’ONC n’est pas fonctionnel. De l’ensemble de l’effectif du personnel, seuls ceux de l’Est de la République (Bukavu, Bunia, Mahagi, Goma et Beni s’organisent avec le peu qu’ils réalisent comme recettes pour octroyer un petit salaire aux agents. En dépit de la situation sécuritaire peu reluisante à l’Est, les gestionnaires de l’ONC dans cette partie de la République s’efforcent  à payer tant soit peu le personnel », nous a expliqué l’un d’eux qui a naturellement requis l’anonymat pour des raisons évidentes.

Quid des recettes de l’Onc 

Les recettes de l’Office National de Café proviennent premièrement des attributions normatives de l’office en tant qu’autorité de régulation et de contrôle étatique des produits agricoles d’exportation. Au rang desquels figurent le café, le cacao, le quinquina, la papa ïne, le caoutchouc (l’hévéa), l’huile de palme…

En deuxième lieu viennent les attributions agro-industrielles de l’entreprise, c’est-à-dire  sur le plan purement agronomique.  Il y a notamment l’encadrement des producteurs ou cultivateurs de ces produits. Il y a également la mise à disposition des usines de l’entreprise aux opérateurs économiques du secteur.

Troisièmement les attributions commerciales. Sur le plan commercial, l’Onc est sensé récupérer les invendus des paysans pour leur épargner des pertes éventuelles. L’Onc les récupère, les traite dans ses usines et   les commercialise. Il sied de souligner que cette dernière fonction est devenue quasi nulle avec la déconfiture de la trésorerie de l’entreprise.

Alors quoi faire pour sauver l’édifice ?

Notons qu’à défaut de ces ressources authentiques de l’entreprise, c’est-à-dire celles relevant des attributions de l’entreprise ci-haut énumérés, l’Onc recourt présentement à la mise en location de ses installations (entrepôts, villas résidentielles, et espaces pour trouver quelques ressources afin d’assurer tant bien que mal le fonctionnement de l’entreprise. Les multiples et incessants appels des comités de gestion qui se sont succédé depuis bientôt une décennie, à l’endroit du gouvernement étant restés lettres mortes. Il est anormal, que des centaines de foyers croupissent dans la misère totale.

Ils ne perçoivent aucun salaire. Leurs enfants ne peuvent plus aller à l’école et ceux qui sont locataires ont été obligés de résilier leurs contrats de bail et se retrouvent sans logis. Les temps sont déjà trop dures et le manque de revenus clochardise davantage une population en situation de précarité manifeste. Les agents de l’ONC lancent donc ce cris de détresse à l’endroit des décideurs.

(Fernand Mukaku Lalabi-Muke)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse