Agriculture et développement rural

par -
0 683
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Validation ce vendredi du plan sectoriel de la réponse au Vih/Sida

Le Vih/Sida est un véritable défi auquel est confronté le secteur agricole et rural en Rd Congo. Voilà pourquoi les partenaires et les responsables du secteur se sont-ils engagés à lui doter d’un plan sectoriel 2015 – 2017 de la réponse au Vih/Sida afin de permettre la mise en œuvre du plan stratégique national au sein de ce secteur. Lequel sera validé ce vendredi 31 juillet 2015 à l’issue des travaux d’un atelier organisé à cet effet.

Il s’est ouvert hier à Kinshasa, un atelier de validation interne du plan sectoriel de la réponse contre le Vih/Sida et les IST 2015 – 2017 du secteur de l’Agriculture et Développement rural. Cet atelier se clôture déjà aujourd’hui après un enrichissement de fond et de la forme du document – fruit d’un travail de deux mois (juin et juillet 2015) effectué par des experts sous le leadership du Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida (PNMLS) – avant sa validation par des cellules ministérielles de lutte contre le Vih/Sida et les autres acteurs du secteur.

Cette validation permettra donc de doter le secteur de l’Agriculture et Développement rural congolais d’un plan sectoriel de la réponse au Vih/Sida et IST 2015 – 2017 ainsi que de deux plans opérationnels sous sectoriels en vue de la mise en œuvre du plan stratégique national au sein de ce secteur.

Hier avant de lancer officiellement les travaux de cet atelier organisé avec l’appui de l’Unité conjointe d’appui à la gestion Agriculture (UCAG/Minagri), le représentant du ministre de l’Agriculture, Pêche et Elevage a rappelé aux participants les efforts entrepris par le Gouvernement de la République pour sécuriser la santé de la population congolaise. Il a aussi énuméré les différents drames du Vih/Sida dans la santé humaine, de la famille, jusqu’à fragiliser le bon fonctionnement des services du secteur de l’Agriculture et du Développement rural.

« La pandémie de Vih et Sida est devenue un problème de développement, car elle affecte la majorité de nos jeunes et des femmes dans les milieux ruraux où l’activité principale tourne autour de l’agriculture et l’artisanat », a déclaré le représentant du ministre avant d’inviter les participants à faire une analyse sans complaisance du draft « afin de doter notre secteur d’un plan de lutte contre les IST, VIH et Sida, réaliste pendant les trois prochaines années ».

Le plan cible les populations rurales de toutes les provinces

Après avoir intériorisé les termes de référence de l’atelier (objectifs, résultats attendus, méthodologie, modalités pratiques), les participants ont donc suivi avec intérêt la synthèse du plan sectoriel tel que présenté par le consultant national recruté pour accompagner les composantes du secteur (participants à l’atelier) à la validation de ce plan sectoriel de la réponse au Vih/Sida et IST 2015 – 2017 et les plans opérationnels sous sectoriels dans les normes requises.

Il a expliqué que ce plan stratégique a trois principaux axes : la réduction de la transmission du Vih/Sida et IST ; la promotion d’un environnement favorable aux PVV (Personnes vivant avec le Vih) et personnes affectées par la lutte contre la discrimination et la stigmatisation dans le milieu du travail ; et la coordination et le soutien de la mise en œuvre du plan sectoriel.

Les personnes ciblées sont les 40.468 agents et cadres du secteur de l’Agriculture et Développement rural et leurs membres de famille, des groupes spécifiques, les populations rurales et agricoles, etc. Toutes les provinces sont ainsi retenues. Le but est de contribuer au développement du pays en freinant la propagation du Sida.

Forces et faiblesses du plan

Le consultant national a indiqué les forces de ce plan sectoriel qui sont : l’existence d’un plan sectoriel actualisé et d’une cellule créée par l’autorité de tutelle ; la mise en œuvre des activités de lutte contre le Sida par les cellules et l’accompagnement de ces cellules par le PNMLS ; ainsi que la disponibilité des personnes ressources, etc.

Mais il a aussi énuméré quelques faiblesses notamment dans la planification, documentation et rapportage des activités ainsi que dans la mobilisation des ressources. Egalement, la faible exécution des activités au niveau des provinces et faible collaboration avec les autres structures spécialisées ainsi que l’absence des outils de communication adaptés au secteur…

Le consultant national a aussi présenté des opportunités avec la présence des partenaires et projets dans le secteur. Ce, sans oublier quelques menaces dont l’absence d’une allocation budgétaire et une forte dépendance des financements extérieurs.

Signalons que ce plan sectoriel s’inscrit dans droite ligne du Programme d’action prioritaire du Gouvernement et du cadre de dépenses à moyen terme ainsi que du cadre d’investissement sur le Vih/Sida. Son élaboration a donc tenu compte de l’existant et de la capacité nationale en mobilisation des ressources additionnelles provenant des bailleurs du secteur présents au pays.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse