Affaire Succession Lema Wa Lwemba Lembe

par -
0 571
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un jugement mal rendu par le Tripaix d’Assossa fait une victime

Le Chef de l’Etat avait dernièrement pris la décision de revisiter la justice congolaise à travers les états généraux de cette branche qui régule la vie des citoyens dans la société. Si le Garant de la Nation avait pris cette option, c’était dans le but de mettre un terme aux nombreux maux qui rongent la justice congolaise.

Pour des raisons inacceptables, plusieurs procès trainent inutilement dans des tiroirs de ceux qui sont choisis par l’Etat pour dire le droit en appliquant correctement la loi. Or, ici, dans nos cours et tribunaux les jugements s’élastique au jour le jour suite aux nombreux recours dilatoires dont sont passés maîtres des avocats qui ne songent plus qu’à renflouer leurs poches au lieu de faire luire l’image de marque de leurs barreaux.

Dans le tas, un cas retient l’attention de l’opinion. En effet, un procès oppose depuis 2013, les parties José Kola Nzau, le liquidateur de la succession Marguerite Lema Wa Lwemba Lembe à Madame Elysée Konde Buadi pour la parcelle située sur la rue Djolu n° A/32 à Matonge dans la commune de Kalamu.

Ce procès, à plusieurs rebondissements est allé d’une juridiction à une autre à travers des reports qui, en fait, ne sont que des manœuvres dilatoires des avocats d’Elysée Konde Buadi pour retarder l’exécution des jugements rendus en faveur de la partie José Kola Nzau. Loin de désarmer, Mme Elysée Konde par le biais de ses Avocats, en dehors de ce qui a été jugé sous RPA 4722 au TGI/Kalamu, a porté la même affaire au niveau du tribunal de Paix de Kinshasa/Matete sous RP 28.326/III croyant avoir gain de cause. Là aussi, elle a été boutée dehors.

Et pourtant, à l’époque lorsqu’elle avait commencé ses manœuvres sordides, l’usurpatrice Elysée Konde Buadi devant son époux Robert Nzuzi Ngoy avait été entendu en premier lieu M. Jean Claude Kadima, le bourgmestre de la commune de Kalamu. A ce stade, Elysée Konde Buadi avait sollicité un sursis d’un mois pour libérer la maison sise rue Djolu n° A/32 à Matonge. Mais, curieusement, depuis lors, préparant son coup funeste, cette dame refuse de quitter cette parcelle à la grande stupéfaction des membres de la famille Marguerite Lema Wa Lwemba Lembe dont le liquidateur José Kola Nzau.

Car, la carte pour citoyen datée de 1978 produite par l’usurpatrice Elysée Konde et consorts est manifestement fausse en ce que l’encre utilisée et les écritures qu’elle porte sont différentes. De même, pour les prénoms repris dans la rubrique susdite qui étaient, à l’époque, prohibés. Et, chose grave, la faussaire Elysée Konde et ses Avocats, on ne sait pas trop par quelle magie, font de maman Marguerite Lema Wa Luemba Lembe une originaire de la province du Kasaï. Encore faut-il préciser s’il s’agit de quel Kasaï ? Alors qu’en réalité, la défunte était originaire du Bas-Congo.

Outre la fausse carte brandie qui n’honore pas la femme congolaise, il serait de bon aloi pour les juristes d’éviter de dénaturer la loi à cause des prébendes de bas étage datant de la période médiévale. Pour cette affaire, disons que l’article 222 du Code de la famille dispose que « tout mineur non émancipé n’ayant ni père ni mère, pouvant exercer sur lui l’autorité parentale est pourvu d’un tuteur qui le représente ».

C’est ainsi que séance tenante, en date du 10 septembre 2013, le Ministère Public entendu dans son avis sur les exceptions, a fini par dire purement et simplement irrecevable l’action d’Elysée Konde et consorts et a tout rejeté en bloc. L’affaire a été renvoyée au Tribunal de Paix d’Assossa.

L’oncle paternel d’Elysée Konde remet la pendule à l’heure

Invité à témoigner sur les faits qui opposent sa nièce Elysée Konde Buadi à la famille de la défunte Marguerite Lema Wa Lwemba Lembe li N’lele, M. Damien Buadi l’oncle paternel de l’usurpatrice a balayé d’un revers de doigts toutes les faussetés avancées par les avocats de sa nièce en démontrant que cette dernière ne fait pas partie de la famille de la défunte Marguerite Lema Wa Lwemba. C’était la stupéfaction dans la salle.

Prenant alors l’affaire en délibéré et pendant que le Ministère public entendu avait requis cinq années d’emprisonnement ferme à l’endroit d’Elysée Konde Buadi, le juge du Tribunal de paix d’Assossa a rendu un jugement à double tranchant. Tout en reconnaissant la qualité de liquidateur de la succession Marguerite Lema Wa Lwemba à José Kola Nzau, il a simplement gommé l’infraction de faux et usage de faux d’Elysée Konde Buadi pour l’acquitter purement et simplement à la stupéfaction générale, oubliant par le fait que c’est bien cette infraction qui est la base de ce procès au pénal. Du coup, après le prononcé, un cri strident dans la salle a retenu l’attention du public, maman Marie Immaculée Conception Kola venait de piquer une crise parce qu’elle n’a pas compris l’attitude de ce juge qui n’a pas pris en considération le réquisitoire du Ministère public. Elle est décédée le mai 2015 à Kinshasa.

Non content le liquidateur interjette l’appel

Non content du jugement prononcé sous RP 13/1 par le Tribunal de paix d’Assossa à son audience publique du 9 janvier 2015, la partie José Kola Nzau a interjeté appel le 27 février 2015 sous le n° 053/2015 au Greffe dudit Tribunal dans le but de relancer les débats dans une autre juridiction plus compétente. L’affaire se trouve présentement au niveau de la Cour d’Appel de la Gombe où après report de deux séances, les parties sont attendues à l’audience du 15 juillet 2015.

 

 

(Kingunza Kikim Afri)      

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse