Affaire succession Lema Wa Lwemba

par -
0 624
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cour d’Appel/Gombe et TGI/Matete : l’interférence dérange le cours du procès

La réouverture des débats ordonnée par l’Arrêt avant dire droit du 5 novembre 2015 sollicitée par la partie Elysée Konde Buadi dans l’affaire qui l’oppose à la succession Lema Wa Lwemba représentée par le liquidateur José Kola Nzau a eu lieu le jeudi 3 décembre 2015 à la Cour d’Appel de Kinshasa Gombe.

Curieusement alors, au lieu de présenter une autre pièce qui convainc la Cour d’autant qu’elle avait affirmé au premier degré détenir un élément édifiant, c’est plutôt la même carte d’identité datée l’époque du recours à l’authenticité prôné par le Président Mobutu, la partie Elysée Konde Buadi s’est amené avec le jugement prononcé sous RP 10144 par la Tribunal de paix d’Assossa où, miraculeusement, la dame a été acquittée dans l’action qui est venue du Parquet.

Alors que dans l’action initiée par le liquidateur sous RP 10387, la même dame avait soulevée l’exception liée à la question préjudicielle en rapport avec la qualité du liquidateur dont le Juge Pénal d’Assossa a ordonné la surséance en attendant que le Juge Civil saisi en appel sous RCA 30618 tranche sur cette question. C’est encore un dilatoire dont ses avocats ont comme seule spécialité en lieu et place des arguments de droit et des preuves pouvant emporter la conviction du Juge.

Encore une fois comme on peut le constater tout au long de ce procès qui n’en finit jamais et qui risque de salir la bonne réputation des Barreaux de Kinshasa, c’est encore à une réouverture des débats pour rien qu’on a assisté le jeudi 3 décembre 2015 à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, car aucune preuve ni un document nouveau n’ont été apporté pour prouver la qualité d’héritière d’Elysée Konde Buadi mariée et mère de 5 enfants. A ce niveau peut-elle encore être toujours sous la tutelle qui est liée à la minorité d’âge ?

Est pris qui croyait prendre

A malin, malin et demi dit une sagesse. Croyant flouer les instances et focaliser l’attention sur ce qui se passait à la Cour d’Appel, les conseils d’Elysée Konde Buadi, toujours dans leur intention de nuire et de faire retarder inutilement les choses, ont user d’une duperie qui mérite qu’on en parle et si, possible, des sanctions peuvent être diligentées contre les avocats qui ne respectent pas les recommandations des Bâtonniers contenues dans la note Circulaire n°001/BKM/BRKG/BTR/TK/08/2014 des Bâtonniers de barreaux de la Gombe et de Matete qui chutent en disant : « Dorénavant, nous vous faisons savoir qu’aussitôt que nous serons saisis des cas dont les faits sont avérés, nous déférerons sans désemparer les confrères, auteurs desdits faits, devant le Conseil de l’Ordre pour être jugés et sanctionnés de façon exemplaire »… Et cela ne peuvent pas être des vains mots.

Au moment où cette affaire passait ce jeudi 3 décembre 2015 à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, croyant focaliser l’attention de la partie du liquidateur de la succession Lema Wa Lwemba sur ce procès, les conseils d’Elysée Konde se sont arrangés pour fixer à la même date la même affaire au niveau du Tribunal de Grande Instance de Matete où sous RPA 2806, la dame Elysée Konde Buadi qui n’a pas qualité, poursuit le Professeur José Kola Nzau Molakisi, pour faux et usage de faux et tentative de stellionat. Ici on est à une cinquième remise du jugement parce, semble-t-il, le dossier physique RCA 2806 est porté disparu au niveau du Greffe de TGI/Matete. Alors qu’il croyait trouver un passage à vide pour une fois encore tromper les juges, les conseils d’Elysée Konde Buadi a été surpris ici aussi à rencontrer la partie du liquidateur qui veillait au grain et avait pris des dispositions pour démontrer qu’elle en avait assez des dilatoires. L’affaire a été renvoyée au 17 décembre 2015.

Une indiscrétion au niveau de la Cour d’Appel de la Gombe a fait savoir que le comportement de ces avocats est loin de corroborer avec les attentes du Chef de l’Etat qui lors assises des Etats généraux de la Justice avait dit : « Ce qui importe, c’est le changement des mentalités de tous les acteurs du secteur de la Justice qui doivent en toute circonstance avoir un comportement exemplaire qui inspire la confiance et le respect des citoyens » a déclaré le chef de l’Etat et d’ajouter « Si j’ai demandé au Gouvernement d’organiser les présentes assises, c’est parce que j’ai une conviction profonde qu’en dépit des avancées que nous enregistrons sur le terrain des réformes institutionnelles dans le secteur de la justice, les comptes sont loin d’être faits sur ce qui intéresse les justiciables». C’est en ces termes que le Chef de l’Etat congolais s’est exprimé le lundi 27 avril 2015, à l’ouverture des Etats généraux de la Justice à Kinshasa. Ce forum avait réunit les experts de l’appareil judiciaire pour faire une autocritique et prendre des mesures pour l’améliorer.

Devant ce tableau on est alors en droit de se poser la question de savoir quelle est la place de ses Avocats de la honte qui ne respectent pas les recommandations de la hiérarchie et qui sont devenus spécialistes en dilatoires?

(Kingunza Kikim Afri)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse