Affaire succession Lema wa Luemba

par -
0 786
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Cour d’Appel de la Gombe condamne Elysée Konde pour défaut de qualité

Depuis plus de deux ans, l’affaire qui oppose une usurpatrice nommée Elysée Konde Buadi au liquidateur José Kola Nzau Molakisi continue à faire parler d’elle à travers la quasi-totalité de juridictions de Kinshasa où cette affaire a été plaidée. Beaucoup d’encre et de salive ont coulé par la simple volonté d’Elysée Konde Buadi induite en erreur par une cohorte d’avocats spécialistes en dilatoires.

On retiendra qu’à sa mort survenue le 3 mars 2006 à Kinshasa, maman Marguerite Lema wa Luemba avait laissé une parcelle située au n° A/32 de l’avenue Djolu au quartier Matonge dans la commune de Kalamu inscrite au n° 1181 du plan cadastral de cette municipalité et couverte par un certificat d’enregistrement Vol. A287 Folio 39 du 18 juillet 1988. Pour réguler les choses et mettre de l’ordre dans la famille de la disparue, un conseil s’est réuni pour choisir un liquidateur. C’est José Kola Nzau Molakisi qui a été désigné à l’unanimité en date du 15 avril 2006 à ce poste par les membres de famille de la défunte.

De son vivant, on notera que maman Marguerite Lema wa Luemba qui avait un cœur sensible ne voulait pas voir les enfants déambuler inutilement dans la rue, elle avait fait de sa maison un mini centre d’hébergement de nombreux enfants de la rue. C’est dans cette vague qu’est arrivée dans la foulée une certaine Elysée Konde Buadi qui, à la mort de Marguerite Lema wa Luemba, s’est fait fabriquer de faux documents parcellaires dans le but sordide de s’accaparer du bien d’autrui alors qu’elle n’a aucun droit parce que ne faisant pas partie de la famille Lema wa Luemba. Elle s’est fait faire dans la précipitation une fiche parcellaire bourrée d’incohérences en arguant que la défunte était née en 1929 alors qu’en réalité c’est en 1920 que maman Marguerite avait vue le jour et sur une autre fausse carte d’identité datée de la 2ème République Elysée Konde Buadi et ses complices ont présente la défunte qui était originaire du Bas-Congo (Kongo Central) comme étant une kasaïenne. Devant tous les Tribunaux où ce dossier est passé, les juges n’ont fait que tabler sur la vérité en donnant raison au liquidateur José Kola Nzau Molakisi…

La dernière audience eut lieu le mercredi 30 septembre 2015 à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe. Comme partout ailleurs les avocats-conseils de José Kola Nzau Molakisi ont démontré que leur client était dans la légalité et que cette affaire qui a fait couler tant d’encre et de salive ne pouvait arriver à ce niveau si les avocats conseils d’Elysée Konde Buadi avaient travaillé dans l’honnêteté sans verser dans les dilatoires. En effet, devant la Cour d’Appel de la Gombe, Elysée Konde Buadi,par le truchement de ses avocats, conteste la qualité de liquidateur du Professeur José Kola Nzau Molakisi alors qu’elle-même le sait de par ses propres déclarations qu’elle n’est pas de la famille de la défunte Marguerite Lema wa Luemba. Comment alors cette femme qui ne fait pas partie de cette famille peut-elle contester la qualité de liquidateur à cet éminent professeur ? Au niveau du Tribunal de Grande Instance de Matete sous RPA 2806, cette dame qui n’a pas qualité, poursuit le Professeur José Kola Nzau Molakisi, pour faux et usage de faux et tentative de stellionat. De ce qui précède, comment la Cour peut-elle faire droit à un moyen machiavélique sollicité par une personne du genre d’Elysée Konde Buadi qui n’a ni droit ni qualité en lui accordant un tel droit ? Comprenant toutes les manœuvres dilatoires orchestrées par les avocats de la partie Elysée Konde Buadi, après plaidoirie, l’Officier du Ministère public a émis son avis sur le bac pour dire à la Cour que l’action de l’appelante soit déclarée irrecevable pour défaut de qualité parce qu’il n y a même pas un lien de parenté entre cette dame et la partie Jose Kola Nzau.

En son temps, pour la même situation, Elysée Konde Buadi avait sollicité du bourgmestre Jean-Claude Kadima un sursis d’un mois pour libérer la parcelle sise avenue Djolu n° A/35 à Matonge dans la commune de Kalamu. Depuis lors, elle ne s’est jamais exécutée. Informé de ses manœuvres sordides, le n° 1 de la commune de Kalamu vient de taper du poing sur la table en prenant la décision de diligenter sur place une équipe pour faire déguerpir la dame pour son entêtement caractérisé.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse