Affaire Muyambo-Ministère :Les avocats du barreau du Katanga menacent de faire la grève

par -
0 1133
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Solidaire avec leur collègue et ancien bâtonnier, le barreau du Katanga compte engager des actions dans tous les tribunaux et organiser une marche dite « toge noire » en faveur de la libération du prévenu Jean-Claude Muyambo. Et ce, parce que sa santé inquiète et exige son transfèrement à l’étranger pour des soins appropriés, car sa jambe à une quintuple fracture jusqu’aux orteils.

A cause de l’arrestation qu’il qualifie d’arbitraire, le barreau du Katanga compte décréter une grève illimitée en guise de la solidarité à leur collègue Jean-Claude Muyambo. Détenu au Centre Pénitentiel et de Rééducation de Kinshasa, ex-prison centrale de Makala, le député national honoraire, et ministre honoraire des Affaires sociales, Solidarité et Affaires humanitaires croupi depuis lors dans cette institution pénitentiaire. La cause de son arrestation, indique le barreau du Katanga, est l’affaire qui l’oppose à son client. Ce dernier, après avoir bénéficié le service de cet ancien bâtonnier du Katanga, a brillé par le non-paiement de ses honoraires. Depuis, c’est le drame contre Jean-Claude Muyambo sur instruction du Parquet Général de la République.

Mandaté par Mme le bâtonnier du Katanga, l’ancien Bâtonnier Jacques Bakambe a tenu un point de presse au nom du barreau de sa province pour dénoncer l’acharnement contre leur collègue et en guise de solidarité, le barreau du Katanga annonce que d’ici 72 heures, si Jean-Claude Muyambo ne recouvre pas sa liberté, une grève illimitée sera déclenchée par tous les avocats de cette province cuprifère contre le traitement subi contre leur ancien bâtonnier. Jean-Claude Muyambo pour devoir de mémoire, a été arrêté puis brutalisé dans la nuit de son arrestation. La conséquence, ce que l’ancien député national et Président national du parti Scode a connu une quintuple fracture à la jambe gauche, dont deux orteils endommagés.

Sans mandat de comparution, mais un mandat d’arrêt immédiat

De quoi reproche-t-on à Jean-Claude Muyambo? A en croire l’ancien bâtonnier mandaté par Mme le bâtonnier Rose Tumba Kaja, l’affaire qui oppose leur collègue au ministère public est une affaire purement déontologique. « Je suis à Kinshasa, mandaté par le barreau de Lubumbashi en la personne de Mme le bâtonnier Rose Tuimba qui m’a dépêché à Kinshasa afin d’aller au chevet du bâtonnier Muyambo et lui assurer la solidarité de tous ses confrères dans l’épreuve qu’il traverse actuellement. Vous les savez bien, le bâtonnier Muyambo a été arrêté d’une manière arbitraire parce que les faits qu’on lui reproche, ce sont les faits qui remontent de l’exercice de sa profession d’avocat. Pour ces faits-là, nous estimons que s’il y avaient des aspects déontologiques autour de poursuites engagées contre le bâtonnier Muyambo, ce sont des faits qui devraient être dirigés vers l’ordre des avocats », a-t-il souligné.

Il déplore qu’il s’agisse des faits où le prisonnier a eu à occuper pour un client qui est en difficulté de pouvoir régler la note honoraire et qu’aujourd’hui, le barreau des avocats de Lubumbashi s’interroge comment cette affaire a été ramenée à une affaire d’Etat ?

Dans la même logique, le barreau observe que la note circulaire du Procureur Général de la République note n°003 n’a pas été respectée par le Procureur Général qui a ouvert l’enquête judiciaire. « Si un avocat doit être victime des actes arbitraires du genre de ce que le bâtonnier Muyambo subit, au niveau du barreau de Lubumbashi, ça devient une inquiétude en ce qu’un client en difficulté de payer les honoraires et que cette affaire soit transformée en un abus de confiance comme on semble pouvoir le faire, on se demande, est ce que le Procureur Général qui a ouvert ces poursuites, a-t-il respecté la circulaire du Procureur Général de la République n°003, en ce qui concerne l’ouverture de poursuite conte un avocat ? S’interroge l’ancien bâtonnier qui n’a jamais été informé par le Procureur Général de cette opération qui ressemble à une arrestation d’un truand, dont il n’a jamais invité ni informé d’une quelconque poursuite contre Muyambo qui constitue une violation flagrante de la loi.

« Nous sommes restés en retrait pour voir si la justice pouvait offrir toutes les garanties que la loi accorde aux justiciables. Mais nous nous rendons compte que tel n’est pas le cas. Muyambo est traité comme un truand, je vous avais dit que c’est un ancien ministre de ce pays, ancien député national, ancien député provincial et ancien bâtonnier. Je ne dis pas qu’on doit favoriser une quelconque impunité, mais les poursuites engagées contre toutes ces personnalités, le Procureur Général devrait mettre un peu de gang pour respecter tous les instruments que je viens d’évoquer », a soutenu l’ancien bâtonnier et député national honoraire élu de Kipushi.

Avocat de sa profession, il en appelle à la libération et au transfèrement de Jean-Claude Muyambo dans un centre hospitalier de renom pour des soins appropriés, étant donné son état de santé et l’état de sa jambe gauche fracturée. Et de poursuivre que sa fuite n’est pas à craindre car, fils de ce pays.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse