Affaire Koffi: L’Ong « Nous Pouvons Rdc » soutient la décision de justice

par -
0 595
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’acte de violence commis par le musicien-chanteur Koffi Olomide à l’endroit d’une de ses danseuses, nommée Pamela Bengongo, à l’aéroport de Nairobi au Kenya a suscité d’emblée la colère des Ong de défense des droits des femmes en République démocratique du Congo. Et l’Ong « Nous Pouvons Rdc » n’est pas restée indifférente face à cette situation.

Dans son point de presse tenu hier à Kinshasa, ce mouvement de lutte contre les violences faites aux femmes, a rendu publique sa prise de position, après avoir suivi cette affaire comme l’opinion publique congolaise, ces derniers jours à travers les médias tant nationaux qu’internationaux et les réseaux sociaux.

Ainsi, l’Ong « Nous Pouvons Rdc » fustige cet acte « honteux et répréhensible » posé à l’aéroport de Nairobi par M. Antoine Agbepa, dit Koffi Olomide, patron de l’orchestre Quartier Latin, qui « n’a pas hésité » à frapper publiquement une de ses danseuses en la personne de Mlle Pamela Bengongo.

Elle considère que cet acte qualifié de maltraitance est bel et bien un acte de violence physique faite à la femme en milieu professionnel. « Ce comportement inhumain affiché par Koffi Olomide s’avère gravissime d’autant que ce dernier faisait, à Nairobi, office d’ambassadeur culturel de la Rdc, devant porter ainsi haut l’emblème de la République », estime cette Ong.

Des sanctions souhaitées contre Koffi

Eu égard à cet acte « inhumain et dégradant », tout en appréciant la procédure judiciaire amorcée par l’Etat congolais, l’Ong « Nous Pouvons » exige au Gouvernement de la République un procès public, suivi d’une décision de justice contre Koffi Olomidé, en plus de son interpellation par le Pgr, « afin que cela serve des leçons à tous ceux qui s’hasarderaient à commettre pareil acte à l’endroit des femmes, quel que soit son rang social ».

Aussi, exige-t-elle la suspension de toutes les productions de l’orchestre Quartier Latin au moins pour une durée d’un an, « afin de servir d’exemple à tous les artistes congolais qui, dans la plupart de cas, s’illustrent par des pratiques, attitudes et comportements négatifs vis-à-vis de la femme et de la jeune fille congolaise ».

Au mouvement associatif féminin, l’Ong« Nous Pouvons Rdc » recommande de se mobiliser davantage pour pousser et exiger du  gouvernement des sanctions sévères à l’endroit de l’auteur de cet acte de violence et de les faire respecter. Elle recommande à la population congolaise de se saisir de ce cas pour exprimer sa désapprobation de tout acte de violence faite à la femme et à la jeune fille aussi bien dans la sphère publique que privée et de prendre ainsi conscience de l’ampleur des violences faites aux femmes et aux filles au quotidien.

En outre l’Ong « Nous Pouvons Rdc » souligne le fait que la presse internationale en évoquant ce cas, fait également allusion à un acte de viol qu’il aurait commis en France ; acte pour lequel il s’est soustrait de la justice française.

« Nous Pouvons Rdc » salue la solidarité des femmes kenyanes et zambiennes

Tout en nous insurgeant contre ce comportement, l’Ong « Nous PouvonsRdc »salue la solidarité spontanée du mouvement associatif féminin Kenyan ainsi que de son Gouvernement « pour avoir interpellé, expulsé M.Agbepadit Koffi Olomidé et, de ce fait,  annulé sa production musicale dans la ville de Nairobi ».

Dans le même ordre d’idées, l’Ong reste reconnaissante au mouvement des femmes Zambiennes qui ont emboité les pas aux femmes Kenyanes et ont fait annuler les différentes productions de Koffi et son orchestre dans leur pays. Egalement salue-t-elle le désaveu exprimé par les citoyennes et citoyens congolais à l’égard de l’auteur de cet acte de violence à son arrivée à l’aéroport international de N’djili, à Kinshasa.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse