Affaire Fred Bauma et Yves Makwambala

par -
0 890
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Rd Congo rejette les injonctions du Parlement européen

C’est une réponse du berger à la bergère pour l’Union européenne par son Parlement, qui croyait que par un simple clic de doigt, le Gouvernement congolais bafouerait sa souveraineté, acquise après un long combat, pour une cause aussi juste qu’elle soit. Ceci doit rester pour dit : le temps d’injonctions est révolu et démodé. Dans un communiqué officiel, l’Etat congolais rejette l’ingérence inadmissible du Parlement européen, qui lui a intimé l’ordre de libérer sans condition les activistes Fred Bauma et Yves Makwambala.

L’Etat congolais s’est dit étonné et surpris par le comportement de ses partenaires qui s’octroient des compétences, qui ne leur sont reconnues par aucune disposition. Ce coup de gueule du Gouvernement, qui ne demande pas trop que du respect de la part de ses partenaires, va certainement recadrer les choses surtout dans les relations entretenues avec les pays africains, qui sont loin d’être des sous-préfectures, moins encore des colonies occidentales. Ce sont des Etats souverains, et devront être traités au même pied d’égalité avec les Etats occidentaux. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué officiel du Gouvernement :

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a pris connaissance, avec étonnement de la résolution du Parlement Européen lui demandant de : « libérer immédiatement et sans conditions les activistes Fred Baume et Yves Makwambala ».

Le Gouvernement rejette cette ingérence inadmissible dans les affaires domestiques de la RDC, par des partenaires extérieurs qui s’octroient des compétences qui ne leur sont reconnues par aucune disposition du droit international ou des lois congolaises. Il tient à rappeler avec force que le Parlement européen n’a pas à adresser des injonctions comminatoires aux autorités d’un pays africain souverain comme la RDC.

Pour mémoire, Messieurs Bauma et Makwambala ont des démêlées avec la justice congolaise pour participation à un groupe subversif auteur d’offenses à Chefs d’Etat, incitation à la violence et à la haine raciale ou ethnique et apologie des crimes et notamment d’appel au viol collectif de femmes de certaines communautés à travers des postings sur les réseaux sociaux. Un communiqué du gouvernement publié le 24 juin 2015 a détaillé ces faits graves tout en déplorant la complaisance de certaines chancelleries basées à Kinshasa pour leur appui logistique direct à quelques-uns de ces activistes aujourd’hui réfugiés en Europe dans le but de les soustraire à la justice de leur pays.

Le gouvernement congolais exprime ses vives inquiétudes devant la mémoire sélective du Parlement européen qui tout en appelant la RDC au respect des principes démocratiques dont celui de la séparation des pouvoirs et des droits de la personne, le pousse à violer ledit principe et s’érige en protecteur de ceux qui appellent à attenter à l’intégrité physique de leurs concitoyens.

Le Gouvernement tient à rappeler que la RDC, qui a vu tout au long de son histoire l’impunité causer des ravages parfois irréversibles a définitivement opté pour un État de droit à travers sa structuration légale et sa pratique Institutionnelle. II invite donc tous les partenaires de la RDC au respect de sa souveraineté et à un accompagnement sincère à cet effet.

Fait à Kinshasa, le 11 JUIL 2015

Lambert MENDE OMALANGA

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse