Affaire Bemba et alliés: La CPI se prononce aujourd’hui

par -
0 334
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans l’affaire le Procureur contre Jean-Pierre Bemba Gombo et ses 4 co-accusés de subornation des témoins, la chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale prévoit de prononcer le verdict aujourd’hui mercredi 22 mars dans la salle d’audience l, au siège de la CPI à la Haye, au Pays –Bas.

Le leader du MLC et Alliés avaient été condamnés pour entraves à l’administration de la justice. Selon le communiqué de la CPI publié hier mardi dans son site, la chambre a ordonné nous « aux personnes  condamnées d’être présentes à l’audience ». Soulignons que l’issue de cette audience déterminera la peine réservée à l’opposant Jean-Pierre Bemba Gombo et ses 4 co-accusés, en plus des peines que le leader du Mlc écope déjà individuellement pour le compte de la première affaire.

Cette audience de fixation de peine sera relayée en direct à Kinshasa, par le Bureau de représentation de la CPI en Rdc. Et ce sera à travers une conférence de presse qui sera organisée ce mercredi à 14h30 au Cepas à Kinshasa.

Du contexte de l’affaire

Il convient de rappeler que le 19 octobre 2016, la Chambre de première instance VII avait déclaré Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse  Arido, coupables de plusieurs atteintes à l’administration de la justice.

Ces atteintes sont relatives aux faux témoignages livrés par des témoins  de la défense dans une autre affaire contre Jean-Pierre Bemba Gombo devant la CPI.

Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle  Babala Wandu et Narcisse Arido avaient été mis en liberté conditionnelle pendant leur procès, sur décision de la chambre de première instance VII du 17 aout 2015. Le 19 octobre 2016, la chambre a décidé que les coupables resteraient en liberté conditionnelle en attendant le prononcé des pénalités.

Le sénateur Jean-Pierre  Bemba Gombo est actuellement détenu par la Cour pénale internationale dans le cadre de l’affaire principale pour laquelle il a été condamné à 18 années d’emprisonnement. Il a été reconnu coupable, en tant que chef hiérarchique, des crimes de guerres et crimes contre l’humanité commis par ses troupes rebelles du Mouvement de Libération du Congo en 2002-2003 en République Centrafrique.

C’est la chambre de première instance VII qui se charge du dossier. Elle est composée de 3 juges, notamment de M. le Juge Bertram Schmitt, Juge président, du juge Marc Perrin de Brichambaut et du juge Raul Cano Pangalangan.

(Irène Musune)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse