Adoption des enfants congolais: Kinshasa libère 69 cas pour l’étranger

par -
0 1044
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le minsitre congolais de la Justice, Alexis Tambue Mwamba lors d’une communication tenue hier

*Lors d’une communication rendue publique hier à Kinshasa, le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, a annoncé que le Gouvernement congolais a autorisé l’adoption de 72 enfants congolais par les Etats-Unis, l’Italie, la Belgique, le Canada, la France,  les Pays-Bas et la Suisse. Mais pour l’instant, 69 dossiers sont prêts. Ces enfants avaient été retenus pendant plus de deux ans à la suite d’un moratoire sur l’adoption internationale.

*Cela fait suite aux résultats du travail abattu par la commission mixte composée de plusieurs ministères, de la Direction générale des migrations (DGM) et de l’Agence nationale des renseignements (ANR), dont l’objectif était de recadrer le débat afin d’éviter des abus dont les enfants congolais sont souvent victimes une fois à l’étranger

 

Le Gouvernement congolais a autorisé l’adoption de 72 enfants congolais par les Etats-unis, l’Italie, la Belgique, le Canada, la France,  les Pays-Bas et la Suisse. Mais pour l’instant, 69 dossiers sont prêts. Ces enfants avaient été retenus pendant plus de deux ans à la suite d’un moratoire sur l’adoption internationale.

«  Nous avons autorisé la sortie de ces enfants  du terroire national congolais.  Et ce, à partir d’aujourd’hui. Je viens de le notifier aux ambassadeurs des pays concernés.  Nous avons également autorisé la sortie de trois enfants atteints de maladies graves et qui ont été adoptés par la France, la Suisse et l’Allemagne », a indiqué hier le ministre congolais de la Justice et Droits humains, Alexis Tambwe Mwamba, au cours d’une communication tenue en son ministère après un échange avec quelques diplomates.

Respecter la loi congolaise

La retention de  l’adoption des enfants  congolais pendant plus de deux ans se justifie par le non respect des prescrits de la loi. Le ministre a précisé ici que beaucoup d’enfants  avaient été adoptés, alors que  ceux qui les adoptaient ne s’étaient pas présentés  respectivement devant les juges.

Aussi, a fait savoir Alexis Tambwe Mwamba, beacoup d’abus se commettaient dans l’adoptions de ces enfants. Des abus qu’il n’a pas  cités, mais soutenant que le cheminement du processus laisse à désirer.

«  Nous avons suivi aussi un peu le cheminement  de certains des enfants   qui sont partis  après avoir été adoptés pour savoir ce qu’ils sont devenus.  Et nous avons decouvert  un certain nombre de choses qui blessent  la conscience des parents.  Je ne veux pas aller dans les détails.  Une commission intergouvernementale, composée des représentants de la Primature,  du ministère des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Justice,  le ministère de la Femme, Famille et Enfant, l’Agence nationale de renseignements (Anr), la Direction  générale des  migrations (Dgm) a passé en revue  la plupart de ces dossiers »,  a renchéri le ministre, visiblement préoccupé.

Par ailleurs, le ministre a annoncé l’annulation de la Commission qui traitait  tous les dossiers d’adoption. Cette commission ne va plus fonctionner à dater d’hier.  Ses activités s’arrêtent en attendant le vote de la nouvelle loi sur les adoptions, ainsi que sa promulgation. Cette nouvelle loi est soumise au débat à l’Assemblée nationale. Et tant qu’elle ne sera pas votée, insiste le ministre : «  on n’examinera plus un seul cas d’adoption internationale et quand la nouvelle loi sera votée, tous les dossiers actuels devront  passer suivant les conditions qui seront fixées par la nouvelle loi », ajoutant qu’il n’est pas possible que les enfants adoptés bénéficient d’un suivi du pays d’origine à partir de là où ils se trouvent. Une fois sortis du pays, ils sont à la charge du pays adoptif.

Les 69 enfants libérés sont répartis de la manière suivante :  Les Etats- Unis 14 enfants, l’Italie 10 enfants, la Belgique 12, le Canada 10, l’Allemagne  1, la  France 10, les Pays-Bas 11 et la Suisse 1.

Une nouvelle page s’ouvre pour les adoptés

Désormais, le Gouvernement, après avoir fait ce constat amer dans le chef des parents n’ayant pas respecté la procédure congolaise, avait pris l’option de la suspendre, en attendant la mise en place de la commission interministérielle qui devrait plancher sur le dossier cas par cas.

Chose dite, chose faite. Le Gouvernement a jugé bon, par sa commission interministérielle, de libérer ces 69 dossiers traités. Ces derniers, jugés conformes  aux lois organiques de la République et à la Constitution. Ceci dit, les enfants concernés ont droit de voyager dans les pays d’adoption en vue de rejoindre leurs familles d’adoption respectives.

En attendant l’examen et le traitement des autres dossiers au cas par cas non libérés, les parents et familles des enfants en attente de régularisation de la procédure doivent prendre leur mal en patience, puisque l’Etat congolais, au regard des nombreux abus constatés, veut avoir la conscience nette dans le respect de la procédure d’adoption. Pour bien renforcer cette procédure, un projet de loi en cette matière sera bientôt au Parlement. Sinon à l’instant, c’est la Commission interministérielle qui examine tout dossier.

Disons que comme la plupart de ces enfants adoptés sont mineurs d’âge, c’est la Direction générale des migrations qui va livrer l’autorisation de sortie, en lieu et place du visa, puisque leurs dossiers ont été jugés conformes aux lois et à la Constitution de la République.

De son côté, Evariste Boshab, patron de la sécurité n’a pas cédé aux menaces et pressions des organisations et chancelleries sans que l’Etat congolais ne s’assure de la sécurité de ses sujets adoptés outre-mer. Par contre, il rassuré ses interlocuteurs et ambassadeurs de l’issue heureuse  dans cette affaire qui a connu en son temps sa suspension puisque plusieurs enfants adoptés dans l’irrégularité ont été transformés en esclaves sexuels.

Partant, la ténacité du gouvernement de la République Démocratique du Congo n’avait de motif que d’obtenir la garantie des parents adoptifs dans le respect de la législation congolaise. Il n’est pas exclu que dans les jours à venir, d’autres dossiers trouveront une issue favorable.

 

(Yassa& Pius Romain Roland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse