Administration Publique: Des agents retraités à l’heure de la formation

par -
0 194
Vue de la tribune : Jean-Serge Bikoro, Michel Bongongo et Constant Mudekereza/Ph. www.arts.cd
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouvernement de la République veut permettre aux 923 agents éligibles à la retraire, une fois en possession des moyens de leur politique, de créer une activité génératrice de revenus ou en s’offrant d’autres moyens de survie leur permettant ainsi de continuer à contribuer au développement du pays loin des services de l’Etat. C’est le sens de l’atelier d’orientation  et de reconversion des agents des services et l’administration publique qui s’est ouvert hier dans la salle des spectacles du Palais du peuple, le 31 juillet dernier.

Organisé en collaboration avec le Service National des renforcements des capacités (Senarec), le Projet de reforme et de rajeunissement de l’Administration publique (Prrap), cet atelier qui a été initié par le gouvernement et financé par la Banque mondiale, est une formation d’initiation à la reconversion. «Les fonctionnaires sont régis par des lois qui leur interdisent de s’activer par des activités commerciales pendant l’exercice de leur fonction. Mais à la fin de leur carrière, il est possible qu’ils se reconvertissent. Pour y arriver, il faut disposer des connaissances et des moyens qui permettent à générer des ressources », a déclaré Jean-Serge Bikoro, Coordonnateur de Prrap.

S’agissant de la reconversion, note t-il, c’est l’étape qui voit l’agent passer de l’actif au passif. Et  la tâche du Senarec, à travers cette formation, consistera à aider les agents une fois à la retraite, de bien collaborer avec l’entourage pour mieux gérer les fonds perçus.  Pour sa part, Constant Mudekereza, Coordonnateur de cette institution salue les engagements pris de part et d’autre en vue d’une retraite digne après de bons et loyaux services rendus à l’administration publique.  « Notre formation permettra aux agents, une fois sur terrain de devenir des coachs, entrepreneurs,  hommes d’affaires, de bons commerçants indépendants. La première formation d’orientation est de 4 jours pour les a, b, c, et après nous aurons 3 mois pour que ceux-là qui ont suivi l’intégralité de  la formation sortent comme des professionnels. Le Senarec est outillé à aider et à rester utile  au sein de la communauté et non une charge de plus sur le dos de la communauté », indique Constant Mudekereza.

De son côté, Michel Bongo, ministre de la Fonction Publique souligne que depuis 2012, les statistiques prouvent qu’il y a près de 250.000 éligibles à la retraite dans la Fonction Publique.  Pour la RDC qui n’est pas à sa première expérience, la dernière mise à la retraire remonte en 2003. Mais vu les imperfections connues, justifie-t-il, le gouvernement a décidé, à travers cet atelier, d’accompagner les agents retraités pour le bon usage des fonds. Et l’objectif est de les doter des outils nécessaires pour les aider à mieux canaliser les ressources.

Il a indiqué que leur travail restera à jamais gravé dans la mémoire de tout le peuple congolais et particulièrement ceux de l’administration publique qui continuent de bénéficier sous diverses formes des fruits de l’attachement à la patrie des ces fonctionnaires retraités en 2017.

Modernisation de l’Administration publique en question !

Les agents retraités vont être formés sur certaines thématiques dont celles liées à la Sécurité Sociale, notamment la Caisse Nationale de Sécurité Sociale des Agents Publics (CNSSAP), ainsi que la Mutuelle de Santé. Un autre panel de formation vise essentiellement la reconversion professionnelle, allant de l’éducation financière jusqu’à comment créer et développer une Entreprise. Il s’agit des modules qui seront assurés grâce à l’accompagnement d’une banque commerciale locale.

Ce sont des Secrétaires Généraux, des Chefs de bureaux, des Chefs de Division, Directeurs, des Attachés de l’Administration de toute catégorie, en passant par les Agents auxiliaires jusqu’aux Huissiers retraités en 2017 qui vont suivre ces formations durant 1 mois en vue d’être toujours utiles à la Nation après avoir passé plusieurs années au service de l’État.

Soulignons que la modernisation de l’Administration Publique a permis la mise en place d’un cadre juridique propice aux opérations de la mise à la retraite, lequel tient compte des contextes socio-économiques.

Parmi ces innovations, il y a lieu de citer : premièrement, la loi n°16/013 du 15 juillet 2016 portant statut des agents de carrière des services publics de l’Etat, qui ramène l’âge de retraite à 65 ans au lieu de 55 ans et le prolongement de la durée limite de services de 35 ans au lieu de 25 ans. Deuxièmement, le passage du régime d’octroi des prestations sociales à un régime contributif, basé sur les cotisations des agents et celles de l’Etat. Il est ainsi instauré une solidarité intergénérationnelle par laquelle les agents encore en activité financeront au moyen de leurs cotisations, les prestations de pensions de droits directs et droits dérivés qui concernent les retraités.

Par ailleurs, en vue de sécuriser le fonds du gouvernement, constitué grâce à l’appui de la Banque mondiale et alloué au paiement des indemnités de retraite, le Ministère de la Fonction Publique s’est voulu prévoyant en constituant une base de données biométriques lors du tout récent recensement des agents éligibles à la retraite. La raison, d’après Michel Bongongo, en est très simple, la réception par voie bancaire des indemnités de retraite sera constituée par le contrôle d’accès biométrique à travers le test d’empreintes qui sera placé au niveau des agences ECOBANK/RDC. Tout ceci, pour s’assurer que seul l’agent bénéficiaire identifié par la Fonction Publique lors du recensement touche son dû.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse