Accusée de diviser l’Afrique: La Chine, partenaire privilégié de la RDC

par -
0 1025
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La politique menée par l’Occident à l’égard de la République Démocratique du Congo n’est plus adaptée aux réalités et attentes des Congolais. Depuis plusieurs décennies, l’Occident s’est érigé en maître pilleur des ressources naturelles à travers sa colonisation sauvage où les africains n’ont pas tiré le bénéfice de leurs ressources peu avant les indépendances.

Plus l’Occident s’enrichit, plus l’Afrique s’appauvrit malgré ses potentialités. D’aucuns diront que l’Afrique est assise sur les mines d’or, mais l’africain compte ses os. Ce paradoxe vécu pendant plusieurs années avec la bénédiction de leurs maîtres à penser en instaurant la dictature sous toutes ses formes, l’Occident n’a pas du tout œuvré dans le sens d’aider l’Afrique à émerger.

Parmi les pays africains connus potentiellement riches dont la population vit dans la misère figure la République Démocratique du Congo. La petite histoire nous renseigne que depuis l’avènement du président Joseph Kabila à la magistrature suprême en janvier 2001, la scène politique, sociale et économique prend la courbe ascendante au mépris de l’Occident. Cachée derrière la Communauté internationale dans une ambiguïté sans dénomination propre au tireur de ficelles dans l’ombre pour mettre l’Afrique à genou, l’impérialisme occidental dans un chauvinisme sans précédent ne désarme pas.

Tenez, lors de son premier discours, Joseph Kabila a exalté l’école africaine qu’il a préservée jusqu’aujourd’hui. En 2001, il pose le premier acte de réformer les bases de l’Etat congolais, notamment sur le plan économique en laissant le programme intérimaire renforcé, puis en 2002 il met en place le Programme Economique du Gouvernement (PEG) ; en 2003 la République Démocratique du Congo avait atteint le point de décision. Sept ans après, soit en juillet 2010, la RD Congo atteignait le point d’achèvement avec un taux de croissance en 2014 oscillant entre 8,9 et 10%.

Aujourd’hui en 2015, le taux de croissance avoisine 10,4%. Pourtant, à sa prise de pouvoir, le taux de croissance était à moins de 6% et le taux d’inflation était à plus de 130% ; mais en 2014, le taux annualisé est de 0,913%. Cette marche évolutionnaire est la résultante des efforts fournis par la République Démocratique du Congo qu’on voudrait voir échoué et resté aux mamelles de l’Occident. Les atouts des Congolais, le génie congolais lui attire de l’animosité occidentale. La réalité ce qu’à son jeune âge, à l’accession au pouvoir, personne ne lui accordait la moindre chance de réussir, de relever ce géant Congo longtemps assommé par la volonté de la Communauté internationale qui a occasionné autant de guerres.

En 2006, Joseph Kabila met en place un programme du Gouvernement dit « 5 Chantiers », dans les différents domaines, notamment la construction et réhabilitations des infrastructures de base, l’emploi, la santé, l’éducation, l’eau et l’électricité. Dans l’entendement de l’initiateur de ce programme, le Congolais moyen devrait bénéficier de bonnes conditions de vie.

Cap vers l’émergence

Cinq ans plus tard, soit en 2010, il met en place un autre programme dénommé « Révolution de la Modernité, Cap vers l’émergence ». Lors de son discours devant les deux chambres réunies en Congrès, Joseph Kabila n’a pas hésité un seul instant pour affirmer à travers le contrat chinois : « Les congolais sauront à quoi ses minerais ont servi ». Ceci dit, depuis plusieurs décennies, le Congolais n’a jamais bénéficié de ses richesses. Ses cuivres, or, cobalt, uranium, étain, manganèse, bois, charbon, … ne servaient que les intérêts occidentaux. En plus, la RD Congo souffrait de décisions prises en son absence. Le sort dz sa population se décidait en l’absence des officiels congolais. Cette manière d’agir est contraire à l’émergence d’un pays qui se veut grand, au cœur de l’Afrique.

Puisque les anciens partenaires ne voyaient que leurs propres intérêts, le président de la République, soucieux du bien-être des Congolais, voudrait voir les retombées des ressources minières au bénéfice des Congolais. Tel est le leitmotiv du contrat dit Chinois. Un partenariat gagnant-gagnant, un troc et non un contrat léonin où la République Démocratique du Congo est perdante, pourtant propriétaire de ses ressources.

C’est cette manière de voir les choses du président de la République Joseph Kabila qui a motivé à tourner le regard vers l’Orient, tout en laissant la place aux investisseurs occidentaux.

Sa présence au pays de Mao Tsé Toung n’a pas été digérée par l’Occident qui, en son temps, avait mené tambour battant une contre compagne en Chine au détriment de la RD Congo pour que le contrat dit chinois ne soit pas exécuté. Partenaire privilégié de la République Démocratique du Congo, la Chine est mise au ban des accusés. Des mauvaises langues venues d’Occident lui prêtaient des intentions de vouloir diviser l’Afrique. Une Afrique réservoir de l’Occident.

A en croire le ministre Lambert Mende au cours d’une émission co animée par les journalistes des différentes chaînes de télévision, il a affirmé que la présence du président de la République Joseph Kabila en Chine lors de la commémoration des 70 ans de la victoire de la Chine sur le Japon a été très mal accueillie par l’Occident. Ce dernier voit en la Chine une menace, pourtant les pays de l’Occident font la queue au pays de Mao Tsé Tung pour solliciter l’argent.

Le Congo de Kabila n’a pas besoin d’argent de la Chine, plutôt der son expertise dans la construction des infrastructures routières, dans un partenariat gagnant-gagnant. La République Démocratique du Congo longtemps enclavée lorsque l’Occident épuisait ses minerais au mépris des Congolais, aujourd’hui le géant sur exploité veut se remettre sur la scène mondiale avec ses potentialités en tournant le regard vers l’Orient pragmatique. L’Occident monte au créneau en suscitant une opposition au pouvoir avec le Groupe de G7, dont certaines langues ne cessent d’affirmer que leurs leaders ont été soignés aux petits oignons, question de créer le chaos et contrecarrer la présence de la Chine en Afrique, plus précisément en RDCongo par la création des partis frondeurs au pouvoir en place.

L’Occident ne compte pas désarmer, jaloux de la visite de Joseph Kabila en Chine, visite porteuse des perspectives intéressantes du point de vue de la coopération bilatérale, ainsi que sur le plan du développement du Congo, la feuille de route a été mise en place pour la matérialisation des projets dans plusieurs domaines dont l’industrialisation, les infrastructures, l’agriculture, la culture qui constituent les retombées de la visite de Joseph Kabila Kabange. Il est temps que l’Occident s’adapte aux réalités et attentes des Congolais, à savoir l’émergence du pays à travers l’industrialisation et les infrastructures de base. La Chine est une réalité de la coopération win-win, un partenaire privilégié pour la République Démocratique du Congo. L’Occident doit le savoir et l’accepter.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse