Accusé de détournement à l’Equateur: Le gouverneur Tony Bolamba serein, promet la surprise

par -
0 860
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ces derniers temps, il y a beaucoup de problèmes qui sont rapportés ça et là concernant la nouvelle province de l’Equateur, notamment le détournement des deniers publics. Et il semblerait qu’une plainte a été déposée contre le nouveau gouverneur élu de cette nouvelle province issue du démembrement de l’ex Equateur, M. Tony Cassius Bolamba, par le Syndicat de la santé.

Le gouverneur est ainsi accusé d’avoir détourné les deniers publics, l’argent des personnels de la Santé. Toutefois, le n°1 des Equatoriens promet de tout balayer bientôt. Il a affirmé à la presse que des personnes sont passées dans son bureau pour tenter de lui corrompre. Et, il affirme même détenir des éléments de preuve.

Le gouverneur Tony Bolamba considère donc cette plainte déposée contre lui comme une fuite en avant, parce qu’il n’a pas mordu à l’hameçon. « Tous ceux qui sont venus me corrompre dans mon bureau seront très surpris que j’avais pris des précautions pour qu’ils soient surpris et ils seront très surpris (…) Ils sont libres de porter plainte mais ils seront surpris parce que j’ai des éléments qui vont même pas faire durer trente secondes, si on doit m’entendre… Je ne parle pas en vain. Je parle parce que j’ai des éléments », a-t-il déclaré.

Cependant, le gouverneur Tony Bolamba ne pense pas être victime du détournement de cet argent, mais plutôt une cible. « Je ne dirais pas que je suis victime, mais je semble être une sorte de cible des détourneurs d’argent. Parce que Tony Bolamba dérange, sa procédure dérange, son approche républicaine dérange », a-t-il dit.

Il pense de ce fait que le comptable qui avait effectué la paie des personnels de la Santé pour leur prime, est un bouc émissaire à l’affaire. « Mais qu’est-ce qu’il a fait ? Remettre l’argent de la République au trésor est-ce un délit ? si c’est un délit à Mbandaka, moi je pense que ce n’est pas un délit dans une  République normale », s’indigne le gouverneur.

Du petit incident à l’aéroport de Mbandaka

L’on doit rappeler ici qu’un petit incident s’est produit dernièrement à l’aéroport de Mbandaka, chef-lieu de la province, entre ce comptable et les policiers. Mais selon le nouveau gouverneur, il n’y a pas eu des troubles comme ont préféré certaines langues.

C’est juste que ce comptable était intercepté par les policiers alors qu’il accompagnait le gouverneur officiellement en mission, « pour contrôler les listes des fictifs que eux appellent dans leur jargon les non-listés ou les omis, afin de faire un rapprochement et de savoir s’il n’y avait pas des fictifs », a expliqué le gouverneur. Il était invité au Parquet, mais sachant qu’une invitation n’est pas une obligation immédiate, le comptable a envoyé son avocat, afin de lui permettre d’effectuer sa mission à Kinshasa et se présenter après en cas de besoin.

« Après nous apprenions que l’invitation s’était transformée en mandat d’amener. Arrivé à l’aéroport, les éléments de la Police ont intercepté le comptable, « d’une manière pas courtoise », qui s’est réfugié derrière la porte arrière de mon véhicule », a témoigné le gouverneur, peu avant que le comptable a enfin voyagé librement.

Pas d’entrave à la justice

« Le jour de son départ d’ailleurs, il y avait deux conseillers, pas de moindre, un du Premier ministre et un autre du vice-premier Ministre, ministre de l’Intérieur, qui étaient en mission à Mbandaka auprès de l’Assemblée provinciale. Donc, cet événement avait des témoins. Je n’ai pas tenu à le protéger. Je voyageais officiellement avec lui pour une mission officielle à Kinshasa pour effectuer le contrôle des listings. Parce qu’à chaque fois on nous parlait des problèmes des impayés, des non-listés, des omis, donc, il fallait un contrôle pour mettre un terme à cette situation ».

Pendant que cet événement avait lieu, le procureur est arrivé à l’aéroport, le gouverneur l’a expliqué que le comptable était en mission officielle, mais hélas, celui-ci n’a pas voulu écouté l’autorité provinciale.

Pour le gouverneur Tony Cassius Bolamba, le nœud du problème c’est le fait que certains ne veulent pas qu’on fasse le contrôle de ces listes. « Cela coûte énormément d’argent perdu entre les mains de certaines personnes. Alors que cet argent doit normalement servir pour construire, pour des projets. Nous traversons des moments très difficiles et nous pouvons nous servir de cet argent pour contribuer à l’épanouissement de nos populations ».

Quant à ce qui est de l’entrave à la justice, le gouverneur estime qu’il n’y a pas eu entrave à la justice. « Je ne comprends pas, ici chez nous peut-être que certains mots ne sont pas très bien utilisés. Le comptable voyageait officiellement avec le gouverneur pour effectuer sa mission et pour servir la République. Donc, il n’y a pas eu entrave à la justice. Il faudrait que ceux qui ont dit cela puissent revérifier les mots « entrave à la justice ».

Tony Bolamba serein face à un plan de déstabilisation

M. Tony Bolamba pense peut-être qu’il y a un plan de sa déstabilisation, pareil à celui qui a fait partir l’ex gouverneur José Makila de l’ancienne province de l’Equateur. Mais il croit avoir pris ses précautions pour qu’il ne parte pas comme José Makila. Il affirme donc se sentir sur les traces de Makila. Et comme il ya avait déjà un précédent, il affirme avoir pris ses précautions pour que ce précédent n’existe plus.

Dans ces conditions, comment va-t-il continuer à diriger la province ? Répondant à cette question, le gouverneur Tony Bolamba estime quant à lui qu’il va continuer à diriger avec calme, avec un esprit républicain et citoyen.

La province de l’Equateur va accueillir dans les jours à venir la conférence des gouverneurs. Le gouverneur affirme ne pas craindre qu’il soit pris par la justice, « parce que la plainte sera quelque chose de non-fondée. Vous verrez comme elle sera balayée. Toutes les précautions ont été prises ».

D’ailleurs, il dit ne pas être inquiet avec cette situation des tensions, il dit rester très serein. Comme à la veille de la dernière conférence des gouverneurs, où il était appelé pour répondre à certaines questions devant la justice. Et il avait gardé sa sérénité.

Devant le Premier ministre, Tony Bolamba parle des priorités que des distractions

Avec le Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon qu’il a reçu, le gouverneur affirme n’avoir pas évoqué ce problème avec le chef du Gouvernement. Mais ils ont discuté beaucoup plus de l’avenir, de la prochaine Conférence des gouverneurs, et de la République. Parce que, affirme-t-il qu’il estime que ce n’est pas un problème, ce n’est pas important comme dossier à en parler avec le Premier ministre.

« Nous avons beaucoup plus de priorités à la République que les distractions. Comme on ne me distrait pas, je parle beaucoup plus des problèmes importants pour la vie de nos citoyens, pour l’avenir de la République », a dit le nouveau gouverneur de l’Equateur.

Comment entrevoit-il la finalité de cette situation ? A cette question, il répond en déclarant ce qui suit : « Le gouverneur Bolamba a été élu, investit par le Président de la République. Donc il a, et la légitimité, et la légalité, et continuera à faire sa mission, tel instruit lors de son investiture par Ordonnance présidentielle, avec abnégation et un sens républicain ».

Il affirme maintenir donc le combat contre les réseaux mafieux dans la nouvelle province de l’Equateur, d’autant plus que, a-t-il signifié, le Président de la République dans toutes ses adresses à la Nation, a toujours évoqué la question de la justice. « Donc, nous devons travailler pour la République dans un esprit de justice, pour le respect de l’équité de tous nos citoyens partout où ils se trouvent ».

 

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse