Accréditations chez EdemKodjo: L’UDPS donne le ton

par -
0 632
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

E. Tshisekedi candidat unique de l’opposition à la présidentielle

  • Le Président national de l’UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social Etienne Tshisekedi vient d’accréditer ses mandataires chez EdemKodjo. Dans son communiqué daté du 10 avril 2016 et portant la signature indiscutable du sphinx de Limete, Bruno Mavungu, Bruno Tshibala et Felix Tshisekedi sont les heureux nominés. Avec comme mission, la conciliation de vues en rapport avec la feuille de route du dialogue national
  • Parlant de la candidature unique de l’Opposition à la Présidentielle à venir, le SGA de l’UDPS Bruno Tshibala, joint au téléphone par la Rtga, faisant allusion à la désignation de Moïse Katumbi par le G7, pense que ce débat devrait plutôt mettre toutes les forces d’accord autour du lidermaximo. Le démon de division n’auracertes pas encore dit son dernier mot dans ce coin

Dans son communiqué N°002/UDPS/PP/016 relatif au vote de la Résolution 2277 du 30 mars 2016 par le Conseil de sécurité des Nations-Unies, et la désignation du Facilitateur par l’UA, le président de l’UDPS,Etienne Tshisekedise dit rester fidèle à sa visionquant à la nécessité d’utiliser le dialogue comme voie royale pour sortir le processus électoral de l’impasse.

Poursuivant dans la bonne lancée, et appuyant sur l’accélérateur, n’en déplaise à ses diffamateurs, le Président de l’UDPS, mettant les points sur les ‘’i’’, déclare ‘’dépêcher’’ ses délégués dûment mandatés auprès du Facilitateur désigné afin de s’assurer de la concordance de vues entre les missions qui lui sont confiées avec la feuille de route qu’il avait proposée le 14 février de l’année passée.

«  A mes yeux, trop de calculs politiciens et autres atermoiements ont retardé la tenue effective de ce dialogue. Ainsi, est-il impérieux que la désignation d’un facilitateur soit de manière à conduire effectivement le peuple congolais à des élections… »,poursuit-il avant de conclure en remerciant la communauté internationale «  des efforts inlassables qu’elle n’a cessé de déployer pour nous accompagner dans le règlement pacifique des crises politiques récurrentes que connait notre pays ».

Tshisekedi rencontre Kabila

De l’analyse de ces extraits, l’on peut vite se rendre à l’évidence que cette annonce du Président de l’UDPS se veut rassurante pour aller au dialogue convoqué par le Chef de l’Etat Joseph Kabila. Contrairement à certains qui ont toujours repéré une certaine versatilité dans son chef, ne donnant pas plus d’une chance à la suite de ce processus où le lidermaximo semble pourtant mieux engagé que jamais, d’autres voient dans cette façon de couper court à toutes les spéculations mensongères cousues de fil blanc une course de rattrapage. Il est donc faux de croire que l’UDPS ne sera pas partie prenante au dialogue. Le chemin est balisé, certes, et la fille aînée de l’opposition veut scruter, suivre au grain, les étapes de ce dernier virage sous l’égide d’EdemKodjo. Que vont alors devenir les vindicatifs anti-dialogue ? Se remettre en question et aller au portillon du Facilitateur dont l’appel à tous de rejoindre le bateau est encore valable, ou tout simplement disparaître sur cette scène politique congolaise qui a ses exigences les plus légitimes.

Déjà du côté de l’UDPS dont le rôle est principal du côté opposition, l’on affirme que bien que n’étant encore au niveau de prise de langue avec M. Kodjo«  en cas de discordance de vues, nous allons chercher à avoir le même entendement. Nous pensons que nous aurons toujours ce même entendement… », affirme M. Tshibala.

 

Le train est en marche

 

Jetant un regard sur le dernier point de presse du facilitateur, l’on retiendra qu’EdemKodjo dit avoir noté une grande évolution, notamment en ce qui concerne l’UDPS. « J’avais été à Bruxelles moi-même pour rencontrer notre aîné, le président Etienne Tshisekedi et nous avons discuté », a-t-il lancé en préliminaire. A l’époque, mentionne-t-il, il y avait un doute sur la position de l’UDPS sur la poursuite du dialogue. Pendant que j’étais à Paris, j’ai rencontré la veille de Pâques une délégation conjointe de l’UDPS et de la mouvance présidentielle, qui m’a fait part du désir de l’UDPS, si on levait un certain nombre d’équivoques, notamment par rapport à M. EdemKodjo s’il était facilitateur ou envoyé spécial. Ce qui a permis à Mme Zuma de définir le vrai travail du Facilitateur de manière claire et nette. A partir de ce moment-là, l’UDPS n’a plus d’objection fondamentale pour que le dialogue ne puisse se poursuivre avec EdemKodjo comme facilitateur international.

 

Selon lui, la première étape était de savoir si l’UDPS marchait avec. Le président de l’UDPS est pressé de voir si les choses se mettaient en place. On a même vu dans une déclaration datée de ce jour que le 24 avril était une sorte de point de non-retour et il fallait que quelque chose commence avant cette date. « J’ai besoin d’avoir un peu de temps pour consulter même ceux qui ne sont pas chaud, ils auront leur place, parce qu’il y a un dialogue inclusif », tout en insistant qu’on ne peut pas non plus rester indéfiniment sans avoir la moindre perspective pour un pays aussi déterminant dans le continent africain. C’est la raison pour laquelle,« nous laisserons toujours la place pour les frères qui exprimeront le besoin de s’asseoir avec nous », fait-il savoir.

 

Katumbi chez Tshisekedi

Au moment où les jours sont comptés en vue de la mise sur pied d’un comité préparatoire au dialogue national, le Secrétaire général adjoint et porte-parole de l’Union pour la démocratie et le progrès social a éclairé une zone qui en était une d’ombre. Joint au téléphone, Bruno Tshibala qui affirme qu’Etienne Tshisekedi se porte très bien, parle de son souci de voir les Congolais vivre mieux.En cas d’alternance rêvée, c’est une manière de ne pas laisser la chance présidentielle à personne, quoique réputée de l’opposition. C’est dans ce lot que l’on doit placer l’ancien Gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi qui avait rencontré Etienne Tshisekedi dernièrement à Bruxelles. A en croire le SGA, parler d’un candidat unique de l’opposition, c’est un débat démocratique… mais, toutes les forces devraient se mettre d’accord autourdu président Etienne Tshisekedi ». C’est sans équivoque !

Si Moïse Katumbi avait parlé avec ce dernier, renchérit-il, c’était en rapport avec le dialogue et les élections. Ce n’est pas question de boycotter le dialogue convoqué du reste selon l’Accord cadre et diverses résolutions de toute la communauté internationale ».

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse