Accord politique du 31 décembre: La SOCIKIN exige de la CENCO plus d’inclusivité

par -
0 285

Cette plateforme de la Société civile recommande aux évêques de faire de l’inclusivité leur cheval de bataille et non de la satisfaction de Rassemblement de l’opposition. Cependant, elle estime qu’une partie importante de participants n’a pas encore signé cet accord politique « mais la CENCO semble s’arrêter après la satisfaction de Rassemblement ». Elle demande enfin à sa représentante au Dialogue du centre interdiocésain de s’abstenir de signer l’Accord du 31 décembre dernier.

L’Accord politique du 31 décembre dernier issu des discussions directes entre la classe politique congolaise sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) continue encore  d’enregistrer des réactions. Parmi celles-ci, la Société civile Forces vives de Kinshasa (SOCIKIN) qui vient également de se prononcer à l’issue de sa séance citoyenne organisée le samedi 07 janvier courant.

Ainsi, dans sa déclaration, la coordination provinciale de cette plateforme de la Société civile dit prendre acte de « ce nouveau dialogue sous la médiation CENCO et de son Accord politique qui ont le mérite de ramener les non-signataires de l’Accord politique de la cité de l’Union africaine dont le Rassemblement de l’opposition et le Front pour le respect de la Constitution ». Aussi, dit-elle constater « avec amertume » qu’une partie importante de participants n’a pas encore signé cet accord politique « mais la CENCO semble s’arrêter après la satisfaction de Rassemblement ».

La Société civile Forces vives de Kinshasa (SOCIKIN) dit également noter que « cet accord de l’interdiocésain n’a rien d’innovation au sens de débat constitutionnel, électoral ni institutionnel que celle du partage du pouvoir, dont la Primature et la présidence du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral reviennent au Rassemblement ».

La SOCIKIN affirme donc que « cet accord politique n’a qu’une valeur déclaratoire pour ses signataires et non juridique. Par conséquent, il ne peut être opposable ni à la Constitution, ni aux lois de la République. Car, la Rdc est un Etat de droit ». Elle recommande ainsi à la CENCO de faire de l’inclusivité son cheval de bataille et non de la satisfaction de Rassemblement de l’opposition « car le bon berger n’a pas à disperser les 99 brebis au profit d’une seule brebis récalcitrante ».

Cette plateforme de la Société civile Forces vives de la Rdc se propose à cet effet de saisir le Saint Père « afin de lui signifier nos regrets du fait que notre foi biblique est mise en violation des prescrits de la Bible… » Elle reproche donc à l’Accord du 31 décembre dernier de consacrer l’impunité des crimes odieux et de cracher sur le sang des milliers de victimes de la guerre de M23.

« En levant toute poursuite contre Roger Lumbala, la classe politique sous l’égide de la CENCO encourage les jeunes à être plus dans les rebellions armées que dans les manifestations publiques », estime la SOCIKIN dans sa déclaration, tout en demandant à sa représentante au Dialogue du centre interdiocésain de s’abstenir de signer l’Accord du 31 décembre dernier « avant la position synthèse de toutes nos 26 coordinations provinciales… ».

A savoir, la SOCIKIN est l’une des coordinations provinciales de la  Société civile Forces vives de la Rdc . Celle-ci étant une plateforme non partisane des réseaux thématiques. Elle est composée du bureau des présidents de 24 communes et des institutions supérieures et universitaires. Elle a son siège sur l’avenue du Livre, dans la commune de la Gombe.

(Lepetit Baende)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse