Accord de la Saint-Sylvestre: Un compromis trouvé sur la composition du CNSA

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Bientôt le bout du tunnel, aux négociations sur les arrangements particuliers devant permettre la mise en application de l’Accord du 31 décembre 2016. Des travaux d’hier lundi au Centre Interdiocésain de Kinshasa, il nous revient qu’un compromis a été trouvé sur la composition de la plénière et du bureau du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA). Selon notre source, la Majorité présidentielle aura 9 membres, le Rassemblement 6, l’opposition politique signataire de l’Accord du 18 octobre 4, le Front pour le respect de la constitution 4, l’Opposition Républicaine de Léon Kengo 2 et la société civile 3.

Pour rappel, le bureau du CNSA sera composé d’un Président, de trois vice-présidents, d’un rapporteur et d’un questeur. Les délégués se sont entendus sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de préséance pour le poste de vice-président qui devrait être occupé par le Front pour le respect de la constitution, la Majorité Présidentielle et l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre.  Chaque vice-président aura une attribution particulière et tous les vice-présidents fonctionneront dans une sorte de présidium. Le poste du rapporteur est confié à la société civile et la questure au Rassemblement. Soulignons que les discussions se poursuivront aujourd’hui mardi et porteront sur la répartition des portefeuilles du prochain gouvernement. L’intérim de la présidence du CNSA se fera de manière rotative par les trois vice-présidents.

« Comme on peut bien s’en rendre compte, les résultats obtenus sont loin de satisfaire les attentes de la population dont la situation économique et sécuritaire devient de plus en plus préoccupante. Dans ce contexte, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale est plus qu’urgente », s’inquiète M. l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire a.i de la CENCO, qui ajoute que c’est pourquoi la CENCO lance un appel aux négociateurs à se montrer plus sensibles aux besoins du peuple congolais et à ne pas perdre de vue l’objectif principal de ces négociations qui est l’organisation des élections dans moins d’une année Chaque jour de retard est un manque à gagner pour la réalisation de cet objectif.

Et de renchérir que la CENCO n’est pas prête à conduire les bons offices indéfiniment sans résultats. Elle demande aux parties prenantes de se faire les concessions majeures afin de mettre en place le Gouvernement et le Conseil National de suivi de l’accord et du processus électoral qui conduiront le pays aux élections avant la fin de l’année 2017. La CENCO demande également à la Communauté internationale d’accompagner davantage les acteurs politiques dans cette phase cruciale pendant laquelle les efforts de tous sont indispensables pour un aboutissement heureux du processus électoral.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse