Accès à la contraception et aux informations

par -
0 637
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La présence de personnel qualifié lors de l’accouchement et les soins obstétricaux d’urgence sont essentiels pour réduire la mortalité maternelle. Mais dans trop d’endroits, les services de santé sont de mauvaise qualité ou tout simplement inaccessibles, en particulier pour les femmes vivant dans la pauvreté et celles qui habitent dans des zones reculées.

Lorsque les femmes vivant dans la pauvreté doivent payer pour les soins de santé, le temps joue contre elles : retards dans la décision d’aller à la clinique ou à l’hôpital, retards dans les transports car il faut recueillir de l’argent, et retards dans les soins dispensés à l’arrivée. Tous ces retards peuvent être mortels. – Accès difficile à la contraception et aux informations relatives au contrôle des naissances.

Quelque 200 millions de femmes dans le monde ne peuvent pas encore bénéficier de méthodes de planning familial ni de contraception sûres, efficaces et choisies par elles. Environ un décès maternel sur trois pourrait être évité, si les femmes pouvaient décider si elles veulent avoir un enfant et quand elles le veulent. D’autres sont limitées à cause de leur appartenance à une telle ou telle autre religion qui interdise aux couples mariés l’utilisation des méthodes de contraception soit disant que cela serait un acte meurtrier.

19 millions d’avortements sont pratiqués chaque année dans de mauvaises conditions (clandestin), et entraînent la mort de 68 000 femmes. Ces avortements provoquent souvent des complications cliniques qui peuvent se révéler fatales. Parallèlement, l’impossibilité de subir un avortement en toute légalité et en toute sécurité, s’il faut sauver la vie de la mère.

Plus d’un million d’enfants perdent leur mère chaque année

Pour Amnesty.fr, la pauvreté a une incidence sur la mortalité maternelle, or le décès de la mère lié à une maternité ou aux complications qui en résultent enfonce davantage la famille dans la pauvreté. Quand elles meurent, les femmes laissent derrière elles des familles qui doivent lutter pour survivre. Plus d’un million d’enfants perdent ainsi leur mère chaque année.

Un scandale pour les droits humains

L’objectif numéro cinq des objectifs du Millénaire pour le développement vise à réduire de 75 % – par rapport à 1990 – la mortalité maternelle d’ici 2015. Très peu de pays sont en passe d’atteindre cet objectif. En Afrique sub-saharienne, où le problème est le plus aigu, les progrès sont négligeables. La mortalité maternelle n’est pas seulement une question de santé publique – elle représente aussi un grave problème de droits humains. Les femmes ont le droit de bénéficier des services susceptibles de leur sauver la vie ou d’éviter que des lésions invalidantes se produisent au moment de l’accouchement.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse