A Yamoussoukro en Côte d’Ivoire

par -
0 663
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Aubin Minaku désigné candidat unique de l’Afrique

L’élection à la présidence de l’APF est prévue pour juillet 2015 à Berne (Suisse)

*A l’issue de la 7ème réunion des Assemblées Parlementaires Francophones (APF) tenue à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, l’honorable Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale de la Rdc, a été désigné à l’unanimité par ses paires africains comme unique candidat au poste de Président de l’APF qui reviendra à l’Afrique. L’élection aura lieu en juillet prochain à Berne en Suisse et visiblement l’Afrique parlementaire a pris l’option de parler d’une seule voix

*Par ailleurs, les Présidents des Assemblées parlementaires francophones d’Afrique ont pris des résolutions qui vont dans le sens d’améliorer le vécu quotidien des populations du continent noir. Ainsi, au chapitre de la lutte contre la pauvreté et de la promotion du développement, les élus africains ont félicité les différents gouvernements africains pour les efforts et les résultats engrangés dans la croissance économique et la stabilisation des cadres macro économiques

La 23è Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée des parlementaires de la francophonie (APF) a ouvert jeudi le 28 mai 2015 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire ses travaux avec au cœur des échanges la question liée à la pauvreté et au terrorisme, en vue de suggérer des voies de solutions pour faire barrière à ces maux qui secouent le continent.

« Shebab, Djihadistes, Boko Haram, Islamistes et autres appellations peu familières s’adjugent la qualité de nouveaux démons du continent », a déclaré le premier vice-président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, Aubin Minaku Ndjalandjoro, à la cérémonie d’ouverture des travaux de l’APF à Yamoussoukro en présence du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro.

Resté longtemps rare sur le continent, le terrorisme autrefois cachet du Proche Orient est devenu un phénomène récurrent de plusieurs contrées d’Afrique par la multiplication des foyers de tension et des cas flagrants d’attentats terroristes des plus sanglants. « Ce phénomène du terrorisme qui se nourrit principalement de l’intolérance religieuse mérite d’intéresser au plus haut niveau les concepteurs des politiques », a suggéré le premier vice-président de l’APF.

Aubin Minaku Ndjalandjoko, reprochant aux officiels de se livrer à une multiplication de bonnes intentions après des attaques sanglantes de terroristes sans suivi d’effets, a indiqué qu’il est urgent de favoriser une synergie d’actions en synergie pour faire barrière à ces réseaux de la grande criminalité. Aussi a-t-il invité les experts à faire l’état des lieux du terrorisme dans l’espace francophone, et sur le continent pour asseoir une stratégie de lutte en Afrique.

« A côté de l’épineux problème du terrorisme, existe la problématique de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté en Afrique francophone », a en outre souligné le premier vice-président de l’APF. Aubin Minaku a fait observer que depuis quelques temps, les économies d’un bon nombre d’États africains se signalent dans l’accumulation des performances notables au plan des indicateurs macroéconomiques, tandis qu’en même temps, les indices de pauvreté, loin de disparaître, demeurent toujours présents, et même bien de fois plus visibles surtout en milieu rural.

« Pour ma part, s’agissant de la question de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté en Afrique francophone, je voudrais en appeler à la pro-activité, voire au génie créateur des parlementaires de différentes sections de notre région », a recommandé le premier vice-président de l’APF qui a invité les législatrices, autorités budgétaires et contrôleurs de l’action des gouvernants à ne pas rester des spectateurs ou observateurs de la marche économique, mais plutôt à être des acteurs à part entière.

Il a par ailleurs insisté sur les questions de bonne gouvernance, de gestion optimale des finances publiques, de lutte contre l’impunité, et l’application effectivement les lois, votées et promulguées, de sorte que les retombées de la croissance économique suscitées par le travail et l’activité de tous puissent, au bout du compte, profiter à tous.

La 23è Assemblée régionale de l’APF ouverte jeudi à Yamoussoukro fait suite à la conférence des présidents et des sections de la région Afrique de l’APF tenue en avril à Dakar au Sénégal. Elle a pris fin samedi et a été également le lieu pour les parlementaires francophones de procéder à l’évaluation de la mise en œuvre de la déclaration sur les changements climatiques adoptée en mai 2014 lors de la 22è Assemblée régionale Afrique de l’APF tenue à Brazzaville au Congo.

Des résolutions

A l’issue de ces travaux, les Présidents des Assemblées parlementaires francophones d’Afrique ont pris des résolutions qui vont dans le sens d’améliorer le vécu quotidien des populations du continent noir. Ainsi, au chapitre de la lutte contre la pauvreté et de la promotion du développement, les élus africains ont félicité les différents gouvernements africains pour les efforts et les résultats engrangés dans la croissance économique et la stabilisation des cadres macro-économiques.

Mais les Présidents des parlements d’Afrique ont invité les Gouvernements africains à diffuser cette croissance de manière verticale, pour aplanir les écarts entre riches et pauvre, et réduire ainsi la fracture sociale et à favoriser un développement inclusif de l’Afrique. C’est d’ailleurs la substance du discours d’ouverture des travaux, prononcé par Aubin Minaku, Vice-président de l’Apf.

Dans un deuxième point, les parlementaires africains ont appelé à la globalisation de la lutte contre le terrorisme en Afrique, avec une synergie des efforts de tous les pays du continent qui ne doivent pas laisser au Nigeria et au Cameroun l’exclusivité ou la lourde tache de neutralisation de Boko Haram. Enfin, sur le 3e point consacré au changement climatique, les parlementaires africains ont pris le ferme engagement d’être les premiers protecteurs de notre planète commune, menacée par la déforestation et l’exploitation sauvage des ressources naturelles qui n’est pas sans conséquence sur l’avenir de toute l’humanité.

L’Afrique parlementaire promet de se constituer en bouclier protecteur de la planète verte lors des prochaines rencontres de Paris et même de Berne. A l’issue de la 7e réunion des Assemblées Parlementaires Francophones, tenue à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, l’Honorable Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale de la Rdc, a été désigné à l’unanimité par ses paires africains comme unique candidat au poste de Président de l’APF qui reviendra à l’Afrique. L’élection aura lieu à la 41è session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie qui se tiendra à Berne, en Suisse en juillet 2015. A en croire notre source, visiblement l’Afrique parlementaire a pris l’option de parler d’une seule voix.

L’Avenir

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse