A une de la rentrée scolaire: Malgré les assurances du Gouvernement, les parents incertains

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Jamais la crise n’a paralysé le système éducatif de la République Démocratique du Congo. Du fait de la dépréciation de la monnaie locale face aux devises étrangères, l’économie du  pays bat de l’aile. Au-delà de la dépréciation de la monnaie locale, s’ajoute la non application  du taux  de change sur le marché de la monnaie, avec comme conséquence les appels à la grève. Les premiers à déclencher la grève sont les infirmiers, suivis des médecins qui comptent généraliser ce mouvement de grèves, puis en coulisse, ce sont les enseignants qui emboîtent le pas, à deux semaines de la rentrée scolaire, édition 2017-2018.

Du côté des parents, malgré les mouvements de grève par ci et là, l’incertitude plane encore au sein de plusieurs ménages n’ayant pas la possibilité de payer le montant exigé à l’inscription par les chefs d’Etablissements. Beaucoup plus ceux du secteur privé dont les exigences scolaires dès la rentrée laissent les responsables incertains d’envoyer les enfants aux études cette année. Pourtant, le problème se situe à deux niveaux : premièrement régulariser le taux d’échange parallèle conformément au salaire des agents et fonctionnaires de l’Etat ; deuxièmement, les payer régulièrement. Ainsi, malgré la crise financière et économique, la tension sociale pourrait être maitrisée.

Plus pire, sont ceux qui sont dans le secteur privé, où dans certaines entreprises, les agents accusent plusieurs mois d’impayement, malgré, bien gré sous payé  avec un salaire modique. L’on s’interroge si réellement il y a espoir que leurs progénitures espèrent revoir les tableaux noirs, les pupitres, cahiers et uniforme. En tout, quand bien même un adage populaire renseigne « L’espoir fait vivre », dans ce contexte, beaucoup des parents s’attendent à un Accident Cardio Vasculaire, sur en plus de ceux qui comptent plus de cinq enfants. C’est un calvaire qui ne dit pas son nom.

Au marché par ailleurs, les prix des fournitures scolaires ne cessent d’augmenter. Tels : les cahiers, livres, uniformes, Ketch, matériels scolaires (compas, stylo, crayons, latte, taille crayon, gomme, etc). La vie semble s’arrêter pour les uns, et pour ceux qui en disposent, à chacun pour soi.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse