A travers l’album « Lol ! » d’Oliverman.

par -
0 733
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les sons de Kinshasa s’insurgent contre la kinoiserie

L’environnement congolais et les réalités kinoises sont immortalisés à travers un album percutant dénommé « Lol ! ». Cette œuvre musicale de 7 titres se réclame de l’artiste musicien Franc Olivier Mpuka Tshilomba Tshidimba wa Nteta alias « Oliverman ».

Elle renferme en elle les sons de Kinshasa, plutôt les vibrations de cette ville bouillante au cœur de l’Afrique. L’état d’esprit d’une métropole congolaise est caricaturé dans cet opus sous différents rythmes mêlés du rap, du reggae, un peu de la comédie et autres. C’est la particularité de cet album. Il offre une sonorité propre aux Congolais. Dans son album, l’artiste-musicien a prévu des surprises « auxquelles personne ne s’attendait ».

Comme dans l’un de ces morceaux « Trop, c’est trop » signé par Marciano où l’artiste peint une facette de la kinoiserie. « A Kinshasa, tout le monde se prend pour un roi et se fait impressionner. Alors qu’il ne vaut rien et n’a rien », s’insurge ces artistes dans « Lol ! ». Cet état d’esprit peuple les artères de Kinshasa des vendeurs d’illusions. Ceux qui font miroiter à la jeunesse des allures d’un certain enrichissement, en réalité ne sont rien que de simples vendeurs d’illusions.

Ils s’encombrent des objets de valeur au-delà de ses moyens justes pour impressionner. Une de ces réalités de Kinshasa a inspiré l’artiste Marciano à travers « Trop, c’est trop ». L’auteur invite les Congolais à adopter un autre comportement, c’est-à-dire à « ne se contenter que de ce que l’on a ; à redevenir eux-mêmes ».

Eloko makasi pour la promotion de la musique congolaise

« Lol ! » est un album 100% congolais. Il est sorti des périphéries de la ville de Kinshasa. Il traduit la volonté et l’état d’esprit de ces jeunes artistes regroupés au sein de la maison « Eloko makasi ». Ceux-ci se serrent les coudes pour créer tout d’abord un concept « Eloko makasi ». La maison « Eloko makasi Productions » offre le vrai son de Kinshasa.

Et pour ce faire, ils travaillent d’arrache-pied pour restituer aux Kinois leurs propres sons. Ils sont dotés d’un studio son et vidéo de qualité internationale, du matériel de sonorisation et de vidéo haut de gamme, des compétences éprouvées. Le label « Eloko makasi » contribue à la promotion de jeunes talents de la musique congolaise.

C’est une manière pour cette structure de revitaliser la musique congolaise. Eloko makasi Productions » réserve tous ses gains à la production musicale congolaise. Le plaisir de cette maison est d’apporter des prestations de qualité, avec la volonté de faire vivre la nouvelle génération musicale de la RD Congo.

Pour la petite histoire, Franc Olivier Mpuka Tshilomba Tshidimba wa Nteta, alias Oliverman, est né en France. Il a intégré les chorales congolaises entre 1984 et 1985. En 1997, il chante dans l’orchestre « Wenge Kumbela » d’Aimé Buanga. En 2002, l’artiste musicien sort son premier single. En 2004, il sort un deuxième « Mandolina ».

En 2006, il largue sur le marché du disque « Le Sida est là ». En 2009, il sort le quatrième single « Il n’y a pas de souci ». Entre 2011 et 2012, il largue sur le marché du disque « Alexandre ». Et depuis juin 2014, l’artiste a mis sur orbite le plus récent « Lol’ ». La présentation de son album a eu lieu dernièrement au cours d’un point de presse à l’espace « Chanel Café », situé dans la commune de Bandalungwa-Synkin.

L’album de sept titres est jusque-là sorti en support disc compact (CD). Quant à la distribution de ce support, Oliverman a indiqué que ses trois producteurs de la maison « Eloko makasi Productions », à savoir Alain Mutombo Canonne, Lyke Mike et Stig Fingers sont encore en pourparlers avec leur partenaire Marie-Laure Yaone, de l’espace Chanel Café.

(Saint Hervé M’Buy)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse