A propos des inondations ayant endeuillé la capitale congolaise: Minaku et les élus de Kinshasa recommandent des mesures claires au Gouvernement

par -
0 339
Une vue de la réunion entre le caucus des députés nationaux de Kinshasa et le bureau de l’Assemblée nationale/Ph. A.F. Labakh
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’année 2018 a très mal débuté pour la ville-province de Kinshasa. Des pluies diluviennes se sont abattues sur la capitale et ont endeuillé les Kinois en début d’année. Car, elles ont provoqué des graves inondations ayant causé de pertes en vies humaines et des grands dégâts matériels. Cette situation ne pouvait laisser indifférents les députés nationaux élus de Kinshasa.

Voilà pourquoi, le caucus de ces députés kinois s’est réuni ce jeudi 11 janvier 2018 au Palais du peuple, autour du bureau de l’Assemblée nationale sous la présidence du speaker de la Chambre basse du Parlement, Aubin Minaku Ndjalandjoko. Cette réunion a essentiellement tourné autour de l’état des lieux de la situation des victimes et de la ville de Kinshasa après ces graves inondations. L’objectif étant de faire l’évaluation de conséquences des ces inondations qui ont endeuillé la ville-province de Kinshasa en ce début d’année 2018.

A l’issue de ladite réunion, le caucus des députés nationaux de Kinshasa a fait une déclaration lue par l’honorable Patrick Muyaya. Il a indiqué que les élus kinois ont à cette occasion, réitéré leur compassion aux familles éplorées. Après l’état des lieux fait au début de cette réunion, a-t-il signifié, l’Assemblée nationale a étudié les causes qui sont à la base de cette malheureuse situation.

Notamment, le non-respect et le manque de connaissance des dispositions légales et réglementaires relatives à l’urbanisme et au lotissement urbain ; le manque de synergie au niveau des services de l’Etat commis à cette tâche ; le non-curage des caniveaux, des rivières et des égouts dans la ville-province de Kinshasa ; la mauvaise évacuation des immondices, y compris la mauvaise gestion des emballages en plastique ; la progression continue des têtes d’érosions ; etc.

Après débat et échange, le caucus des députés nationaux élus de Kinshasa recommande au Gouvernement, d’abord de faire respecter scrupuleusement les dispositions légales et réglementaires en matière de construction, notamment, avant l’attribution des autorisations de bâtir ; sanctionner tous les intervenants, de près ou de loin, responsables de cette situation ; le curage immédiat des caniveaux, le dragage des rivières, et le débouchage des égouts.

Pour ces tâches, les députés nationaux élus de Kinshasa recommandent qu’un budget spécial soit alloué à l’Office de Voirie et Drainage (OVD) pour que dès ce vendredi 11 janvier 2018, ou dans les meilleurs délais, que ces travaux commencent pour prévenir les pluies attendues dans les prochains jours ; la mise en œuvre d’une véritable politique de gestion des déchets ; l’interdiction de la vente des produits en plastique…

« L’Assemblée nationale recommande aussi la mise en œuvre d’une politique structurelle de la gestion des villes pour éviter notamment le phénomène d’exode rural », a déclaré le député Patrick Muyaya. Au-delà de ces recommandations, a-t-il renchérit, le bureau de l’Assemblée nationale a mandaté la Commission permanente chargée de l’Aménagement du territoire et d’infrastructures, de faire le suivi de manière scrupuleuse de l’exécution effective de ces mesures par le Gouvernement central.

Enfin, les députés nationaux élus de Kinshasa ont salué l’élan de solidarité nationale exprimée par toutes les institutions de la République, ainsi que la population congolaise elle-même à l’endroit de la population de Kinshasa sinistrée.

Du rappel des faits

Pour rappel, la ville de Kinshasa a été arrosée par des pluies torrentielles le 04 et le 07 janvier courant. Lesquelles pluies ont provoqué des inondations ayant occasionné mort d’hommes et des dégâts matériels importants.

Au plan humain, le bilan officiel établi par le Gouvernement provincial fait état de 51 morts, dont 5 dans la commune de Bandalungwa, 24 à Ngaliema, 9 à Selembao, 1 à Makala, 1 à Kimbanseke, 1 à N’Sele, 7 à Barumbu, 4 à Limete, 2 à Matete et 4 à Mont-Ngafula.

Toutes les familles sinistrées répertoriées ont bénéficié d’un appui du Président de la République par l’intermédiaire du gouverneur de la ville pour l’organisation des obsèques, en raison d’une moyenne de 3 millions des francs congolais pour une personne décédée.

A ce stade, le gouvernement central n’a fait que des visites d’inspection. Il est prévu qu’il intervienne avec un appui matériel des vivres, matelas, gobelets casseroles, etc. Les maisons communales ont été choisies pour recevoir les familles des victimes quant à ce. Il y a eu 5 blessés qui n’ont pas encore été soutenus.

Au plan matériel, les dégâts observés étaient de trois types : écroulement des murs, éboulement des terres et érosions. Vingt communes sont concernées et la commune de Mont-Ngafula est la plus touchée.

A ce stade rien n’a été encore été fait pour réparer les dégâts causés par la pluie. Les services de la ville travaillent étroitement avec ceux du Gouvernement central pour voir quelle réponse donner. Il est à noter que le Gouvernement à parer au plus urgent.

Toutefois, aucune mesure concrète n’a été prise sur le terrain pour évacuer les zones à risque sui sont pourtant bine identifiées. « Nous sommes en saison des pluies abondantes si aucune action n’est entreprise avec célérité, il y a risque de tels dégâts ressurgissent. Il est important que l’Assemblée nationale, à travers les députés nationaux de Kinshasa continuent à suivre l’évolution de la situation sur terrain », lit-on dans le rapport de l’état des lieux.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse