A propos de sauver la RD Congo: Justin Bitakwira monopolise le dialogue

par -
0 823
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Prophète ou sage, le leader de l’opposition citoyenne pro dialogue entend par ses arguments sauver la République démocratique du Congo, sa seule maison, d’un grand complot qui pèse sur elle. Depuis le début de sa carrière politique, Justin Bitakwira exhorte les Congolais en général et les Kinois en particuliers à travers les maximes. Pour ce mois de décembre, il en a choisi un : « Si les chimpanzés acceptent à se battre, ils comptent sur la force des gorilles », entendu que, ceux qui veulent bruler la Rd Congo comptent sur le sang des Congolais.

En d’autres termes, pour accéder aux postes de responsabilités, impérativement il faille que les innocents meurent, mis devant la chaire à canon que leurs propres enfants.

Par ailleurs, dans son entendement, compte tenu de l’impossibilité dans laquelle se trouve l’exécutif, la CENI de pouvoir organisé les élections au Congo, la classe politique, toutes tendances confondues, devrait se trouver à la table du dialogue pour réfléchir, trouver des voies et moyens de sauver la nation des vautours qui ne jurent que sur son instabilité.

Pour préserver la nécessité de voir le Congo survivre, il propose une thérapeutique qui se résume en cette légende « Un jour, le roi proposa un concours de course à l’issue de laquelle, le premier arrivant sa réponse à la question du monarque sera retenue. La course engagée entre le lézard et la grenouille. Le lézard rapide qu’il est, arrive le premier au bord d’une rivière. Ne sachant pas nager, il attend au soir la grenouille qui arrive tardivement. Malin, le lézard soudoie et convainc la grenouille de lui faire traverser la rivière en contrepartie, il lui facilitera la tâche de lui enlever la grâle à l’arrivée. Pleine de compassion et naïve, la grenouille transporte le lézard sur son dos et le fit traverser. Rapide et ingrat, le lézard s’empresse et arrive le premier chez le monarque. Le Roi lui posa la question de savoir de son point de vue entre tuer les humains définitivement ou les tuer puis les faire ressusciter. Le lézard de répondre qu’on les tuer définitivement. Dans la soirée, apparue la grenouille fatiguée, la même question lui a été posée, mais sa réponse était celle de voir les humains mourir mais les ressusciter plus tard. Malheureusement, sa réponse n’a pas été retenue puisqu’elle est arrivée le dernière et que le lézard lui avait damné le pion », illustre le député national.

Dans son entendement, le lézard représente l’image des opposants anti-dialogue qui veulent voir la République disparaitre, en contrepartie du sang des Congolais pour accéder au pouvoir d’une part, et d’autre part l’image de la grenouille naïve arrivée tardivement est celle des opposants pro-dialogue qui voient en la République plusieurs maux, dont ils souhaitent qu’ils soient éradiqués autour du dialogue.

De tradition africaine et par surcroit congolaise, l’arbre à palabre dans une société humaine est la seule option de régler les différends malheureusement, constate Justin Bitakwira, une frange d’opposants congolais abonnés dans les chancelleries occidentales sont prêts à mettre le feu à leur mère-patrie, en raison de l’égoïsme, de la soif du sang pour accéder au pouvoir.

Pour ce faire, Justin Bitakwira exhorte les opposants anti dialogue de rejoindre le camp de la raison pour taire les divergences autour de la problématique du fichier électoral, de l’enrôlement des nouveaux majeurs de plus de 8 millions.

Justin Bitakwira déplore néanmoins l’empressement avec lequel ces opposants ont répondu à l’invitation des mouvements subversifs au Sénégal plutôt de fédérer et mettre leurs énergies au service de la République. Ces opposants, dit-il, ont été tous engraissés par le pouvoir en place, mais au finish rejoindre le camp de la lutte en cette fin mandat est une supercherie que Justin Bitakwira n’attend pas admettre. Cette classe politique est pourrie de l’intérieur tout comme de l’extérieur. Ainsi exhorte-t-il la population entière à ne pas suivre la voie de la subversion de ceux-là même qui mettent à l’abri leurs enfants et femmes, mais mettent en avant-plan les innocents pour faire couler le sang en leur faveur.

La motivation de Justin Bitakwira est celle d’organiser les élections dans un climat de paix, de transparence et de convivialité car, « dialogue ne signifie pas glissement », argumente-t-il.                  

(Pius Romain Rolland)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse