A Mbuji-Mayi: Les émissions de débat politique enfin autorisées

par -
0 417
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis le 19 décembre 2016, l’espace médiatique kasaien a sombré dans l’interdiction de toute émission à caractère politique, même celles qui visent à analyser la politique actuelle du pays. Cette mesure d’interdiction a été prise lors d’une réunion spéciale de sécurité présidée par le gouverneur de province lors d’une effervescence populaire qui a mené aux actes de vandalisme juste après l’annonce de la signature de l’accord partielle du centre interdiocésain.

Sans donner les motifs d’interdiction, la communication finale précisait que c’est jusqu’à nouvel ordre que les émissions de débats politiques ,à la radio ou à la télévision sont interdites, promettant même des sanctions aux récalcitrants. Tous ceux qui s’informaient à partir de ce genre d’émissions sur le niveau de la politique du pays se voyaient déconnectés de la source fiable d’information, parce qu’à travers ces débats, les politiciens faisaient des déclarations que les auditeurs (population) analysaient pour comprendre la politique actuelle. Après presque deux mois d’interdiction, les maisons de presse ont commencé à recevoir progressivement l’autorisation de reprogrammer ces émissions politiques.

Signalons que pendant l’interdiction, les voix s’étaient levées pour décrier cette mesure jugée inappropriée face aux enjeux de l’heure. L’ONG COPRODO, l’UDPS ainsi que certaines personnalités politiques du Kasaï-Oriental ont prôné la liberté d’expression en condamnant l’interdiction de tout espace télévisé ou radiodiffusé pouvant promouvoir cette liberté d’expression.

Signalons également que cette mesure n’était pas la seule à être prise au cours de cette réunion spéciale de sécurité, elle s’accompagne d’une série d’autres comme le couvre-feu à partir de 20h00, l’interdiction de porter quelque chose de couleur rouge, etc.

(Gédéon Tshiamala/Mbuji-Mayi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse