A l’occasion du10ème anniversaire de la Résolution 1612 adoptée en 2005

par -
0 753
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Unicef réaffirme son engagement à mettre fin aux violations graves des droits de l’enfant

Dans le cadre de la commémoration du 10eme anniversaire de la Résolution 1612, le Bureau du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) en Rdc, en collaboration avec le Groupe de Travail Technique Conjoint (Gttc), a lancé depuis le 26 juin au 26 juillet 2015, à travers toute la République Démocratique du Congo, une campagne de sensibilisation visant la célébration de 10 ans de lutte contre les violations graves des droits des enfants en période de conflits armés.

Adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies le 26 juillet 2005, renseigne un communiqué de presse de cette agence onusienne, la Résolution 1612 créée le mécanisme de surveillance et de communication de l’information sur les six violations graves commises sur les enfants en temps de conflit armé. Il s’agit du recrutement et utilisation d’enfants, des meurtres et mutilations d’enfants, des violences sexuelles commises contre des enfants, des attaques dirigées contre des écoles ou des hôpitaux, des enlèvements d’enfants et du refus d’autoriser l’accès des organismes humanitaires aux enfants.

Le Groupe de Travail Technique Conjoint (GTTC), composé du Gouvernement de la RDC, de la MONUSCO et de l’UNICEF ainsi que d’autres partenaires, a pour objectif d’assurer la mise en œuvre du Plan d’Action pour mettre fin aux violations graves des droits des enfants en situation de conflits armés. Durant un mois, plusieurs activités seront organisées dans tout le pays à savoir la diffusion de spots, d’émissions, de théâtres et l’organisation de rencontres de presse.

Pendant cette campagne de sensibilisation, les enfants en provenance de l’Ouest, l’Est et le Sud de la RDC, vont au cours d’un atelier, discuter du mécanisme de surveillance et de communication de l’information sur les violations graves des droits de l’enfant en temps de conflit armé en RDC. Cet atelier, organisé par l’UNICEF, a pour but de permettre aux enfants d’exprimer leurs opinions et de contribuer efficacement à la promotion de leurs droits, en général, et ceux en temps de conflit, en particulier.

La mise en œuvre en RDC depuis août 2006 du mécanisme de surveillance et de communication de l’information sur les violations graves des droits des enfants dans les conflits a permis la réalisation de progrès considérables, notamment la signature en 2012, du Plan d’Action pour la lutte contre le recrutement et l’utilisation d’enfants ainsi que les autres violations graves des droits de l’enfant par les forces armées et les services de sécurité de la RDC.

Mais ceci n’est pas encore suffisant. En 2014, 855 enfants ont été documentés comme des victimes directes de conflits armés. A ce chiffre il faut ajouter une estimation d’au moins 31,000 enfants dont l’éducation a été affectée par les mêmes conflits, 19 hôpitaux attaqués et 7 cas de refus d’aide humanitaire.

Une avancée significative en 2014 : Un seul cas de recrutement d’enfant a été documenté dans les rangs des Forces Armées de la RDC. L’UNICEF apporte son soutien aux programmes d’assistance aux enfants y compris ceux victimes de conflits armés dans les domaines de la santé, nutrition, eau, hygiène et assainissement, éducation et protection.

Rappelons que la résolution 1612 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée en 2005, établissait le Mécanisme de surveillance et de communication de l’information (MRM), concernant six violations graves des droits de l’enfant : le recrutement ou l’utilisation d’enfants par les parties au conflit , les meurtres et mutilations d’enfant, le viol d’enfants ou autres actes graves de violence sexuelle, l’enlèvement, les attaques dirigées contre les écoles et les hôpitaux et les restrictions d’accès humanitaire. Une fois qu’une partie au conflit armé est incluse dans la « liste noire » du rapport du Secrétaire General sur les enfants et les conflits armés, le seul moyen d’être radié de cette liste est de signer et mettre en œuvre un Plan d’Action.

Le Fonds des Nations unies pour l’Enfance promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce qu’il fait. L’Unicef travaille dans 190 pays et territoires du monde entier avec ses partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse