A l’occasion du mois de la femme

par -
0 537
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Compagnie Théâtre des Intrigants revient sur le spectacle « La Guerre ou l’Amour ? »

Un extrait du spectacle

En ce mois de mars, mois par excellence d’expression de la femme dans le monde entier, la Compagnie de théâtre des Intrigants a choisi un spectacle, et pas de moindre, celui intitulé « La Guerre ou l’Amour ?», d’après « Lysistrata » d’Aristophane. Ce spectacle qui a séduit le public dernièrement, répond à plusieurs questions d’actualité sur la quête de la paix, sur les droits des femmes, etc. « La Guerre ou l’Amour ?» s’inscrit mieux au besoin de prévention des violences et de l’affirmation de la place de la femme dans la vie politique nationale. Il s’inscrit aussi dans l’élan d’une dénonciation d’une guerre entretenue par des hommes et autres marchands d’armes.
Ce spectacle constitue une occasion de se souvenir de la glorieuse lutte engagée par les femmes à travers les âges, pour se libérer du diktat des hommes. C’est aussi l’invitation à tous, hommes et femmes, à mettre en pratique toutes les résolutions jusqu’ici prises en faveur de l’égalité, du genre, de l’implication des femmes dans le développement national, de la lutte contre toute forme de violences basées sur le genre.
A travers ce spectacle, les femmes délient leurs langues pour réclamer leur droit de participer à la gestion politique et économique. Les femmes de toutes les régions en ont assez de guerres interminables qui déchirent le pays, dès lors qu’elles considèrent que ces guerres sont dues à la cupidité des hommes. Elles ont décidé de faire la grève du sexe, pour contraindre leurs hommes à mettre un terme à la guerre.
Cette démarche révolutionnaire dans le registre de lutte pour la paix paraît aussi osée que fatale pour les deux sexes. Les femmes motivées ont partagé la calebasse de la résistance. Elles se sont même emparées de la radio, de la banque centrale au cours d’une mobilisation tous azimuts avec la même ardeur, de priver les hommes du sexe à tout prix. Elles les ont rendus faibles et nerveux. Pas de sexe ni de bouffe, c’est le prix à payer pour l’instauration de la paix. Une résistance qui a court-circuité les appétits voraces de certains hommes qui ne peuvent pas s’accommoder avec ce jeûne forcé. Ils ont disjoncté. Les femmes ont chômé à la cuisine, mais également déserté le lit conjugal, afin de contraindre les hommes à se détourner de leurs ambitions belliqueuses. Les stratagèmes ont été bien conçus dans les laboratoires d’idées de l’assemblée des femmes. Certaines d’entre elles ont failli même se désolidariser de cette démarche. Elles avaient aussi besoin de bénéficier de la chaleur de leurs maris. Mais, c’est plus les hommes qui ont payé le prix de cette démarche révolutionnaire : « la grève du sexe ». Chaud lapin en a eu pour son compte. Il a vu son phallus bombé en bloc, réclamant à tout prix sa charmante épouse. Celle-ci a épousé le mot d’ordre de l’assemblée de femmes « la grève du sexe ». Elle, pourvue de chairs fermes et aux rondeurs remarquables, s’est parfumée au point d’exciter les bas de la ceinture de l’homme. C’est au prix d’un marchandage ardu entre la guerre ou l’amour que l’homme a conclu d’abandonner son kalachnikov pour humer l’air de la paix en communion avec son épouse. De fil en aiguille, le dialogue de la paix a gagné toutes les régions. Malgré les tergiversations et le refus d’écouter les femmes, les hommes ont tous fini par capituler car ne pouvant supporter l’abstinence sexuelle que leur ont imposée leurs femmes. Enfin, la paix a été signée.
Pour la petite histoire, La pièce « la Guerre ou l’amour ? » a été créée au Centre d’Initiation Artistique pour la Jeunesse (CIAJ), le 8 septembre 2010. Le spectacle « L’amour ou la guerre ? », une des créations de la CTI, tiré de « Lysistrata » d’Aristophane, est le fruit d’une mise en scène et scénographie de Michel Faure, sous une adaptation de Michel Faure et Kulumbi Nsin Mbwelia. Et, la distribution a été assurée sur scène par Fyfy Kapalay Mukar, Nadine Kimbolo, Marlene Longange, Bavon Diana Landa, Kulumbi Nsin Mbwelia et Mfele Kabamba.
Saint Hervé M’Buy

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse