A l’issue du 25ème Assemblée régionale Afrique de l’APF: Les parlementaires francophones d’accord pour une force de maintien de la paix en Afrique

par -
0 334
Une attitude du président de l’Assemblée nationale de la Rdc et président de l’APF, Aubin Minaku, à l’ouverture de 25ème Assemblée régionale Afrique de l’APF/Ph. A.N
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ouverts lundi 22 mai courant, les travaux la 25ème Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) se sont clôturés hier mardi à Rabat, la capitale du Maroc. Lesquelles assises étaient présidées par l’honorable président de l’Assemblée nationale de la Rd Congo, Aubin Minaku Ndjalandjoko, en sa qualité de président en exercice de l’APF.  

Après deux jours d’intenses discussions, les parlementaires francophones de 17 pays africains, à savoir, le Bénin, le Burkina, le Burundi, le Cameroun, le Cap vert, la Cote d’Ivoire, le Gabon, la Guinée Conakry, la Guinée équatoriale, le Madagascar, le Mali, le Niger, la RCA, le Congo-Brazza, la RDC, le Maroc, le Sénégal, le Tchad et le Togo ont adopté à l’unanimité le rapport d’activités de l’APF Afrique.

Lequel rapport était présenté à l’Assemblée par un autre parlementaire de la Rdc, l’honorable députée nationale Geneviève Inagosi, la chargée de mission Afrique de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF). La note d’information nous parvenue signale que les participants à ces assises tenues dans la salle 11 de la Chambre des représentants du Royaume de Maroc (siège du parlement marocain), ont unanimement encouragé l’adoption de la Résolution du conseil de sécurité de l’ONU sur la création d’une force de maintien de la paix en Afrique.

Ils se sont aussi engagés à renforcer les efforts des différents gouvernements dans la lutte contre les violations des droits de l’homme et encouragent le dialogue permanent entre communautés comme moyen efficace de prévention et de résolution des conflits.
Les parlementaires francophones africains ont également souligné le caractère parfois controversé de la plupart des missions de maintien de la paix en Afrique francophone. Ainsi, ont-ils exhorté les pays africains à poursuivre les efforts en vue d’établir des régimes démocratiques et l’État de droit, conformément aux valeurs et idéaux de la francophonie, et d’éviter, autant que possible, que les sanctions contre les institutions étatiques aient un effet dommageable sur les populations. Les élus francophones africains prônent surtout une vigilance tout azimut pour éviter une remise en cause des avancées démocratiques dans les pays où le climat sécuritaire postélectoral demeure encore fragile.

En outre, à l’issue de leur 25ème Assemblée régionale, les parlementaires africains ayant la langue française en partage disent encourager le développement des micros crédits et de l’entrepreneuriat privé. Ce, avec des capitaux harmonisés qui favorisent la réduction de la pauvreté et un développement économique et social durable.
Une autre importante nouvelle découlant de ces assises, ce que le continent africain va briguer le poste de vice-président de l’APF avec la Côte d’Ivoire. Ça sera lors de la 43ème session mondiale de l’APF qui se tiendra du 06 au 11 juillet 2017 à Luxembourg. Quand à la 26ème Assemblée régionale Afrique, elle se tiendra à Praia, au Cap-Vert, à une date qui sera déterminée ultérieurement.

De l’impact de ces assises

Laquelle se veut un forum d’échanges entre parlementaires de la Région au sein duquel sont examinés les enjeux de la coopération interparlementaire, en général, et de la Francophonie, en particulier, tout en veillant sur les questions d’actualité. Voilà pourquoi, juste après la cérémonie d’ouverture de ces assises, les participants avaient directement entamé des discussions en profondeur.

Lesquelles étaient orientées sur deux principaux points inscrits comme matières à débat. Le premier intitulé : « Stabilité et bonne gouvernance pour un développement durable et harmonieux en Afrique francophone » et le second : « L’entrepreneuriat en Afrique, défis et enjeux ».

Selon Aubin Minaku Ndjala Ndjoko, le premier thème démontre que le débat de la 25ème Assemblée régionale Afrique de l’APF était une opportunité non seulement de réfléchir sur le rôle des parlements dans le développement de la démocratie en Afrique francophone, mais aussi d’aborder la question de la conciliation entre, d’un côté, la démocratie, et de l’autre, les impératifs de sécurité et d’unité nationales, « condition sine qua none d’un développement harmonieux ».

 

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse